50's pour toujours Forum Index

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



 Bienvenue 
Guest  bienvenue sur le fofo







ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON

 
Post new topic   Reply to topic    50's pour toujours Forum Index -> fiftiz pour toujours -> HISTOIRE -> CONFRÉRIES BELGES
Previous topic :: Next topic  
Author Message
tomy


Offline

Joined: 24 Sep 2012
Posts: 5,507
Localisation: Nivelles- baulers( belgique
Masculin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Wed 5 Dec - 00:05 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

La Confrérie du Maitrank d’Arlon a été créée le dimanche 24 mai 1964 sous le parrainage de la Confrérie du Matoufé de Marche et en présence de la Confrérie des Herdiers d’Ardenne de Bastogne.
Elle est donc devenue "Royale" le 15 juin 2014 à l'occasion de ses cinquante ans.

La confrérie a pour but la défense et la promotion de la ville d’Arlon, notamment par la sauvegarde et la mise en valeur de la boisson locale « Le Maitrank d’Arlon », ainsi que l’encouragement à toutes les activités et initiatives qui visent à faire connaître et apprécier la ville et sa boisson locale dans le pays comme à l’étranger. Ce but sera poursuivi par l’organisation de manifestations, buvettes, voyages, etc.. qui seraient de nature à le favoriser.

Vous pouvez également voir le très beau reportage de TV-LUX sur notre anniversaire en cliquant ici. http://www.tvlux.be/video/arlon-50-ans-pour-la-confrerie-du-maitrank-_16685…

Le produit défendu par la confrérie est le véritable Maitrank d'Arlon.
Peu de gens savent que le maitrank est une boisson ancestrale inventée par les moines de l’abbaye de Prüm, en Allemagne, qui connaissaient les vertus médicinales de l’aspérule odorante. Il était donc, au départ, un remède plutôt qu’une boisson apéritive.
Dès le début, la charte de la confrérie spécifiait que le maitrank devait provenir de la région d'Arlon. Freddy et Marcel FELLER produisaient à Arlon un maitrank qui répondait à toutes les exigences de la confrérie. Les deux frères avaient même réussi à donner à leur apéritif une renommée nationale et on le trouvait un peu partout en Belgique. Hélas, à la veille de l’an 2000, les frères FELLER annoncèrent qu’ils arrêtaient leur production car ils estimaient à juste titre qu'ils avaient bien droit à la pension. Ils cédèrent leur entreprise à Marc SCHLECK, un Limbourgeois, qui délocalisa immédiatement la production chez lui. Le bon Maitrank d'Arlon fabriqué en Flandre !!! Ce n’était pas conforme à la charte et le « Feller » fut abandonné.
Une dégustation à l’aveugle de tous les maitranks de la région amena les confrères à choisir la maison DAUNE-HABARU de Sainte-Marie-sur-Semois. Cette société établie en Gaume accepta de fabriquer un maitrank de façon "artisanale" sous le contrôle d'un confrère et dans un local situé à Arlon. C’est celui-là que la confrérie utilise depuis bientôt 15 ans à la satisfaction générale même si ce nectar n’est disponible que dans quelques boutiques de l’entité et qu’il n’a plus le même rayonnement que le « Feller ».


Son histoire
De l’origine à la fondation

En 1947, la ville d’ARLON mettait en place une “ Commission communale des Fêtes “ qui était chargée de coordonner les manifestations locales organisées par une multitude de sociétés et groupements patriotiques pour faire oublier à la population les affres de la guerre.

En 1955, René HUSSIN, président de l’Amicale des sous-officiers, annonça à la Commission communale des Fêtes que la ville d’ARLON avait été choisie pour être le théâtre du 23ème congrès des sous-officiers et lui exposa une ébauche de programme.

La Commission communale des Fêtes estima qu’il fallait laisser à tous ces militaires un souvenir impérissable de leur congrès à ARLON et que le meilleur moyen d’y parvenir était de leur faire découvrir leur divine boisson. Il fut décidé de remplacer le tournoi de Football habituel par LA JOURNÉE DU MAITRANK ET DU GENÊT.

Cette première Fête du Maitrank connut un immense succès de foule et le MAITRANK fut apprécié dès les premiers verres. Il coula à grands flots aussi bien dans les gosiers militaires que dans ceux des habitants. Devant l’énorme succès de cette première Fête du MAITRANK, la Commission des Fêtes décida de la pérenniser en l’organisant systématiquement chaque année au mois de mai.

Emile LAMBERT, qui avait succédé à Julien BREYER à la présidence de la Commission des Fêtes en 1960, pensait qu’il fallait encore mieux faire connaître la ville d’ARLON par le truchement du MAITRANK et que le meilleur moyen d’y parvenir était la création d’une confrérie. Il écrivit à M. Clément MORRAYE, président de l’Académie des Vins de Belgique et à M. Daniel QUERRE, procureur-syndic de la Jurade de Saint-Emilion. Il alla voir Louis OLIVIER à BASTOGNE qui avait déjà sa Confrérie des HERDIERS et Joseph BRESMAL à MARCHE qui avait créé sa Confrérie du MATOUFÉ. Il en revint plus enthousiasmé que jamais. Il alla trouver le bourgmestre Charles SIMON qui fut convaincu et lui donna sa bénédiction. Fort de cet appui, il constitua un petit comité de bourgeois de la ville qui pensaient qu’il fallait prendre le temps de bien faire les choses. Ce n’était pas l’avis de la Commission communale des Fêtes qui estimait qu’il fallait avancer rapidement et que c’était à elle, et uniquement à elle, qu’il revenait le droit de créer une confrérie.



Il en fut ainsi et … la Commission communale des Fêtes créa la Confrérie du Maitrank en 2 mois !

Le dimanche 26 avril fut organisée la dégustation du premier cru et le dimanche 24 mai 1964 eut lieu le 1er chapitre de la CONFRERIE DU MAITRANK D’ARLON sous le parrainage de la CONFRERIE DU MATOUFE DE MARCHE et en présence de la CONFRERIE DES HERDIERS DE BASTOGNE.

Après l’introduction faite par Emile LAMBERT, c’est notre confrère Georges HUMBLET, commerçant en électroménager dans la Grand-rue d’ARLON et membre de la Commission des Fêtes, qui appela et présenta le premier Grand Bailli, le bourgmestre Charles SIMON. Il lui fit prêter le serment qui avait été composé par Albert GIOT. Après quoi, M. DEGELING, plombier et chauffagiste qui tenait un magasin de sanitaires à la rue Général Molitor, membre également de la Commission des Fêtes, passa le collier de la Confrérie au cou du premier « patron » de la Confrérie et l’invita à boire une grande coupe de MAITRANK.

Charles SIMON, premier Grand Bailli, intronisa ensuite Emile LAMBERT, Président de la Commission communale des Fêtes, en qualité de 1er Grand Echanson et ensuite Albert GIOT, journaliste et vice-président de la Commission communale des Fêtes, en qualité de Grand Tabellion. Il appartenait alors à ce dernier d’appeler les autres impétrants.
La Confrérie aujourd’hui
Le Grand Conseil (conseil d’administration) de la confrérie comptait à ses débuts 9 membres. A ce jour, le conseil d’administration compte 16 administrateurs pour environ 200 membres en ordre de cotisation.
Actuellement, en plus de l’objectif premier de la Confrérie qui est de porter haut et loin le renom de la ville d’ARLON, la Confrérie du MAITRANK s’est donné un objectif philanthropique qui consiste à aider financièrement des associations et/ou groupements à caractère humanitaire de la grande région arlonaise et à céder 10% de ses bénéfices à la coopération Nord – Sud. Pour réaliser cet objectif philanthropique, la confrérie cède la moitié du montant total de ses cotisations annuelles et ajoute à cette somme la totalité des bénéfices d’un grand barbecue qu’elle organise sur le site de l’Abbaye de CLAIREFONTAINE grâce à l’ASBL AMANOCLAIR (les Amis de l’Abbaye Noble de CLAIREFONTAINE) qui nous cède le site pour cette occasion. Nous la remercions de tout coeu
L’habit de la confrérie du MAITRANK est constitué d’une robe droite de velours vert (pour rappeler la couleur de l’aspérule odorante) portant deux bandes verticales de velours or (pour rappeler la couleur du vin de Moselle). Les dames portent une grande cape de velours vert bordée d’une bande de velours or sur chacun des bords de la cape. Un large col de velours or couvre en partie les épaules et le haut du dos. Un écusson de la ville d’ARLON en tissus est placé sur la poitrine du côté gauche.
Les messieurs portent un large béret de velours or arborant l’écusson de la ville d’ARLON. Le béret des Grands Echansons est de couleur verte. La chemise blanche et le nœud papillon bordeaux (pour les messieurs) et le chemisier blanc (pour les dames) sont de rigueur. Des gants blancs terminent la tenue vestimentaire. Un morceau de cep de vigne en guise de sceptre est tenu dans la main gauche.
Ses tenues Les habits d’apparat
L’habit de la confrérie du MAITRANK est constitué d’une robe droite de velours vert (pour rappeler la couleur de l’aspérule odorante) portant deux bandes verticales de velours or (pour rappeler la couleur du vin de Moselle). Les dames portent une grande cape de velours vert bordée d’une bande de velours or sur chacun des bords de la cape. Un large col de velours or couvre en partie les épaules et le haut du dos. Un écusson de la ville d’ARLON en tissus est placé sur la poitrine du côté gauche.
Les messieurs portent un large béret de velours or arborant l’écusson de la ville d’ARLON. Le béret des Grands Echansons est de couleur verte. La chemise blanche et le nœud papillon bordeaux (pour les messieurs) et le chemisier blanc (pour les dames) sont de rigueur. Des gants blancs terminent la tenue vestimentaire. Un morceau de cep de vigne en guise de sceptre est tenu dans la main gauche.
ses medailles

Histoire du maitrank L’histoire de l’apéritif
Le mot MAITRANK est compris de tout le monde à ARLON et dans ses environs. Qu’on soit vieil Arlonais de souche ou nouvel immigré, on sait ce que ce mot signifie pour peu que l’on s’intéresse à la vie arlonaise.
De plus en plus aujourd’hui, on aime et on préserve jalousement ce qui est considéré comme une spécialité de sa région. On prend grand soin des traditions culinaires ou autres et on y veille avec fierté et passion. En pays d’ARLON, le MAITRANK en est une. Il fait désormais partie du patrimoine arlonais …bien qu’il soit né ailleurs !

En francique-mosellan, langue germanique parlée au Grand-Duché de Luxembourg et dans le pays d’ARLON, MAITRANK signifie littéralement « boisson de mai ». Sa fabrication remonte bien loin dans le temps et il est difficile d’en préciser exactement les origines. Des documents des moines bénédictins de l’Abbaye de Prüm en Allemagne en font déjà mention au IXème siècle. En effet, en feuilletant le « Livre des plantes médicinales et vénéneuses de France » de P. Fournier que l’on peut consulter à l’abbaye d’Orval, on découvre que le Maitrank est mentionné pour la première fois par le moine Wandalbert de Prüm en 854.

Les habitants des régions viticoles allemandes avaient pris l’habitude de tempérer l’acidité des vins inférieurs par l’adjonction, par macération, de fruits ou de plantes de saison. Les moines n’ignoraient pas que l’aspérule odorante (asperula odorata), qu’on appelle encore Reine des bois ou Faux muguet, possédait des vertus médicinales (cholérétique-cholagogue-tonique et antispasmodique). Ils la faisaient donc macérer dans le vin et buvaient la macération (en quantité homéopathique) au printemps pour chasser les toxines de l’hiver. Ils la faisaient goûter aux habitants de la région et en offraient aux voyageurs qui leur demandaient asile. La population régionale ne tarda pas à les imiter.
Avec le temps et surtout l’amélioration de la vinification, l’habitude de faire macérer plantes ou fruits dans le vin se perdit progressivement et le MAITRANK vit sa vogue en forte régression en Allemagne et au Grand-Duché de Luxembourg sans toutefois jamais totalement disparaître. Certaines familles de ces régions avaient conservé la coutume et en fabriquaient tous les ans, mais la recette ne dépassait pas le cadre familial confidentiel
C’est d’une paire d’amis des années 50 qu’est venue la relance du MAITRANK. André AREND et Georges BESTGEN. Le premier était un médecin fort apprécié dans la région pour sa générosité et le second était un marchand de vins tenant commerce dans les caves du Palais de Justice sur la place Léopold. Tous deux aimaient bien la vie et les bonnes choses qu’elle peut nous procurer. André AREND retrouva par ses lectures la recette des moines de l’Abbaye de Prüm et eut l’excellente idée de la sucrer légèrement pour adoucir quelque peu le goût amer de la boisson d’origine. Il ajouta à la macération de l’orange et un peu de cognac pour ralentir une deuxième fermentation. Il fit déguster sa macération à Georges BESTGEN qui l’apprécia à son tour et commença à en fabriquer. Nos deux compères firent déguster cette boisson à leurs amis. Ces derniers la trouvèrent vraiment à leur goût et il est des anciens qui racontent que certaines soirées qui se terminaient dans les caves de Georges BESTGEN laissèrent des souvenirs impérissables. Le MAITRANK reprenait vie à ARLON.
La recette trouva dans la presse des échos plus que favorables, encourageant les habitants à fabriquer leur MAITRANK. Les premiers établissements à en proposer à leur clientèle furent le Café de la Spetz de Lucien ENSCH et le Café de la Paix de Mme ROBERT. Georges BESTGEN se risqua à le mettre en bouteille pour le vendre et devenir ainsi le premier « fabricant » de MAITRANK commercialisé. Il sera vite imité !
L’aspérule
Reine des Bois et âme du Maitrank

Les botanistes vous diront que l’aspérule odorante est haute de 10 à 30 cm, qu’elle porte des feuilles lancéolées vert foncé en étoile et de place en place le long de la tige et que ses fleurs sont blanches. Les sous-sols humides de hêtraies constituent son biotope par excellence. Elle s’épanouit au printemps, « voie lactée en miniature », comme l’aurait fort joliment et poétiquement écrit l’un de ces botanistes. Bien sûr exhiber un spécimen de cette merveille vaut mieux qu’une longue description savante et il y aura toujours bien un Arlonais pour vous en montrer une. Mais ne comptez pas sur lui pour vous emmener dans ce coin de bois où il est allé la chercher. Il n’a pas du tout envie de vous voir l’année prochaine moissonner « sa place » d’autant qu’aucune subvention agricole n’est octroyée par la Commission européenne pour compenser une aussi dramatique calamité, assimilable en Pays d’Arlon à des dommages de guerre.
Le parfumeur – ah, on approche des arômes, des bouquets et autre nez – ajoutera que séchée, l’aspérule odorante distille des fragrances de vanille, de foin frais et de miel. D’ailleurs, aucune herbe sèche, à part la lavande, n’exhale autant de ces arômes. Le principe actif à la base d’un tel miracle pour l’odorat est la coumarine, substance produite aujourd’hui par synthèse pour la parfumerie ou pour aromatiser certains tabacs. Mais vous comme moi pouvons jouir de ces effluves typiques dès la cueillette. Frottez entre les doigts une feuille d’aspérule comme pour la « dessécher » et nous voilà conviés à un plaisir rare pour le nez : « l’aspérule comme les actions de gens de bien, réjouit surtout après sa mort », aurait affirmé un auteur anglais touché par la grâce. Et des Arlonais touchés par la grâce il n’en manque pas non plus. Demandez au doyen d’Arlon, il est convaincu que notre Ville est une ville sainte, nombre de ses habitants organisant par la fabrication du Maitrank des funérailles de première classe à ces jeunes pousses fauchées par milliers et priant avec ferveur
Seigneur, donnez-nous,
La santé pour toujours,
De l’amour de temps en temps,
Du travail, pas trop souvent,
Du Maitrank, tout le temps…
Les premières traces historiques de l’aspérule odorante remontent au 9ème siècle. Le moine bénédictin WANDALBERT, de l’Abbaye de PRÜM (854) cite alors « la Reine des Prés » comme élément constitutif et typique de la boisson de mai , le Maitrank.
Cette plante avait pour les populations germaniques du Moyen Age une très grande signification, surtout pour le fabrication du divin nectar mais aussi comme remède miracle pour des affections les plus diverses. Ainsi reconnaissait-on au Maitrank « des propriétés bienfaisantes pour le foie et le cœur ». Voilà qui explique sans doute la pérennité et la gaillardise de notre Confrérie…
Pour l’anecdote, il était jadis acquis que l’aspérule, prise en tisane « après avoir laissé infusér 30 à 50 gr par litre pendant au maximum 10 minutes pour éviter l’amertume », garantissait « un effet diurétique, sudorifique, calmant, antinévralgique, régulateur du grand sympathique, dissolvant et détergent, antiseptique des voies urinaires, tonique, astringent et digestif . » Aussi convenait-il de l’administrer en cas « »d’insomnies des enfants et des vieillards, de digestion difficile, de dyspepsies, de névralgies, de migraines, de vertiges, de sentiments d’angoisse, de mélancolie, de neurasthénie, d’hystérie, de gravelle, de jaunisse, d’engorgements du foie et de la rate, d’hydropisie, de palpitations, d’oppression et de douleurs abdominales… ». Et je passerai sur les cataplasmes de feuilles fraîches ou sur les collyres…
On ne s’étonnera pas que Stanislas LECZINSKY, roi de Pologne au XVIIIème siècle prenait quotidiennement le matin une tasse de tisane d’aspérule, affirmant avec force devoir sa robuste santé à la divine plante.
A l’occasion d’une des visites annuelles de la Confrérie au Palais royal, cette souveraine habitude fut contée à Sa Majesté Notre Roi Albert II en 1995, non sans filouterie d’ailleurs par notre Grand Bailli Bernard Van der Maren, qui a d’abord parlé de consommation journalière de Maitrank avant de piteusement confesser à Sa Majesté que, « non, Sire, c’est vrai, il s’agissait bien de la tisane d’aspérule et non du Maitrank » comme venait de le corriger un des confrères présents. Ce jour-là et avec beaucoup d’humour, Notre Roi se laissa introniser Echanson d’Honneur de notre confrérie.

En Pays d’Arlon, la fabrication du Maitrank est une affaire encore fort populaire. On cueille l’aspérule fin avril, impérativement avant la floraison, pour la mettre à macérer dans du vin blanc de la Moselle luxembourgeoise – le plus souvent de l’Elbling – avec les autres ingrédients de base. D’aucuns corsent le mélange avec d’autres produits naturels, mélanges relevant de secrets de fabrication, jalousement gardés par les intéressés… Mais une fois les breuvages à maturité, quelles empoignades, chacun défendant la supériorité de son Maitrank, contraignant les combattants, peu disposés à s’en laisser conter autrement, à moult dégustations comparatives jusqu’à tard dans la soirée…
L’usage de l’aspérule distingue le vrai Maitrank, élaboré sans essence aromatique de synthèse ou de substitution, et garantit le caractère artisanal de sa fabrication. En effet, même un producteur ambitieux ne peut produire artisanalement que quelques milliers de bouteilles car il est économiquement intenable de financer dans la durée la cueillette de l’aspérule, la manutention, le pressage des oranges nécessairement fraîches, les aires de stockage des touries de macération, etc…
La production de Maitrank « labellisée Confrérie du Maitrank » ne peut être réalisée que dans l’aire géographique du Pays d’Arlon et ce point fait d’ailleurs l’objet d’une procédure contractuelle de contrôle « physique » entre la Confrérie du Maitrank et son fournisseur.

Le vin de Moselle
2000 ans de Viticulture sur les bords de la Moselle luxembourgeoise

Le vignoble de la Moselle luxembourgeoise, malgré son histoire mouvementée produit aujourd’hui des vins de grand caractère et bien charpentés.
Ces vins tant appréciés sont nés d’un sol fertile et bien travaillé, d’une orientation idéale et de l’ardeur des vignerons veillant sans cesse à la production de vins de qualité. Grande est l’importance des facteurs extérieurs influençant la naissance d’un grand vin. Plus grand encore doit être l’art du viticulteur pour maîtriser les données de ces ensembles et garantir des vins dignes d’être recherchés.
La tradition et le savoir ancestral perpétué depuis plusieurs décennies par les autochtones lorrains et tout particulièrement les régionaux de notre terroir, ont donné leur préférence à « l’Elbling » et cela parmi tant d’autres cépages afin de créer ainsi le divin breuvage qui n’est autre que notre véritable Maitrank d’Arlon.
On pourrait définir ce cépage comme étant un vin sec et léger à la fraîcheur caractéristique, avec une acidité typique équilibrée et que l’on peu boire directement. Ce qui en fait un excellent vin pour étancher la soif. l’Elbling convient très bien d’ailleurs pour un mariage de raison avec notre merveilleuse aspérule odorante appelée aussi, fleur de mai et qui dès que s’annonce les première lueurs du printemps, montre le bout du nez à l’ombre de la haute futaie.Emile LIBAN, Grand Sommelier
Ses recettes
La préparation du Maitrank…
Il n’existe pas de recette unique de MAITRANK. Il en existe autant qu’il y a de fabricants, qu’ils soient confidentiels pour la famille et les amis ou qu’ils soient commerciaux.
Certains l’aiment plus sec avec un fort goût d’aspérule, d’autres le préfèrent plus doux et plus vineux. Chacun vous dira qu’il a le meilleur MAITRANK du monde puisqu’il le fait à son goût et que, si par hasard il en trouvait un meilleur chez un voisin, il adopterait immédiatement sa recette.
Il existe évidemment les ingrédients de base sans lesquels il n’y a pas de MAITRANK ! Ce sont :
– le vin blanc sec de la Moselle luxembourgeoise,– l’aspérule odorante, – le sucre, – l’orange.
1. Le vin blanc : le MAITRANK fabriqué pour la confrérie est réalisé à partir d’Elbling de la Moselle luxembourgeoise mais certains arlonais préfèrent le faire à partir de Rivaner qui est un vin moins sec. Ces vins sont vendus dans le commerce dans des bouteilles d’une contenance de 1 L. C’est pourquoi toutes les proportions des recettes sont faites à partir d’1 L. de vin.
2. L’aspérule odorante : elle doit être cueillie avant sa floraison pour qu’elle ait toute sa puissance gustative et odorante. Une fois fleurie, elle devient beaucoup plus fade. Les recettes diverses vous diront qu’il en faut entre 12 et 18 par litre en fonction de la taille de la plante et selon qu’on aime son goût plus ou moins prononcé. Lorsqu’on la pèse, on estime que 10 gr. de plantes par litre de vin constituent une dose satisfaisante. Il est prudent et hygiénique de la laver rapidement avant de la mettre en macération dans le vin.
3. Le sucre : il est évident que le goût de chacun intervient dans ce dosage qui dépend également du vin utilisé. Ceux qui utilisent du Rivaner sucrent en principe un peu moins que ceux qui utilisent de l’Elbling. On ne connaît pas de recette utilisant moins de 8 morceaux de sucre par litre. La moyenne s’installe autour de 12 morceaux de sucre (60 gr.) par litre de vin.
4. L’orange : il convient de bien laver les oranges avant de les faire macérer pour éliminer au maximum les substances avec lesquelles elles auraient éventuellement été pulvérisées, car on ne les épluche pas ! Elles sont indispensables au goût du MAITRANK. Certains mettent macérer une demi-orange en rondelles par litre de vin, mais la plupart des artisans fabricants font macérer une orange en rondelles par litre de vin.
Les éléments supplémentaires qu’on y retrouve le plus souvent sont :
1. Le cognac : c’est un élément qu’on retrouve dans la plupart des MAITRANK faits maison réalisés de façon artisanale. Les gens raisonnables ajoutent un verre de cognac par litre de vin.
2. Le porto, le cointreau ou autre liqueur selon les goûts… pour ceux qui aiment un MAITRANK plus liquoreux. Cela augmente évidemment le taux d’alcool de cet apéritif qui se boit comme du petit lait. Il devient par conséquent plus « traître » !
3. La cannelle : presque tous ceux que cet arôme ne dérange pas en ajoute un rien (point trop n’en faut, ce goût ne doit pas dominer) à leur préparation. Un quart de bâton par litre de vin suffit !
4. Plus rarement, quelques feuilles de cassis et/ou ½ citron en tranches.
Cette liste n’est évidemment pas exhaustive. A chacun son petit secret de fabrication ! A chacun le soin de rechercher la recette qui lui ravira le palais.
Traditionnellement, la macération se fait dans un (des) grand(s) pot(s) de grès durant 48h00. Remuer de temps à autre pour assurer l’homogénéité du breuvage. Filtrer en remettant en bouteille(s) et servir bien frais avec une rondelle d’orange. A votre bonne santé !
N.B. : Avec les rondelles d’oranges qui ont servi à la macération, on peut faire une confiture d’oranges au MAITRANK des plus délicieuses ! je mettrais des des image plus tard

_________________
cool la pension


Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 5 Dec - 00:05 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ninete
Administrateur

Offline

Joined: 15 Apr 2012
Posts: 40,129
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鼠 Rat

PostPosted: Wed 5 Dec - 09:19 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

Ça a l'air bon tous ces mélanges et en plus ce n'est pas cher comme apéro, 5.35 € 

 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Back to top
jean claude6870


Offline

Joined: 18 Apr 2012
Posts: 12,844
Localisation: lure franche comté
Masculin Sagittaire (22nov-21déc) 鷄 Coq

PostPosted: Thu 6 Dec - 08:21 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

mais vous ne pensez donc qu'a boire et manger en Belgique  Mort de Rire Mort de Rire  remarque toutes les confréries sont en principe pour de la bouffe , et au diable les végétariens et autres veganes  
_________________
a trop craindre la vie , on attrape la mort


Back to top
Ninete
Administrateur

Offline

Joined: 15 Apr 2012
Posts: 40,129
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鼠 Rat

PostPosted: Thu 6 Dec - 14:50 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

Et ils ont bien raison, y'a que ça de vrai.
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Back to top
Frisepaulette
MODÉRATEUR

Offline

Joined: 14 Apr 2012
Posts: 21,311
Localisation: France Allier 03
Féminin Verseau (20jan-19fev)

PostPosted: Thu 6 Dec - 16:19 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

Regarde chez nous y a le Saint Pourçain dans l'Allier et la confrérie de la Ficelle
http://www.laficelle-saintpourcain.fr/fr/Article/5506/Confrerie-des-Compagn…

_________________
Tout dans la vie est une question de savoir rire


Back to top
Omphale


Offline

Joined: 17 Jul 2012
Posts: 13,952
Localisation: Ria
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

PostPosted: Fri 7 Dec - 17:46 (2018)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON Reply with quote

encore une bien belle confrérie, quel riche patrimoine ! merci tomy pour ces découvertes des confréries belges et bravo pour tes reportages
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Back to top
Contenu Sponsorisé






PostPosted: Today at 20:30 (2019)    Post subject: ROYALE CONFRÉRIE DU MAITRANK D'ARLON

Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    50's pour toujours Forum Index -> fiftiz pour toujours -> HISTOIRE -> CONFRÉRIES BELGES All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group