50's pour toujours Forum Index

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   SearchSearch   MemberlistMemberlist   UsergroupsUsergroups   RegisterRegister 
 ProfileProfile   Log in to check your private messagesLog in to check your private messages   Log inLog in 



 Bienvenue 
Guest  bienvenue sur le fofo







CONFRÉRIE DES POTIERS

 
Post new topic   Reply to topic    50's pour toujours Forum Index -> fiftiz pour toujours -> HISTOIRE -> CONFRÉRIES BELGES
Previous topic :: Next topic  
Author Message
tomy


Online

Joined: 24 Sep 2012
Posts: 5,560
Localisation: Nivelles- baulers( belgique
Masculin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Tue 30 Jan - 23:45 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

En 1994, l'idée de créer une confrérie des potiers fait surface et plusieurs personnes sont tentées par l'aventure. Il est effectivement nécessaire de promouvoir la poterie de Bouffioulx.
C'est en juin 1994 que la confrérie réalise sa cérémonie d'investiture en l'Eglise Saint-Géry à Bouffioulx.

Les buts essentiels sont de défendre et promouvoir la poterie traditionnelle de Bouffioulx, de faire connaître la région et son patrimoine.
Sur le plan gastronomique, la confrérie veut défendre le pâté ancestral et la bière "Bouffalo".

Notre prochain chapitre aura lieu le dimanche 11 mars 2018.
[Un très beau reportage de TELESAMBRE sur notre dernier chapitre du 12 mars dernier peut être regardé en cliquant ici. je met le lien https://www.telesambre.be/-bouffioulx-les-potiers-au-chapitre-_d_21393.html




Un peu d’histoire :
LES POTIERS DE BOUFFIOULX OU VINGT SIÈCLES DE SAVOIR FAIRE

Grâce à des fouilles archéologiques menées entre 1986 et 2002, on sait avec certitude que des potiers œuvraient à Bouffioulx à l'époque romaine. En effet, un four de potier a été mis à jour et daté au carbone 14 par l'Institut Royal du Patrimoine Artistique de Bruxelles comme étant du 1er siècle de notre ère.
En 1595, le chapitre Saint-Lambert de Liège, seigneur de Châtelet, Pont-de-Loup et Bouffioulx accorda sa charte au Franc-Métier des potiers de pierre de leur seigneurie sambrienne. Cette charte confirmait un peu plus l'existence d'une très ancienne activité locale.
Les potiers trouvèrent sur place durant de nombreux siècles, la matière première, une argile de bonne qualité résistant à la haute température de plus ou moins 1300 °C permettant l'apport de sel marin nécessaire à la vitrification des poteries. Le combustible fut d'abord le bois fourni par la forêt omniprésente et ensuite, dès le XVIIIème siècle, le charbon.
Le Franc-Métier des potiers survit à l'époque révolutionnaire qui avait cependant décrété la suppression des corporations mais il avait perdu tout pouvoir. Il disparut définitivement en 1824.

Après avoir connu son apogée au XVIIème siècle, la « vaisselle » de pierre décorée ou non souffre au XVIIIème siècle d'une désaffection provoquée par le succès de la vaisselle en faïence produite par d'importantes manufactures. Pour pallier à ce désintérêt, Bouffioulx développe au XIXème siècle la fabrication industrielle des pots à conserve et des tuyaux en grès, production rentable qui offrit d'importants débouchés jusque dans les années 60.
Quant au grès d'art, il vécut un nouvel âge d'or au cours de la moitié du XXème siècle sous les doigts amoureux de « magiciens de la terre de pots ».
Aujourd'hui, trois Maîtres-potier continuent le métier de leurs ancêtres, métier qui n'a jamais cessé d'exister dans la localité depuis le Moyen-Age. Ce sont les poteries BIRON, DUBOIS et LARDINOIS.
La confrérie tient traditionnellement son chapitre dans l’ancienne poterie GUÉRIN devenue aujourd’hui la « Maison de la Poterie ».
Entièrement rénovée, elle est devenue un lieu de mémoire historique pour ce qui fut jadis et encore aujourd’hui, mais dans une moindre mesure, le fleuron de la poterie mondiale. À l’heure actuelle, ce sont les deux frères LARDINOIS qui tentent de conserver les formes et les styles des grès GUÉRIN parmi les plus purs et les plus appréciés au monde.

Origine :

La Corporation du Franc Métier des Potiers est donc une respectable dame âgée de 400 ans. II était de coutume en ces temps lointains et durant de longues années, qu'une fois l’an, les Maîtres Potiers offrent un « festin » à leurs ouvriers, familles et amis.
C'est cette tradition que la Confrérie des Potiers de Bouffioulx veut faire revivre lors de son chapitre annuel. Les Maîtres Potiers, désireux de vous recevoir agréablement, œuvrent pour que du début à la fin du repas, vous vous mangiez et buvez dans du grès artisanal. C’est donc un repas rustique mais raffiné, dans une ambiance chaleureuse, qu’ils espèrent vous faire partager.
Composition du groupe :
La Confrérie des Potiers est administrée par un grand conseil formé comme suit :
- Le Grand-Maître (Président).
- Le Maître Potier.
- Le Grand Argentier (Trésorier).
- L’Intendant (Trésorier adjoint).
- Le Grand Tabellion (Secrétaire).
- Le Grand Archiviste (Secrétaire adjoint).

Les autres membres sont « Compagnon » ou « Gente Dame ».
Toutes les décisions se prennent par l’ensemble des confrères.
Le grand conseil ne se réunit que pour des problèmes graves et importants (2 fois en 20 ans !).

Tenue :

Le confrère porte une chasuble de velours vert, bordée de velours rouge. L’épitoge est rouge et part de l'épaule droite. Le bas de l'épitoge est bordé de blanc et supporte un petit grès. Le collier formé d'un ruban de couleurs différentes selon le rang et d'un écu numéroté en grès, en couleur, représentant au centre un potier au tour. Pour les sorties où la tenue d’apparat n’est pas indiquée, il est demandé aux dames de porter une jupe noire, un chemisier blanc et la broche de la confrérie. Pour les messieurs, il est souhaité un costume sombre, une chemise blanche et la cravate de la confrérie.
Produits défendus :
La bière "Bouffalo" :

Il s'agit dune bière brune, genre scotch, qui titre 7,2 % d'alcool et conditionnée en bouteille de 25 cl.
Le pâté ancestral :
Il s'agit d'une recette ancienne découverte et remise au goût du jour par le Grand Maître actuel Marcel JANKOWSKI. Il est à base de foie et viande de porc, d'échalotes, de petits légumes, de crème, de vin blanc, de bière Bouffalo et... quelques petits secrets.
Médaille :
La médaille est évidemment en terre cuite et représente la silhouette d’un pot à deux anses.On y lit le nom de la confrérie qui surplombe un potier au travail assis à son tour.
Bannière :

La confrérie dispose d’une bannière aux mêmes couleurs que la tenue des confrères et qui porte les mêmes inscriptions et logos que sur la médaille.
Saint-Etienne, patron des potiers de Châtelet et Bouffioulx
par Marcel Nihoul dans "Artisanat et folklore au pays de Châtelet" - 1992
Fronton Maison de la Poterie

C’est le 26 décembre 1595, que la charte du "Franc-Métier des Potiers de Châtelet, Pont-de-Loup et Bouffioulx" fut accordée par le Chapitre de la cathédrale Saint-Lambert de Liège, seigneurs des trois localités. La date choisie par les chanoines liégeois était symbolique. En effet, elle coïncidait avec la fête de la saint Etienne, patron des potiers de leur seigneurie.
Pourquoi ce choix de saint Etienne ? Qui était-il ?
Il fut l’un des sept premiers diacres choisis pour soulager les apôtres dans l’administration des biens matériels de l’Eglise primitive. Il mourut entre 31 et 36 ans, martyr, lapidé.
C’est vraisemblablement la nature de son martyre qui l’a fait choisir pour patron par les potiers. En effet, d’après une tradition toujours vivace, c’est avec des tessons de poterie que saint Etienne fut lapidé à mort par la foule hostile. Ce martyre est évoqué au fronton de la porte d’entrée de ce qui fut la "Poterie" Guérin à Bouffioulx.
La Saint-Etienne était une date très importante pour le Franc-Métier des Potiers de Châtelet-Bouffioulx, qui subsista jusqu’en 1823. Ce jour là, les maîtres potiers tenaient une assemblée obligatoire dans leur local, "Au Pot d’Estain" à Châtelet, pour élire les deux gouverneurs du Métier et pour arrêter les mesures relatives à l’organisation du travail dans les ateliers de poterie. Bien entendu, cette assemblée était aussi pour les potiers, prétexte à force libations.
Un dîner les réunissait également. Une partie de celui-ci leur était offerte par le Chapitre lors du paiement des redevances qu’ils devaient à celui-ci. Auparavant (au XVIe siècle ), c’était les serviteurs qui, le jour de la Saint-Etienne, apportaient au mayeur de Châtelet les chapons et autres redevances destinés aux chanoines liégeois; ils en recevaient, à cette occasion, des pièces de monnaie et des sarta virida (sarraus ?).
Saint-Etienne
Bien sûr, le 26 décembre, qui était pour eux une journée bien remplie, tous les membres du Franc-Métier participaient, en corps, derrière leur bannière, à la célébration de la fête de saint Etienne, en l’église de Châtelet.
Celle-ci possédait une chapelle dédiée à saint Etienne qui bénéficiait de la générosité des potiers. Ainsi, pour être admis maître, un serviteur devait payer, entre autres, 25 florins "à la fabrique et décoration de la chapelle Saint-Etienne leur patron en l’église de Chastelet".


Son autel, dont le curé de Bouffioulx était déjà détenteur en 1558, est indiqué comme suit dans des pouillés du concile de Châtelet de la fin du XVIIe siècle.

Dictum altare S. Stephani in ecclesia Castilensi quod est incorporatum rectori hujus ecclesiae de Boffioul est valoris 12 modiorum. Et sous la rubrique Châtelet : Altare S.Stephani incorporatum vicariae de Bofioul ad 12 m.
Vers 1350, on cite "li maison qui fut del capellerie sain stevenne". En 1454, il est question du "bonnier saint Stenne" dont les revenus étaient consacrés à l’entretien de l’autel Saint-Etienne.
Ces 2 mentions prouvent, pour le moins, la grande ancienneté du culte de saint Etienne à Châtelet.
L’autel était décoré de "la plus ancienne de toutes les statues" que renfermait l’église en 1866. Elle paraissait remonter au XVe siècle.
La Chapelle, son autel et la statue disparurent lors de la démolition de l’église Saint–Pierre–et–Paul, en 1867. Lorsqu’en 1880, Coraly Pirmez – une cousine de l’écrivain Octave Pirmez – fit édifier l’église de l’Immaculée Conception, à Châtelet–Faubourg, elle fit décorer l’édifice de statues de saints, réalisées par les ateliers Mayer et Compagnie de Munich, dont celle de saint Etienne. La chose était bien normale car la plupart des très nombreuses fabriques de poterie que comptait alors Châtelet étaient concentrées dans cette paroisse.
Les ateliers de poterie ont disparu, la statue aussi ! Et cependant, au début des années 70, elle ornait encore l'église. La paroisse de Bouffioulx possède sa statue (en plâtre) de saint Etienne. Mais son peu de valeur artistique l'a fait reléguer dans une armoire.
Bien qu’elle ne soit plus guère suivie, une messe est toujours célébrée en l’honneur du saint patron des potiers, en l’église Saint-Géry, à Bouffioulx.
Les archives de la paroisse font état d’une fondation du nom de "Bénéfice Saint-Etienne", c’est-à-dire un capital dont le revenu devait servir à dire des messes au profit des membres de la confrérie des potiers. Cette fondation était attachée à l’église de Châtelet, mais lors de l’érection de la paroisse de Bouffioulx, en 1602, la fondation fut transférée à l’Eglise Saint-Géry. Elle devait permettre de célébrer une messe par quinzaine. Actuellement, le revenu annuel est de 24 F et la fondation est regroupée avec les charges d'autres fondations.
A Châtelet, la célébration du culte de saint Etienne a quitté l'église des Saint-Pierre-et-Paul (centre) au profit de l'église de l'Immaculée Conception (Faubourg). C'est dans cette paroisse - nous l'avons signalé - que se sont concentrées les fabriques de poterie.
La messe en l'honneur de saint Etienne y fut célébrée jusqu'à la fin des années 50 ou au début des années 60 où elle disparut faute de fidèles.
C'est ce qui menace la messe de la Saint-Etienne à Bouffioulx !
A Châtelet, cet office ne bénéficiait d'aucune fondation. C'était la chaisière qui faisait la collecte chez les potiers; il en fut ainsi vraisemblablement tant que la messe fut célébrée et, en tout cas, jusque dans les années 50-60.
Dans les archives de la paroisse, l'abbé Alexandre Molle, curé du Faubourg, note, en 1901, que la collecte avait rapporté la somme de 36 F, ce qui lui avait permis de donner 8 F à son vicaire, 6,50 F au clerc-organiste-sacristain, 2 F au souffleur (pour les orgues), 2 F pour le sonneur, 3 F pour les enfants de choeur et 3 F pour la collecteuse. La messe était célébrée le 26 décembre à 10 heures, par le curé Molle et son vicaire.
Une tradition qui se perpétue est celle des libations et du repas.
Voyons comment cela se passe dans les quatre fabriques de poterie existantes, essentiellement des fabriques de grès d'art : les établissements W. Biron, à Châtelet, Dubois, Lardinois et Losson, à Bouffioulx.
La Saint-Etienne tombant le 26 décembre, lendemain de la Noël, il n'est pas possible de la fêter la veille comme cela se fait pour les autres saints patrons de métier. Alors, suivant les établissements, elle a lieu soit le vendredi qui précède la Noël, soit le 23 ou encore le 24 décembre. La fête débute vers 10 heures par des libations que suit un repas qui réunit le patron et son personnel, le plus souvent dans l'atelier même qui bénéficie à cette occasion d'un nettoyage complet.

Il existe une statue de saint Etienne chez Dubois et chez Losson. Elles sont, pour la circonstance, décorées et fleuries. A la Poterie Gilles, à Châtelet, la statue se trouvait dans une petite niche, une potale, à la façade de l'établissement. Pour la Saint-Etienne, un autel était dressé et l'ensemble était décoré de fleurs et de guirlandes d'ampoules électriques.

Signalons encore que la Poterie Biron a créé dans une ancienne fabrique de poterie de Bouffioulx une taverne avec une salle d'exposition, appelée "Au Saint-Etienne" et bien entendu décorée d'une statue du saint.

Jadis, les potiers de Châtelet-Bouffioulx honoraient également leur patron, le 3 août, jour de "l'Invention de Saint Etienne", commémorant la découverte des reliques du saint, en 415. Les potiers faisaient célébrer, ce jour-là, une année dans l'église de Châtelet, l'autre dans celle de Bouffioulx, un service religieux à la mémoire des potiés trépassés. Cet office n'est plus célébré et son souvenir est perdu.

Si saint Etienne n'est plus guère vénéré, il est toujours joyeusement fêté par les potiers de Châtelet et Bouffioulx qui perpétuent ainsi une vieille tradition.


Le Franc-Métier réunissait les maîtres ou patrons, les apprentis ou candidats maîtres et les serviteurs ou ouvriers. Ils étaient administrés par un gouverneur élu chaque année le 26 décembre, jour de la Saint-Etienne, saint patron des potiers de l'entité.

Maîtres-Potiers : un savoir-faire à reconnaître !
Reconnus par-delà la région, le savoir-faire des Maîtres Potiers est pourtant en danger de disparition. La Ville de Châtelet, les Potiers, le tissu associatif et les groupements de préservation du patrimoine s'unissent pour défendre ce bijou de glaise et de sel afin qu'il soit reconnu officiellement par la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Il s'agit d'une histoire millénaire qui relie le travail de la terre et l'entité de Châtelet. Des fouilles, réalisées entre 1986 et 2002 ont en effet mis à jour un four de poterie et de nombreuses traces datant de l'époque romaine (officiellement daté au premier siècle de notre ère par l'Institut Royal du Patrimoine Artistique de Bruxelles).
La Poterie a traversé les siècles, et c'est du 16ème au 20ème siècle qu'on observe sa grande prospérité industrielle dans la région. Le rayonnement des potiers de Châtelet et Bouffioulx concurrencait même les ateliers allemands ! Le savoir-faire se transmettra et se renouvellera, profitant d'un spectaculaire rebond à l'âge d'or du grès artistique au début du 20ème siècle.

Hélas, la menace de disparition plane sur ce savoir-faire ancestral. De nos jours, la production de grès ne repose plus que sur trois ateliers : les poteries Biron, Dubois et Lardinois. Ces Maîtres Potiers approchent de l'âge de la pension et leurs ateliers sont susceptibles de fermer leurs portes d'ici quelques années. Faute de candidats repreneurs, la transmission du savoir-faire risque de se perdre malgré l'investissement du tissu associatif.
Les spécificités des poteries de Châtelet et Bouffioulx sont pourtant uniques !
Mise en avant par la nuit des étincelles, la technique du salage offre aux grès un maillage intégral. En effet, le sel est projeté dans les fours à très haute température, provoquant une réaction chimique entre le sodium et la silice. Cette méthode ne pourrait exister sans la mono cuisson spécifique à nos potiers. Les pièces sont décorées avant enfournement et cuisent progressivement jusqu'à 1300 degrés !
Un patrimoine fermement défendu par la population de l'entité
Que ce soit au travers des Fêtes de la Poterie, des ateliers et cours de travail de la terre ou de la redynamisation des Poteries en espace culturels, la population répond toujours présent et soutient fermement son sol, sa terre, ses poteries.
Concrètement, si le savoir-faire des Maîtres-Potiers reçoit une reconnaissance officielle des institutions publiques, cela permettrait par exemple de négocier des facilitations pour ce métier en passe de disparaître. Par exemple, les frais modernes sont en contradiction avec la réalité ancestrale de ces artisans taxés comme des patrons d'usine.
Tous présents pour signer.
Ce vendredi 17 novembre, nous étions nombreux à signer le document de demande de reconnaissance patrimoniale orale et immatérielle de la Communauté Française.
Les trois potiers en activité : Poterie Biron, Dubois et Lardinois.
La maison de la Poterie (Centre d'interprétation)
Les groupements et associations qui ont notamment pour objectif de défendre le patrimoine tels que : ASBL La Grange aux Potiers, Collectif Poteries Vivantes, Confrérie des potiers, Syndicat d'Initiative de Bouffioulx, Société Royale d'Histoire “Le Vieux Châtelet”, Société Royale d'Archéologie, d'Histoire et de Paléontologie de Charleroi, Académie de Dessin et des Arts décoratifs Gustave Camus de Châtelets.

ya pas qu eux qui defende les poterie locale Longtemps divisés, les potiers d'Alsace s'unissent contre le Made in China
l

Les derniers potiers d'Alsace, héritiers d'un savoir-faire remontant au Moyen-Age, espèrent obtenir une future indication géographique pour se protéger d'imitations chinoises, une procédure qui implique aussi de laisser de côté leurs vieilles querelles.

Dans un coin du bureau de l'atelier Siegfried-Burger de Soufflenheim (Bas-Rhin), l'un des deux grands villages potiers alsaciens avec Betschdorf, Pierre Siegfried, président de l'association des potiers d'Alsace, montre fièrement le portrait de son arrière-grand-père.

"C'est son arrière-grand-père à lui qui a fondé l'entreprise" en 1842, explique-t-il, rappelant que vers 1900 "on comptait de 50 à 60 ateliers de potiers rien qu'à Soufflenheim", contre à peine 14 aujourd'hui, et 6 à Betschdorf, distant de 10 km.
Le déclin de la poterie locale, qui pendant des siècles s'est approvisionnée dans des carrières d'argile voisines, s'est accéléré ces quinze dernières années, avec la perte d'"une centaine d'emplois au moins" dans les ateliers des deux villages, selon M. Siegfried. Aujourd'hui encore, plusieurs ateliers sont en dépôt de bilan, d'autres ferment pour fin de succession.

elon M. Siegfried, les grands responsables de ces difficultés sont les revendeurs et grossistes, qui importent massivement des poteries chinoises à bas prix reproduisant les terrines pour Bäckeoffe et autres moules à Kougelhopf, deux spécialités culinaires alsaciennes.
Les décorations de ces copies ont aussi "un cachet local, avec des petits coeurs, des cigognes... Cela donne confiance au client et lui fait croire qu'il achète un produit fabriqué chez nous", déplore Peggy Wehrling, une potière de Soufflenheim qui a dû licencier ses trois salariés fin mars, faute de commandes suffisantes.
"Je m'en rends compte quand je vais sur les marchés de Noël ou dans les villages touristiques de la région. Les boutiques de souvenirs présentent un petit peu nos poteries locales, mais beaucoup plus d'importations", s'indigne Mme Wehrling.
- Un carton au Japon -
L'autre "gros souci", c'est "une sacrée rivalité entre potiers, qui est néfaste, conflictuelle parfois", rappelle le maire de Soufflenheim, Camille Scheydecker.
jusqu'à présent, l'association des potiers d'Alsace ne représentait que sept ateliers de Soufflenheim et Betschdorf. Faute d'accord sur une charte commune, parfois aussi à cause de différends familiaux tenaces, certains potiers avaient choisi de faire cavalier seul, d'autres formaient une "confrérie" parallèle...
Mais avec la perspective d'une indication géographique (IG) l'an prochain, un label qui garantira la qualité et l'authenticité de leurs produits, les potiers "ont bien compris qu'ils fallaient être unis", se félicite le maire.
Il a promis de son côté d'améliorer la signalétique touristique aux abords de la commune, jugée insuffisante par les potiers.
"Plus on est, plus fort on sera", résume Pierre Siegried, se réjouissant que l'association des potiers d'Alsace, en pointe sur le dossier de l'IG, devrait prochainement s'étoffer de 5 à 6 nouveaux membres.
La poterie Beck de Soufflenheim, longtemps réticente à toute adhésion, est désormais prête à sauter le pas.
"L'IG, ça ne peut être qu'un bien, mais ça ne doit pas nous empêcher de continuer à évoluer (...). Il ne faut pas être des ayatollahs des traditions", souligne Richard Beck, le gérant de la société, dont les origines remontent au XVIIIe siècle.
usqu'à présent, l'association des potiers d'Alsace ne représentait que sept ateliers de Soufflenheim et Betschdorf. Faute d'accord sur une charte commune, parfois aussi à cause de différends familiaux tenaces, certains potiers avaient choisi de faire cavalier seul, d'autres formaient une "confrérie" parallèle...
Mais avec la perspective d'une indication géographique (IG) l'an prochain, un label qui garantira la qualité et l'authenticité de leurs produits, les potiers "ont bien compris qu'ils fallaient être unis", se félicite le maire.
Il a promis de son côté d'améliorer la signalétique touristique aux abords de la commune, jugée insuffisante par les potiers.
"Plus on est, plus fort on sera", résume Pierre Siegried, se réjouissant que l'association des potiers d'Alsace, en pointe sur le dossier de l'IG, devrait prochainement s'étoffer de 5 à 6 nouveaux membres.
La poterie Beck de Soufflenheim, longtemps réticente à toute adhésion, est désormais prête à sauter le pas.
"L'IG, ça ne peut être qu'un bien, mais ça ne doit pas nous empêcher de continuer à évoluer (...). Il ne faut pas être des ayatollahs des traditions", souligne Richard Beck, le gérant de la société, dont les origines remontent au XVIIIe siècle

le style innovant de son atelier, avec des décors moins chargés et des teintes plus chaudes, s'est d'ailleurs avéré payant: depuis 2013 une importatrice japonaise, Kei Minagawa, s'est entichée de ses produits.
De 10.000 pièces par an, ses commandes sont passées à 30.000, soit 10 à 15% de la production annuelle de l'atelier.
"Ça se vend vraiment très bien au Japon, la production a même du mal à suivre mes commandes!", s'enthousiasme Mme Minagawa, interrogée par l'AFP.
"Faire de la cuisine japonaise dans des poteries françaises, ça plaît beaucoup au Japon", souligne la femme d'affaires, qui propose aussi des recettes de cuisine avec les terrines alsaciennes, qu'elle vend dans des grands magasins de Tokyo et sur une chaîne de téléachat.

05/07/2015 10:46:34 - Soufflenheim (France) (AFP) - Par Etienne BALMER - © 2015 AFP
Partager sur
_________________
cool la pension


Back to top
Publicité






PostPosted: Tue 30 Jan - 23:45 (2018)    Post subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
Ninete
Administrateur

Offline

Joined: 15 Apr 2012
Posts: 40,430
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû) 鼠 Rat

PostPosted: Wed 31 Jan - 10:11 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

Très jolie vaisselle. Encore une belle confrérie.
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Back to top
Marie-Hélène
Guest

Offline




PostPosted: Wed 31 Jan - 10:33 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

Quimper est connu aussi pour ses poteries anciennes : qui ne connaît pas les faïenceries Henriot ?

C'est prodigieux de regarder le travail du potier sur son tour.La position des mains qui fait monter l'objet,forme un rebord ou un bec !!!!

Connais pas les poteries dont tu parles tomy.Mais indissociables de la fête ?ça on ne connait pas chez nous  Okay  


Back to top
michel
Guest

Offline




PostPosted: Wed 31 Jan - 10:38 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

Marie-Hélène wrote:
Quimper est connu aussi pour ses poteries anciennes : qui ne connaît pas les faïenceries Henriot ?

C'est prodigieux de regarder le travail du potier sur son tour.La position des mains qui fait monter l'objet,forme un rebord ou un bec !!!!

Connais pas les poteries dont tu parles tomy.Mais indissociables de la fête ?ça on ne connait pas chez nous  Okay  




marie helene
poteries anciennes à quimper
ou poteries chinoises à quimper! Laughing


Back to top
Omphale


Offline

Joined: 17 Jul 2012
Posts: 14,088
Localisation: Ria
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

PostPosted: Wed 31 Jan - 17:38 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

encore une belle confrérie, merci tomy de nous faire découvrir tout ça. Ces poteries sont jolies, j'aime bien les poteries colorées.
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Back to top
mam


Offline

Joined: 17 Jun 2012
Posts: 23,413
Localisation: 74-GE
Féminin Balance (23sep-22oct) 牛 Buffle

PostPosted: Wed 31 Jan - 20:39 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

Oui Marie-Hélène, la poterie qui monte, qui monte, qui monte ...

Embarassed Embarassed Embarassed Embarassed



Laughing Laughing Laughing
_________________
rien ne sert de courir il faut partir à point


Back to top
tomy


Online

Joined: 24 Sep 2012
Posts: 5,560
Localisation: Nivelles- baulers( belgique
Masculin Lion (24juil-23aoû)

PostPosted: Wed 31 Jan - 23:19 (2018)    Post subject: CONFRÉRIE DES POTIERS Reply with quote

Okay Okay on appel sa joindre l utile a l agreable
_________________
cool la pension


Back to top
Display posts from previous:   
Post new topic   Reply to topic    50's pour toujours Forum Index -> fiftiz pour toujours -> HISTOIRE -> CONFRÉRIES BELGES All times are GMT + 1 Hour
Page 1 of 1

 
Jump to:  

Index | Administration Panel | Free forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group