50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958
Aller à la page: 1, 2, 337, 38, 39  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> LOISIRS
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 08:32 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Les Feux de l'été (titre original en anglais : The Long, Hot Summer) est un film américain réalisé par Martin Ritt, sorti en 1958. C'est l'adaptation cinématographique du roman Le Hameau (The Hamlet) de William Faulkner. Dans les rôles principaux, on retrouve Orson Welles, Paul Newman, Lee Remick et Joanne Woodward.
Une petite ville du Sud des États-Unis, Frenchman's Bend (Mississippi) est dominée par la puissante famille Varner, dont le père, Will âgé de 61 ans, règne en patriarche despote sur sa propre famille :
– son fils Jody, jeune homme faible qu'il aime humilier, et la femme de celui-ci, Eula, écervelée et sensuelle ;
– sa fille Clara, institutrice de 23 ans, à fort caractère, seule à lui résister.
L'ordre établi va être troublé par l'arrivée dans la ville de Ben Quick, un vagabond soupçonné d'être un incendiaire. Arriviste et sans scrupules, il arrive à se faire apprécier de Will Varner qui lui offre un emploi dans son entreprise et le loge chez lui. Il sera à la base de conflits qui révéleront finalement les personnalités de chacun et permettront un dénouement apaisé.


Distribution
Paul Newman (VF : Jacques Beauchey) : Ben Quick
Orson Welles (VF : Jean Davy) : Will Varner
Joanne Woodward (VF : Martine Sarcey) : Clara Varner
Lee Remick : Eula Varner
Anthony Franciosa (VF : Jean-Claude Michel) : Jody Varner
Angela Lansbury (VF : Lita Recio) : Minnie Littlejohn
Richard Anderson (VF : Jean-François Laley) : Alan Stewart
Victor Rodman (VF : Pierre Morin) : juge
Sarah Marshall : Agnes Stewart
Mabel Albertson : Elizabeth Stewart
J. Pat O'Malley : Ratliff
Bill Walker : Lucius

  

_________________


Dernière édition par saintluc le Mer 3 Fév - 09:07 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 19 Déc - 08:32 (2015)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Sam 19 Déc - 08:38 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Hiroshima mon amour est un film franco-japonais d'Alain Resnais sorti en 1959.
Retraçant la rencontre d'une Française et d'un Japonais à Hiroshima, le film déjoue les codes traditionnels de la narration cinématographique, a un retentissement mondial et lance la carrière de Resnais qui s'inscrit dans le contexte de la Nouvelle Vague.
Synopsis
Une actrice française à l'identité inconnue se rend à Hiroshima, après les bombardement atomiques, afin d'y tourner un film pour la paix. Elle y rencontre un Japonais qui devient momentanément son amant, mais aussi son confident. Il lui parle de sa vie et lui répète : « Tu n'as rien vu à Hiroshima ». Elle lui parle de son adolescence à Nevers pendant la Seconde Guerre mondiale, de son amour pour un soldat allemand et de l'humiliation qu'elle a subie à la Libération lorsqu'elle a été tondue.

Distribution
Emmanuelle Riva : Elle
Eiji Okada : Lui
Bernard Fresson : le Soldat allemand
Stella Dassas : la Mère
Pierre Barbaud : le Père

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 06:53 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Orfeu Negro est un film musical franco-italo-brésilien de Marcel Camus sorti en 1959. Il est adapté d'une pièce de Vinícius de Moraes, Orfeu da Conceição (1956). Le film a reçu la Palme d'or au Festival de Cannes 1959.
Ce film revisite le mythe d'Orphée et d'Eurydice en le transposant de Thrace à Rio de Janeiro pendant le carnaval. Orfeo est conducteur de tramway à Rio. Eurydice est une jeune campagnarde. Elle est issue de la communauté noire brésilienne, comme lui. Menacée par un inconnu, elle s'est réfugiée chez sa cousine Sérafina. Ils se rencontrent à Rio la veille du carnaval. Pour éviter la jalousie de Mira, la fiancée d'Orfeo, Serafina prête son déguisement à Eurydice. Ils vont s'aimer au milieu des festivités d'une ville en liesse. Mais le lendemain, elle est démasquée


Distribution
Marpessa Dawn : Eurydice
Breno Mello (en) : Orfeo
Marcel Camus : Ernesto
Fausto Guerzoni : Fausto
Lourdes de Oliveira : Mira
Léa Garcia : Serafina
Adhemar da Silva : la mort
Alexandro Constantino : Hermes
Waldemar De Souza : Chico
Jorge Dos Santos : Benedito
Aurino Cassiano : Zeca
Maria Alice
Ana Amélia
Elizeth Cardoso
Arlete Costa
Maria de Lourdes
Modesto De Souza
Agostinho dos Santos
Afonso Marinho
Esther Mellinger
Eunice Mendes
Dinorah Miranda
Zeni Pereira
Teresa Santos
Cartola
Dona Zica

Le film est une adaptation d'une pièce de théâtre de Vinícius de Moraes, Orfeu da Conceição, présentée pour la première fois en 1956. Conceição est une colline de Rio où s'installa une des premières favelas.
Jean-Paul Delfino raconte la naissance de la pièce de théâtre, une anecdote obtenue de la dernière épouse de Vinícius de Moraes : « Je (Vinicius) me trouvais alors à Niteroi, dans la maison de mon cousin, l'architecte Carlos Leào. Et, un jour, à l'aube, alors que j'étais en train de penser à une histoire de la mythologie grecque, le mythe d'Orphée, (...) j'ai commencé à entendre d'un morne voisin, o morro do Galvào, une batucada ». Il eut alors l'idée de transposer les amours d'Orphée et d'Eurydice dans les favelas. La pièce fut écrite dès 1942, mais, faute de temps et de financement, elle ne fut pas montée.
En 1955, alors qu'il était à Paris, comme attaché culturel à l'ambassade du Brésil, il rencontra Sacha Gordine, à la recherche de scénario pour un film sur le Brésil. Vinícius lui présenta son projet de pièce puis ils allèrent ensemble au Brésil et là, alors que le projet du film se concrétisait, Vinícius trouva les financements nécessaires et monta la pièce dont la musique fut composée par Tom Jobim. La pièce a donc été créée le 25 septembre 1956, au Théâtre municipal de Rio, dans un décor d'Oscar Niemeyer, concomitamment au projet du film qui lui, a été tourné, avec l'arrivée de Marcel Camus, pendant l'automne 1958.
Certaines scènes, parmi les plus célèbres (favelas), ont été tournées sur le Morro da Babilonia6, au-dessus de Leme (entre Copacabana et Urca). Marcel Camus a filmé le carnaval de Rio de 1958 mais n'en a retenu finalement que quelques images et échos sonores, préférant reconstituer les scènes de carnaval

  

_________________


Dernière édition par saintluc le Jeu 18 Aoû - 16:55 (2016); édité 1 fois
Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Dim 20 Déc - 06:59 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Les Quatre Cents Coups est un film français de François Truffaut, sorti en 1959.
Premier film de François Truffaut et de ce qui sera appelé la Nouvelle Vague, son succès révèle le jeune réalisateur au grand public. Quatre autres films viendront par la suite compléter la saga Antoine Doinel, toujours interprété par Jean-Pierre Léaud : Antoine et Colette (dans le film à sketches L'Amour à vingt ans) en 1962, Baisers volés en 1968, Domicile conjugal en 1970 et L'Amour en fuite en 1979.
Synopsis
Largement autobiographique, le film raconte l'enfance difficile d'Antoine Doinel, ses relations avec ses parents, ses petits larcins qui lui vaudront d'être enfermé dans un centre pour mineurs délinquants.
À la fin des années 1950, Antoine Doinel, 12 ans, vit à Paris entre une mère peu aimante et un beau-père futile. Il plagie la fin de La Recherche de l'absolu lors d'une composition de français. Le professeur lui attribue la note zéro au grand désarroi d'Antoine, qui, en fait, faisait un hommage à son auteur préféré.
Antoine Doinel éprouve une admiration fervente pour Honoré de Balzac. Il lui a consacré un autel, une bougie éclaire un portrait de l'écrivain et met le feu à un rideau, provoquant la colère de son beau-père. De plus, malmené par un professeur de français autoritaire et injuste, il passe, avec son camarade René, de l'école buissonnière au mensonge. Puis c'est la fugue, le vol d'une machine à écrire et le commissariat. Ses parents, ne voulant plus de lui, le confient à l'« Éducation surveillée ». Un juge pour enfants le place alors dans un Centre d'observation où on le prive même de la visite de son ami René. Profitant d'une partie de football, Antoine s'évade. Poursuivi, il court à travers la campagne jusqu'à la mer.
La spirale dans laquelle le jeune Antoine s'enfonce est décrite avec sensibilité mais aussi avec fermeté. Elle est rendue d'autant plus touchante que le film montre parallèlement la constante bonne volonté maladroite du héros. Le spectateur s'identifie aisément à Antoine Doinel, avec lequel Jean-Pierre Léaud, acteur débutant semble se confondre totalement. Le désarroi affectif et la fuite en avant de l'adolescent sont de toutes les époques.

Distribution
Jean-Pierre Léaud : Antoine Doinel
Claire Maurier : Gilberte Doinel
Albert Rémy : Julien Doinel
Patrick Auffay : René Bigey
Georges Flamant : M. Bigey
Yvonne Claudie : Mme Bigey
Armand Coppello : « Petit peu »
Guy Decomble : « Petite feuille », l'instituteur
Richard Kanayan : l'élève hirsute
Bernard Abbou : Abbou
François Nocher : un délinquant
Daniel Couturier : Bertrand Mauricet
Renaud Fontanarosa : un élève
Michel Girard : un élève
Henry Moati (Serge Moati) : un élève
Gérard Van Ruymbeke : un enfant
Jean-François Bergouignan : un enfant
Michel Lesignor : un enfant
Robert Beauvais : le directeur de l'école
Jacques Monod : le commissaire de police
Claude Mansard : le juge pour enfants
Pierre Repp : le professeur d'anglais
Henri Virlogeux : le gardien de nuit
Marius Laurey : l'inspecteur Cabanel
Luc Andrieux : le professeur de gym
Jeanne Moreau : la femme au chien dans la rue
Jean-Claude Brialy : le dragueur qui suit la femme au chien
Christian Brocard : le « preneur » de la machine à écrire
Laure Paillette : une commère
Louise Chevalier : une commère
François Truffaut : un homme à la fête foraine
Philippe de Broca : un homme à la fête foraine
Jacques Demy : le policier au commissariat qui dit « Le carrosse est arrivé »
Charles Bitsch : un policier au commissariat
Jean Douchet : l'amant de Gilberte
Jean-Luc Godard (voix)
Jean-Paul Belmondo (voix) à l'imprimerie
Jacques Audiberti
Jean Constantin
Jacques Doniol-Valcroze
Marianne Girard
Simone Jolivet
Jacques Laurent


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Lun 21 Déc - 07:12 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

La Mort aux trousses (North by Northwest) est un film américain réalisé par Alfred Hitchcock et sorti en 1959.
Synopsis
Un publicitaire new-yorkais, Roger Thornhill (Cary Grant), a un rendez-vous d'affaires au Plaza Hotel. Mais il y est enlevé à la suite d'un malentendu : ses ravisseurs le prennent pour un certain George Kaplan. Thornhill est amené dans la somptueuse maison de M. Townsend. Il fait la rencontre de ce dernier, qui est bien persuadé d'avoir enlevé George Kaplan. Thornhill refusant de coopérer avec ses ravisseurs, l'assistant de M. Townsend, Leonard, lui fait avaler une bouteille entière de whisky. Puis, aidé d'un autre sbire de Townsend, il le met dans une voiture volée, et pousse celle-ci en direction d'un ravin afin de faire croire à un accident. Mais Roger Thornhill, qui réussit à reprendre ses esprits, empêche la chute mortelle dans le ravin et roule, jusqu'à ce qu'il se fasse arrêter par la police. En état d'ébriété, il passe la nuit dans une cellule. Le lendemain, personne ne croit à son histoire, pas même sa mère. Les enquêteurs se rendent à la maison de Mr Townsend. La femme de celui-ci les informe que son mari tient l'après-midi même un discours aux Nations unies. Les enquêteurs sont alors persuadés que Thornhill ment. Mais le publicitaire, bien déterminé à prouver son innocence, se rend à l'hôtel Plaza dans la chambre de George Kaplan. Après avoir interrogé le personnel, il se rend compte que personne n'a jamais vu le mystérieux Kaplan. Après avoir réussi une fois de plus à échapper aux sbires de Townsend, Roger Thornhill se rend aux Nations unies. Il y demande à rencontrer Mr Townsend, mais quelle n'est pas sa surprise : ce n'est pas le même homme que la veille au soir. Au moment où il comprend que l'homme qui occupait la maison de Townsend n'était pas Townsend, mais le dangereux malfaiteur Philip Vandamm (James Mason), le vrai Mr Townsend est poignardé par un sbire de Vandamm et tombe dans les bras de Thornhill, immédiatement accusé.


Il s'enfuit à la gare et monte dans un train pour Chicago, prochaine destination de Kaplan selon les kidnappeurs, poursuivi par la police. Une séduisante blonde, Eve Kendall (Eva Marie Saint), l'aide alors à se cacher. Thornhill la retrouve au wagon-restaurant et les deux tombent sous le charme. Eve Kendall cache Thornhill dans son compartiment, où elle l'embrasse langoureusement. Mais un petit mot arrivant dans les mains de Vandamm (« Qu'est-ce que je fais de lui demain matin ? Eve ») fait comprendre qu'elle est en fait liée aux méchants. Au matin, le train arrive en gare de LaSalle à Chicago. Thornhill, déguisé en porteur à la descente du train, va se changer aux toilettes pendant qu'Eve doit téléphoner à George Kaplan pour qu'il rencontre Thornhill. La jeune femme remet à Thornhill les instructions de Kaplan, que le New-yorkais suit à la lettre pour se retrouver dans une immense prairie peu fréquentée. Mais personne n'est au rendez-vous... C'est alors qu'un petit avion attaque Thornhill, qui se réfugie dans un champ de maïs. L'avion largue alors des produits chimiques sur le champ, et Thornhill est forcé de sortir. Coup de chance, un camion transportant de l'essence passe. Il s'arrête au dernier moment et renverse Thornhill. L'avion percute alors le camion, provoquant une immense explosion. Thornhill vole la voiture de témoins de la scène et retourne à Chicago. Il se rend à l'Hôtel Ambassador. Mais au lieu d'y trouver Kaplan, il trouve Eve Kendall, qui semble surprise de le voir vivant. Kendall s'échappe pendant que Thornhill fait mine de prendre une douche. Ce dernier a réussi à récupérer l'adresse d'une salle des ventes, où Eve Kendall est allée. Il la retrouve alors avec Vandamm, et comprend que le malfaiteur s'est servi d'elle pour tenter de le faire tuer. Mais Vandamm est bien décidé à ne pas laisser partir Thornhill, qui pour se tirer de ce guêpier déclenche un esclandre et se fait arrêter par la police. Les policiers reçoivent l'instruction d'emmener Thornhill à l'aéroport, où les attend le Professeur, chef de la CIA. Il révèle à Thornhill qu'Eve Kendall travaille en fait pour l'agence et est donc un agent double, et que le personnage de George Kaplan est en fait un leurre destiné à tromper Vandamm... Les deux hommes s'envolent pour Rapid City, dans le Dakota. Dans une cafétéria du Mont Rushmore, où Thornhill, qui continue à personnifier Kaplan, a donné rendez-vous à Vandamm et Kendall, celle-ci tire sur Thornhill avec un pistolet chargé à blanc, pour lever les soupçons qui pesaient sur elle. Thornhill et Kendall se retrouvent alors un peu plus loin, dans une forêt, et Thornhill, après s'être excusé, apprend qu'Eve va accompagner Vandamm dans sa fuite en avion le soir-même. Thornhill se retrouve dans un hôpital, d'où il s'enfuit pour la maison de Vandamm afin d'empêcher Eve de partir. Espionnant, il surprend une conversation entre Vandamm et Leonard. Ce dernier a tout compris : le rôle d'agent double d'Eve et la mise en scène du Mont Rushmore. Vandamm décide de l'emmener quand même avec lui, afin de la supprimer au-dessus de l'océan... Thornhill réussit à la prévenir, et au moment de monter dans l'avion, elle s'empare de la statuette qui contient des microfilms que Vandamm trafique, et s'enfuit en voiture avec Thornhill. Mais la grille de la propriété étant fermée, et les sbires de Vandamm étant à leurs trousses, ils n'ont d'autre choix que de fuir en descendant le monument du Mont Rushmore. Après de périlleuses péripéties et l'arrestation de Vandamm, Thornhill et Kendall rentrent à New York par le train qu'ils avaient pris à l'aller, dans le même wagon-lit. Le dernier plan du film montre suggestivement le train qui entre dans un tunnel.

Distribution
Cary Grant (VF : Michel Roux) : Roger Thornhill
Eva Marie Saint (VF : Nelly Benedetti) : Eva Kendall
James Mason (VF : Jacques Dacqmine) : Philip Vandamm
Jessie Royce Landis (VF : Hélène Tossy) : Clara Thornhill
Leo G. Carroll (VF : Jean-Henri Chambois) : le professeur
Josephine Hutchinson : Madame Townsend
Philip Ober : Lester Townsend
Martin Landau (VF : Jacques Plée) : Leonard
Adam Williams : Valerian
Edward Platt : Victor Larrabee
Robert Ellenstein : Licht
Les Tremayne : Acheteur
Philip Coolidge : Docteur Cross
Patrick McVey : Sergent Flamm - policier à Chicago
Edward Binns (VF : Gabriel Cattand) : Capitaine Junket
Ken Lynch : Charley - policier à Chicago

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Lun 21 Déc - 07:21 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Le Général Della Rovere (Il generale Della Rovere) est un film franco-italien réalisé par Roberto Rossellini, sorti en 1959.
Le film est une adaptation du livre d'Indro Montanelli, publié en 1959 sous le titre Il generale Della Rovere. Istruttoria per un processo chez Rizzoli à Milan.
Synopsis
À Gênes en 1943, l'escroc Emanuele Bardone, qui a ses entrées à la Kommandantur, prétend être un colonel de l'armée italienne. Avec la complicité d'un officier allemand, avec qui il fait du marché noir, il extorque de l'argent aux familles de prisonniers incarcérés par les Allemands, en promettant une libération. Jusqu'au jour où une des personnes qu'il a trompées, une femme qui a appris que son mari a déjà été exécuté, le dénonce aux autorités nazies.
Capturé, il accepte, en raison de la gravité de la peine encourue, de coopérer avec l'occupant. Il est interné dans l'aile politique de la prison de San Vittore, sous l'identité du général Della Rovere, haut responsable de la Résistance, récemment abattu par les nazis. Il devra identifier un chef de la résistance, Fabrizio, que les Allemands pensent avec certitude être présent dans la prison.
Au contact de la dignité, de la générosité et de l'héroïsme de ses camarades de détention, Bardone connaît une transformation profonde qui l'amène à se comporter comme le vrai général Della Rovere. Lorsque, en représailles à l'assassinat d'un responsable de Milan, les fascistes décident d'exécuter des résistants prisonniers, il se laisse fusiller avec eux plutôt que de révéler l'identité de Fabrizio.

Distribution
Vittorio De Sica (V.F : Roger Treville)  : Emanuele Bardone, le colonel Grimaldi, le général Della Rovere
Hannes Messemer : Colonel Müller
Vittorio Caprioli : Banchelli
Sandra Milo (V.F : Nadine Alari)  : Olga
Giovanna Ralli : Valerie
Anne Vernon : Carla Fassio, la veuve
Mary Greco (V.F : Helene Tossy)  : Madame Vera
Kurt Polter : l'officier allemand
Giuseppe Rosetti : Pietro Valeri
Kurt Selge : Schrantz
Linda Veras : Assistante de Walter Hageman
Lucia Modugno : une partisane
Luciano Pigozzi : un partisan
Nando Angelini : un partisan
Bernardo Menicacci (V.F : Jean Berton)  : un geôlier
Herbert Fischer (V.F : Howard Vernon) :Sergent Walter Hageman
Ivo Garrani : Chef Partisan

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Mar 22 Déc - 08:31 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Le Journal d'Anne Frank (The Diary of Anne Frank) est un film américain réalisé par George Stevens et sorti en 1959.
Synopsis
Dans Amsterdam libérée après la fin de la Seconde Guerre mondiale, Otto Frank, survivant du camp d'extermination d'Auschwitz, revient dans la cachette où il vécut durant 2 ans avec sa femme, ses deux filles, la famille Van Daan et le dentiste Dussel. Miep, une femme qui contribua à soustraire ses amis juifs aux nazis, a trouvé sur les lieux le journal intime de la plus jeune des filles d'Otto. De juillet 1942 jusqu'à l'arrestation et la déportation du groupe en août 1944, Anne Frank a minutieusement consigné dans son journal sa vie quotidienne de recluse auprès de ses compagnons d'infortune, ses craintes, ses espoirs et ses rêves d'adolescente…

Distribution
Millie Perkins (VF : Claude Chantal) : Anne Frank
Joseph Schildkraut (VF : André Valmy) : Otto Frank
Shelley Winters (VF : Claire Guibert) : Mme Petronella Van Daan
Richard Beymer (VF : Michel François) : Peter Van Daan
Gusti Huber (VF : Éléonore Hirt) : Mme Edith Frank
Lou Jacobi (VF : Fernand Rauzena et Claude Bertrand) : M. Hans Van Daan
Diane Baker (VF : Josée Steiner) : Margot Frank
Douglas Spencer (VF : Jacques Beauchey) : Kraler
Dodie Heath (VF : Joëlle Janin) : Miep
Ed Wynn (VF : Raymond Rognoni) : M. Albert Dussell
Orangey : Moushi, le chat de Peter (non crédité)
Edmund Purdom (voix off VO) : speaker à la radio

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Mar 22 Déc - 08:35 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

La Vache et le Prisonnier est un film franco-italien réalisé par Henri Verneuil en 1959.
Résumé
En 1943, Charles Bailly (Fernandel), un Français prisonnier de guerre en Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale, décide de s'évader de la ferme où il est employé. Sa ruse, grossière et folle en apparence, consiste à traverser le pays, la vache Marguerite tenue au licol et un seau de lait dans l'autre main. Après s'être séparé de l'animal, non sans lui avoir promis de ne plus jamais « manger de veau », il se dissimule sous un train pour franchir la frontière germano-française.
Alors qu'il se retrouve à la gare de Lunéville, il prend la fuite devant deux policiers français, et saute dans un train en partance pour… l'Allemagne. Ce n'est que deux ans plus tard que cet héroïque anti-héros reviendra de captivité « comme tout le monde ».

Distribution
Fernandel : Charles Bailly, prisonnier de guerre
René Havard : Bussière
Ingeborg Schöner : Helga
Bernard Musson : Pommier
Ellen Schwiers : Josépha, la fermière
Pierre Louis : un évadé déguisé
Franziska Kinz : la mère d'Helga
Maurice Nasil : Bertoux
Richard Winckler : l'autre évadé déguisé
Benno Hoffmann : un garde du camp
Albert Rémy : Collinet
Franz Muxeneder
Marcel Rouzé
Marguerite : la vache
Heinrich Gretler

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 12:54 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Comme un torrent (Some Came Running) est un film américain réalisé par Vincente Minnelli et sorti en 1958.
Synopsis
Au cours de l'été 1948, Dave Hirsch quitte l'armée tout auréolé d'un glorieux passé guerrier. Romancier en devenir, mais noceur invétéré, il déboule un beau matin en autocar à Parkman, sa ville natale de l'Indiana. Il est suivi par Ginnie Moorehead, une fille en fanfreluches dont il se souvient à peine, relique de sa soirée bien imbibée de la veille. Dave retrouve sa famille et notamment son frère Frank, tout le contraire de lui-même, très conventionnel, bien rangé et prospère. Tandis que Dave se lie d’amitié avec un homme de son milieu, Bama Dillert, joueur professionnel désabusé, son frère lui présente Gwen French, une institutrice aussi séduisante que stricte. Celle-ci éveille en Dave les désirs d'un établissement respectable à l'image de son frère. Mais il ignore encore que Ginnie l'aime éperdument et lui est totalement dévouée corps et âme. Il va également découvrir qu'elle a été pistée par Raymond, son soupirant fou de jalousie et de rage…

Distribution
Frank Sinatra (VF : Bernard Noël) : Dave Hirsch
Dean Martin (VF : André Valmy) : Bama Dillert
Shirley MacLaine (VF : Nicole Riche) : Ginnie Moorehead
Martha Hyer (VF : Martine Sarcey) : Gwen French
Arthur Kennedy (VF : Pierre Gay) : Frank Hirsh
Nancy Gates : Edith Barclay, la secrétaire de Frank
Leora Dana : Agnes Hirsh
Betty Lou Keim : Dawn Hirsh
Larry Gates : le professeur Robert Haven French
Steven Peck (VF : Roger Rudel) : Raymond Lanchak, le soupirant de Ginnie
Connie Gilchrist (VF : Marie Francey) : Jane Barclay, la mère d’Edith
Ned Wever : Smitty, le patron du « Smitty's Bar »
Don Haggerty (non crédité) : Ted Harperspoon
Le cadeau de Frank à Shirley : Shirley MacLaine se souvient encore avec émotion1 que Frank Sinatra, en élégant professionnel, demanda à Vincente Minnelli que « Ginnie soit abattue à sa place » à la fin du film (en avançant que Shirley pourrait ainsi gagner un Oscar). Sans que cela lui rapporte l'Oscar, « Ginnie » devint l'un des rôles marquants du film et propulsa Shirley au rang des grandes stars d'Hollywood en 1959. Elle obtenait, en 1960, le rôle féminin principal dans un film capital, La Garçonnière de Billy Wilder.
Jean-Luc Godard s'est inspiré du personnage de Bama-Dean Martin, qui va jusqu'à dormir avec son chapeau de cow-boy, pour la scène du Mépris (1963) où Michel Piccoli garde le sien pour prendre son bain…
 

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Mer 23 Déc - 13:01 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Toi, le venin est un film franco-italien réalisé par Robert Hossein et sorti en 1959.
Synopsis
Une nuit d'été, Pierre Menda, un homme qui paraît être à la dérive et marche sans but le long d'une petite route de la Côte d'Azur, est accosté par un luxueux cabriolet blanc. Sans un mot, sa conductrice, une femme dont il ne distingue que la longue chevelure blonde, l'invite à monter, se dénude et se donne à lui. Mais, après qu'il a été abruptement invité à quitter le véhicule, sa conductrice, après avoir tenté de l'écraser, réussit à prendre la fuite. Grâce au numéro d'immatriculation qu'il a eu le temps de relever, Pierre trouve le domicile des propriétaires du véhicule, les Lecain. Mais il va de surprise en surprise : les occupants de la riche villa sont les sœurs Éva et Hélène Lecain, deux jeunes femmes aux longs cheveux blonds, presque jumelles… Éva, la cadette, se déplace en fauteuil roulant, car elle a les jambes paralysées. Le trouble et le doute s'immiscent dans l'esprit de Pierre en même temps que s'installe une relation tripartite et que le mystère va grandissant…

Distribution
Marina Vlady : Éva Lecain, la jeune femme en fauteuil
Robert Hossein : Pierre Menda, l'homme en errance
Odile Versois : Hélène Lecain, la sœur aînée
Henri Crémieux : le médecin
Héléna Manson : Amélie, la domestique
Henri Arius : Titin, l'hôtelier
Charles Blavette : le policier au commissariat
Isola Blondie : la vendeuse du magasin de disques
Bréols : Julien le jardinier
Lucien Callamand : le notaire
Pascal Mazzotti : l'homme de la discothèque

 

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Jeu 24 Déc - 13:26 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

 Le Déjeuner sur l'herbe est un film français réalisé par Jean Renoir, sorti en 1959.
Synopsis
Le professeur Étienne Alexis est un fringant biologiste, apôtre de la fécondation artificielle grâce à laquelle il veut améliorer la race humaine. Un projet de mariage arrangé avec une responsable allemande de mouvements de jeunesse doit propulser sa candidature à la présidence de l'Europe. Seulement, au cours d’un pique-nique en pleine nature, il fait la connaissance de Nénette, une fille de la campagne, qui se met à sa disposition comme sujet d'expériences puisque, justement, elle n'est pas tellement portée sur les hommes. Le paysage idyllique et le charme naturel de la jeune paysanne, font oublier à Étienne son projet et le ramènent à la méthode naturelle.
Prologue
À la télévision on discute du dernier sujet à la mode : l'application aux êtres humains de la fécondation artificielle, qui compte parmi ses partisans enthousiastes le professeur Étienne Alexis, un éminent biologiste, par ailleurs candidat à la présidence des États-Unis d'Europe.
On retransmet ensuite un entretien avec le professeur dans son cabinet de travail, et à cette occasion il annonce, entre autres choses, ses fiançailles avec sa cousine, la comtesse Marie-Charlotte, chef des Guides d'Europe. Le journaliste se connecte en direct avec cette femme, impliquée dans un rallye à travers la campagne.
Pour célébrer les fiançailles, on organise en Provence un pique-nique sur l'herbe, auquel participent avec leurs épouses, les cousins de Charlotte, Laurent et Rudolf, propriétaires avec elle d'une entreprise pharmaceutique, laquelle s'intéresse vivement à ce projet de fécondation artificielle.
À la fin de l'émission, entre techniciens et ouvriers d'une usine, on discute de la question. Ils iront camper pendant le week-end sur les bords de la rivière, non loin du lieu choisi par le professeur pour le pique-nique : ils auront ainsi la possibilité de rencontrer Alexis en personne et de discuter directement avec lui de sa théorie.
Début de l'idylle
Dans une petite ferme provençale typique, tapie entre oliviers et vignes, vivent des paysans: le maître de maison, Nino, la fille aînée, Titine, avec son mari, Ritou, et leurs quatre enfants, ainsi que la plus jeune fille, Nénette.
Déçue par un chagrin d'amour, Nénette voudrait avoir un enfant, mais sans les complications du mariage. En lisant sur le journal la théorie du professeur Alexis, elle pense que c'est là la solution de son problème et elle décide de se proposer comme volontaire. Quittant sa ferme isolée, elle va en bus à la ville. Le hasard veut qu'elle arrive à l'université au moment où l'on fait les préparatifs pour le pique-nique organisé par Alexis et on l'engage comme bonne à tout faire.

Pendant le pique-nique, le berger Gaspard, accompagné de Cabri, son énigmatique bélier aux cornes pointues, joue de la flûte dans les ruines d'un temple remontant à la plus haute antiquité et dédié à la déesse Diane. Un vent violent vient déranger les participants, s'amuse à disperser la nourriture et arrête la collation ; sans la moindre pudeur, il soulève les jupes des dames et force les invités à se disperser, les uns ici, les autres là. L'excursion, qui se voulait calme et mondaine, se transforme paradoxalement en une sarabande comique. Chacun se trouve libéré des liens du contrôle social et s'abandonne à ses instincts primitifs.
Conclusion
Nénette se retrouve seule avec le professeur. Il fait très chaud et de façon toute naturelle elle décide de prendre un bain. Elle se déshabille et plonge dans l'eau claire du cours d'eau. Maladroit et timide, mais curieux, le professeur entrevoit ses formes à travers les branches d'un buisson. Troublé par leur éclatante beauté il se sent irrésistiblement attiré. La jeune fille le suit spontanément et ils connaissent ensemble des heures de bonheur.
Oubliant tous ses autres engagements, Alexis accepte l'hospitalité de la jeune fille auprès de sa famille et reste quelques jours à la ferme. Mais les cousins de sa fiancée le cherchent sans relâche et finissent par le trouver. Ils l'obligent malgré lui à revenir jouer le rôle qui est le sien et qui est indispensable au progrès scientifique. Nénette le laisse partir.
Quelques mois plus tard, à la veille de son mariage et de sa proclamation comme président, Alexis apprend que Nénette attend un enfant de lui. Dans une décision soudaine et déconcertante, il bouleverse tous ses projets et rompt définitivement sa relation avec la frigide et autoritaire Marie-Charlotte. Sur l'estrade, où on l'attend pour l'acclamer, il présente à tous Nénette comme sa future épouse.

Distribution
Paul Meurisse  : Étienne Alexis, célèbre biologiste
Catherine Rouvel : Antoinette dite :Nénette
Jacqueline Morane : Titine
Fernand Sardou : Nino, le père de Nénette
Jean-Pierre Granval : Ritou
Hélène Duc : Isabelle, la secrétaire du biologiste
Ingrid Nordine : la comtesse Marie-Charlotte
Charles Blavette : le berger Gaspard
André Brunot : le curé
Marguerite Cassan : Mme Odile Poignant
Jacques Dannoville : M. Poignant
Régine Blaess : Claire, la femme de chambre
Jean Claudio : Rousseau, le secrétaire du biologiste
Paulette Dubost : Mlle Forestier
Jacqueline Fontell : Mlle Michelet
Jacqueline Huet : elle-même
Robert Chandeau : le cousin Laurent
Frédéric O'Brady : le cousin Rudolf
Ghislaine Dumont : Magda
Micheline Gary : Madeleine
Michel Herbault : Moutet
Raymond Jourdan : Eustache, le majordome
Pierre Leproux : Bailly
Francis Miège : Barthélemy
M. You : Chapuis
Thierry Roland : lui-même
Michel Péricard : lui-même
Dupraz : lui-même
Claude Joubert : lui-même
Claude-Henri Salern : lui-même

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Jeu 24 Déc - 13:33 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Mirage de la vie (Imitation of life) est un film américain réalisé par Douglas Sirk et sorti en 1959.
C'est le remake du film Images de la vie (Imitation of life), réalisé par John M. Stahl et sorti en 1934.
Ce film analyse le contexte socio-politique d'une époque, en l'occurrence les années 1950 américaines marquées par le racisme omniprésent mais aussi la timide mais réelle aspiration des femmes à plus de liberté, tant professionnelle que sexuelle. Il met l'accent sur la prise de conscience de l'autre à la couleur de peau différente.

Synopsis
À New York, Lora Meredith jeune veuve et mère d’une fillette, Susie, veut se lancer dans la carrière d’actrice mais a du mal à joindre les deux bouts. Elle fait la rencontre d’Annie Johnson, une femme noire, également seule dans la vie avec sa fille Sarah Jane. Les deux femmes se lient d’amitié et Lora accueille les Johnson chez elle. Annie tient la maison pendant que Lora cherche du travail. Elle fréquente un jeune photographe, Steve Archer, quand la chance lui sourit enfin en la personne d’Allen Loomis qui accepte de devenir son impresario. Il la présente à un écrivain, David Edwards, qui séduit va la propulser sur le devant de la scène. Lora décide alors de sacrifier sa vie personnelle à la réussite de sa carrière et refuse la demande en mariage de Steve Archer.


Des années ont passé, Lora est maintenant une star accomplie et passe son existence au travers de ses personnages. Susie et Sarah Jane ont grandi ensemble, élevées par la fidèle Annie toujours présente. Négligée par sa mère, Susie a reporté son affection sur Annie. Sarah Jane, de nature ombrageuse et violente, a toujours rejeté ses origines noires. Étant de pigmentation claire, elle se fait passer pour blanche au collège et auprès de son petit ami, mais celui-ci se rend compte de la supercherie et tabasse Sarah Jane. Désabusée, elle devient agressive envers Susie et sa mère qu’elle rend responsable de sa condition. Elle provoque même Lora et ses invités, jouant les domestiques noires en se dandinant un plateau sur la tête. Lora voulant mettre un peu de distance avec son métier renoue avec Steve Archer et envisage de se marier. Pourtant quand on lui propose un rôle en or, Lora ne peut refuser et part tourner en Italie. Pendant l’absence de sa mère, Susie se rapproche de Steve et tombe amoureuse. Les relations de Sarah Jane avec sa mère se dégradent. Rejetant l’affection de sa mère, elle s’enfuit et devient entraîneuse dans un night-club. Sa mère retrouve sa trace en Californie et fait le voyage pour la revoir une dernière fois, lui promettant de ne plus l’ennuyer. Lora, de retour, confie son désir de se marier avec Steve, au grand désarroi de sa fille. Après un affrontement avec sa mère, Susie décide de quitter la maison pour un collège à Denver. Brisée par le chagrin, Annie tombe gravement malade et meurt dans les bras de Lora. Annie, ayant économisé toute sa vie et selon ses dernières volontés, reçoit un somptueux enterrement en présence de tous ses amis. Traversant la foule, Sarah Jane se jette sur le cercueil en demandant pardon à sa mère. Elle suivra le cortège en compagnie de Lora, Steve et Susie.


Distribution
Lana Turner (VF : Jacqueline Ferriere) : Lora Meredith
John Gavin (VF : Raymond Loyer) : Steve Archer
Sandra Dee (VF : Françoise Dorléac) : Susie Meredith
Juanita Moore (VF : Morena Casamance) : Annie Johnson
Susan Kohner (VF : Martine Sarcey) : Sarah Jane Johnson
Dan O'Herlihy (VF : Pierre Gay) : David Edwards
Terry Burnham : Susie enfant
Karen Dicker : Sarah Jane enfant
Robert Alda (VF : Roger Rudel) : Allen Loomis
Troy Donahue : Frankie
Maida Severn (VF : Cécile Didier) : L'institutrice
Joel Fluellen (VF : Georges Aminel) : Le pasteur
Billy House : Le gros homme sur la plage

  

_________________


Revenir en haut
Russell
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Juil 2012
Messages: 5 601
Localisation: GR-0
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 馬 Cheval

MessagePosté le: Jeu 24 Déc - 13:40 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Edouard aux mains d'argent ( Danny Elfman )

https://fr.wikipedia.org/wiki/Danny_Elfman



_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 07:20 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

Pickpocket est un film français de Robert Bresson sorti en 1959.
« Ce film n’est pas du style policier. L’auteur s’efforce d’exprimer, par des images et des sons, le cauchemar d’un jeune homme poussé par sa faiblesse dans une aventure de vol à la tire pour laquelle il n’était pas fait. Seulement cette aventure, par des chemins étranges, réunira deux âmes qui, sans elle, ne se seraient peut-être jamais connues. »
Synopsis
Michel se rend au champ de courses et vole un peu d'argent à une spectatrice. En quittant les lieux il est arrêté, mais faute de preuves il est rapidement libéré.
Malgré cela, Michel continue à voler et s'associe avec des complices afin d'être plus efficace. Il refuse l'aide de son ami Jacques qui veut le pousser à trouver un emploi. Il provoque délibérément l'attention d'un commissaire de police, professant des théories sur le vol comme activité légitime pour les personnalités d'élite.
Se sentant menacé, il fuit la France pour revenir deux ans plus tard. Reprenant ses activités, il est arrêté, mais c'est une fois en prison qu'il va pouvoir se lier avec Jeanne, l'ex-aide ménagère de sa mère.

Distribution
Martin La Salle : Michel
Marika Green : Jeanne
Jean Pelegri : L’inspecteur Principal
Dolly Scal : La mère
Pierre Leymarie : Jacques
Kassagi : 1er complice
Pierre Etaix : 2e complice
César Gattegno : Un inspecteur

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N
Masculin Taureau (20avr-20mai) 兔 Lapin

MessagePosté le: Ven 25 Déc - 07:30 (2015)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958 Répondre en citant

La Condition de l'homme (人間の條件, Ningen no jōken?) est une trilogie de films réalisés par Masaki Kobayashi, sorti entre 1959 et 1961. C'est l'adaptation d'un roman de Jumpei Gomikawa 五味川純平 (1916–1995).
La trilogie suit la vie de Kaji, jeune intellectuel pacifiste japonais, interprété par Tatsuya Nakadai, tentant de survivre à l'époque du Japon fasciste et impérialiste de la Seconde Guerre mondiale. Chaque film est divisé en deux parties.

Trilogie:
Il n'y a pas de plus grand amour
Le premier film s'ouvre en 1943 par le mariage de Kaji avec Michiko, en dépit de leur futur incertain. Kaji est chargé de superviser des ouvriers chinois dans une mine de la Chine colonisée. Le film retrace ses efforts pour concilier ses idéaux humanistes avec la réalité qu'il vit en cette époque impérialiste. Alors qu’il s’oppose à l’exécution d’un prisonnier, il est arrêté par la police, séparé de sa femme Michiko, torturé et mobilisé dans l’armée japonaise.
Le Chemin de l'éternité
Dans le nord de la Mandchourie, Kaji est incorporé dans l'Armée du Guandong. Son idéal pacifiste ne l'empêche pas d'exceller dans l'entraînement tout en se battant à nouveau pour un meilleur traitement des nouvelles recrues. Devenu gênant, il est envoyé sur le front où les défaites s'accumulent...
La Prière du soldat
Dans la déroute de la guerre qui les oppose à l'armée soviétique, les forces japonaises se disloquent. Kaji tente alors de rejoindre Michiko. Mais il est fait prisonnier par l'Armée Rouge. Les brimades continuent...


Distribution
Tatsuya Nakadai : Kaji
Michiyo Aratama : Michiko
Keiji Sada : Kageyama
Yusuke Kawazu : Terada
Taketoshi Naitô : Tange


 

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 00:59 (2018)    Sujet du message: PRESENTATION DE FILMS ET MUSIQUES A PARTIR DE 1958

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> LOISIRS Toutes les heures sont au format GMT - 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 337, 38, 39  >
Page 1 sur 39

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com