50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Lun 17 Juil - 07:45 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

La salle des fêtes de l'Élysée, "une ruche et un théâtre"
 


  
Au cœur du pouvoir, la salle des fêtes de l'Élysée accueille notamment l'investiture du président de la République. Il s'y en est passé des choses au cours de l'Histoire !
 

ci, tout est prestigieux : la hauteur du plafond, les lustres, les tapisseries, l'épaisseur de la moquette, mais aussi la liste des chefs d'État étrangers, des rois et des reines qui ont été honorés. Des personnalités récompensées. Depuis 128 ans, c'est ici que tout se passe. "On est vraiment au cœur de l'Histoire de France", confie notre guide Patrice Duhamel, qui arpente et fréquente le Palais depuis plus de quarante ans.

"Tous les téléspectateurs du monde ont vu une fois cette salle des fêtes, où il y a eu vraiment des événements historiques", poursuit-il. Le dernier en date : l'investiture d’Emmanuel Macron, comme tous ces prédécesseurs. Des présidents qui ont tous donné leur conférence de presse dans cette solennelle et immense salle fêtes.
  

 
La salle des fêtes, c'est aussi cinquante réceptions par mois : le Noël des enfants, des champions olympiques honorés, un dîner d'État ou des cocktails prestigieux. Le tout sous la direction de l'intendant de l'Élysée. "Cela ne s'arrête jamais, c'est 24 heures/24 et 365 jours/an, c'est une ruche, c'est un théâtre, c'est la vitrine de la France", confie Patrice Duhamel, auteur de L'Élysée, histoire secrets et mystères (Plon).

 
Jusqu'en 1975, des grands artistes sont venus y jouer des scènes d'auteurs classiques. Comme la pièce Oscar avec Louis de Funès, le 1er mars 1972 pour le couple Pompidou. Avant lui, le Général de Gaulle se faisait projeter des films le dimanche après-midi. Il n'aimait pas l'Élysée, mais les Français aiment ce Palais qui fêtera ses 300 ans dans trois ans.

Vous pourrez visiter l'Élysée, après quelques heures de patience et d'attente, lors des prochaines Journées européennes du patrimoine.
  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Juil - 07:45 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 18 Juil - 07:44 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Georges Clemenceau a fini sa vie en Vendée

 
C'est à Saint-Vincent-sur-Jard que le "Tigre" a passé les dernières années de sa vie, entre 1920 et 1929.
 


Le bureau de Georges Clemenceau à Saint-Vincent-sur-Jard_
Bernard Acloque Crédit : Bernard Acloque - Centre des Monuments nationaux


 
Comment ne pas être subjugué par cette vue extraordinaire sur l'océan ? La plage à perte du vue. Au loin, l'île de Ré. Et un jardin multicolore, resplendissant, battu par le vent. "La maison de Georges Clemenceau se situe sur la dune. C'est une simple maison de pêcheur, c'est idyllique", s'exclame Éliane Guégain, l'une des responsable des visites, que ce petit paradis émeut. Ici, en Vendée, il venait se ressourcer. En 1920, le "Père la victoire", l'un des acteurs du Traité de Versailles, vient d'être battu à la présidentielle. À 78 ans, c'est l'heure de la retraite, face à la mer. Nous sommes en 1919.

C'est une maison de cinq pièces, de plain-pied, toute simple, d'une sobriété saisissante. "Ma bicoque", disait Georges Clemenceau. Avec des invités prestigieux : Claude Monet, Edmond Rostand, Pierre Loti, Jules Renard, Sacha Guitry, reçus dans le salon d'été. La pièce la plus émouvante, c'est la chambre. Face à nous, le lit et son impressionnante peau de tigre. "Tout est tourné vers l'océan et son jardin. D'ailleurs, il a fait surélever son lit pour voir la mer, assis dans son lit et quelle que soit l'heure de la journée", raconte Éliane Guégain.
  

 
Clemenceau se couchait à 20 heures et se réveillait à 23 heures pour écrire jusqu'à l’aube. Il se promenait alors dans son jardin. Des habitants se souviennent de ce voisin illustre dans un documentaire de 1959. Le "Tigre" a tout de même continué à voyager, en Inde, mais aussi aux Etats-Unis en 1922. Mais il avait besoin de revenir ici, au plus près de la nature. Dans la cuisine, sa place est face à la mer (encore et toujours) et face à son jardin. Une juxtaposition de couleurs, à la mode des impressionnistes de l'époque.

La maison de Georges Clemenceau, gérée par le Centre des Monuments nationaux, est située à côté des Sables-d'Olonne
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Léo


Hors ligne

Inscrit le: 05 Juin 2012
Messages: 8 700
Localisation: Sherbrooke

MessagePosté le: Mar 18 Juil - 19:28 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

J.S
_________________
Bien oui! je suis un perroquet, car tout ce que j'écris, je dis, je pense ou que je fais, m'a été transmis par une autre personne.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 18 Juil - 19:37 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Merci Léo.
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 19 Juil - 08:01 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Hôtel de Brienne : l'ex-PC de dissuasion nucléaire tel qu'il était en 1985   
    
Situé à Paris, l'ancien poste de commandement a été totalement rénové pour nous replonger plus de trente ans en arrière.

 
  

Nous voilà face à l'Hôtel de Brienne. Un magnifique hôtel particulier du XVIIIe siècle, bureau du ministère de la Défense. Et caché quelque part, pendant trente-neuf ans, le PC nucléaire de la France. Réunions secrètes, décisions stratégiques, situation de crise, essais nucléaires à Mururoa : ce PC n'a aucun secret pour Sylvain Vitet, de l'Association des amis de l'Hôtel de Brienne. "La première impression qu'on a en rentrant dans cette pièce, c'est un silence absolu", explique notre guide.

Ce poste de commandement a été totalement rénové pour nous replonger plus de trente ans en arrière. Nous sommes en 1985. "Nous sommes le jour de la mise à l'eau du sous-marin nucléaire lanceur d'engins L'Inflexible", raconte Sylvain Vitet. Un événement qui fait la une du journal télévision de l'époque, présenté par Christine Ockrent. Un événement vécu depuis cette salle d'à peine 20 mètres carrés, aujourd'hui 100% vintage.
    

 
Boîtiers inhibiteurs codés
 

On y trouve un transistor de radio énorme et une télé noir et blanc avec son antenne. Et même un appareil pour projeter des diapositives : pour pour montrer, à l'époque, cartes et positions stratégiques au ministre et à ses conseillers. À ne pas manquer non plus : un téléphone à cadran orange, mais aussi un téléphone crypté gros comme une imprimante (le système Eucalyptus). Plus impressionnants : ces boîtiers inhibiteurs codés ici, dans le plus grand secret, et transportés jusqu'au pied des Mirage.    

 
Mais vous n'avez pas tout vu. Derrière une deuxième porte blindée, une pièce servant à stocker dans les attaché-cases d'autrefois les boîtiers inhibiteurs. Un voyage hors du temps, rythmé par le bruit de trois horloges (heure de Paris, heure de Mururoa et temps universel). Ce lieu incroyable est à découvrir deux samedis par mois.
    

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Jeu 20 Juil - 07:33 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Le Panthéon, d'église à temple des "Grands hommes" 
  
Le monument parisien, qui accueillera bientôt Simone Veil et son mari Antoine, était à l'origine l'une des plus grandes églises de la capitale.
  
  
Une vue générale de la nef du Panthéon Crédit : Didier Plowy - Centre desMonuments nationaux   

 
Au Panthéon, tout est impressionnant. Les colonnes qui vous accueillent. La taille des portes qui vous donne le sentiment d'être tout petit. Nous entrons donc par une petite porte latérale. Nous voici dans une nef hors normes (110 mètres de long pour 84 mètres de large) qui impressionne encore Gaëtan Bruel, l'administrateur du site. "Cette église est née de la volonté de Louis XV, guérissant d'une grave maladie", confie-t-il.

Il a fallu quarante ans pour terminer la construction du Panthéon, bâti sur des carrières d'argile. Cette immense église est achevée en 1790, en plein cœur de la Révolution française. "Pour les révolutionnaires, un choix va se présenter : faut-il mettre à bas ce symbole religieux ou faut-il au contraire s'en saisir ? C'est la mort de Mirabeau, le premier des 'Grands hommes', qui va décider d'un changement de destin dans l'histoire de l'édifice", poursuit Gaëtan Bruel. Mais cette histoire est pleine de rebondissements et d'aller-retour.
  

 
Une crypte entre ombre et lumière. Difficile de ne pas se perdre. Soixante-dix-neuf personnalités reposent ici, parmi lesquelles quatre grandes femmes. Sophie Berthelot, femme d'un chimiste éminent, y entre en 1907. Il aura fallu attendre 1995 pour qu'une autre femme, Marie Curie, deux fois Prix Nobel, entre au Panthéon sur l'impulsion de François Mitterrand. Deux autres femmes, des résistantes, entrent au Panthéon en 2014 : Geneviève de Gaulle-Anthonioz et Germaine Tillion, réunies dans le caveau 9 avec Jean Zay et Pierre Brossolette.

 
"Le Grand homme, ce n'est pas l'homme d'un seul acte, un peu miraculeux d'ailleurs. C'est l'homme ou la femme dont la vie entière irrigue des valeurs et peut donner un exemple", martèle Gaëtan Bruel. C'est exactement le sens de la prochaine entrée au Panthéon de Simone Veil et de son mari. Il reste encore plus de 200 tombeaux. Le Panthéon, lieu de mémoire, voyage extraordinaire dans l'Histoire. Mais c'est aussi, à 40 mètres du sol, un point de vue à 360 degrés sur Paris.

Le Centre des Monuments Nationaux vous propose une toute nouvelle tablette interactive pour vous repérer dans la crypte.
  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Ven 21 Juil - 07:59 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Colombey-les-Deux-Églises :
l'esprit de de Gaulle règne encore à la Boisserie


Rien n'a changé à l'intérieur de l'ancienne résidence personnelle de "l'homme du 18 juin", qui y avait élu domicile en 1934.




La Croix de Lorraine se voit de très loin,fière et dominatrice. En revanche, la Boisserie est cachée dans les arbres. C'est la première maison du village, à gauche. Un simple drapeau français, une petite plaque signale l'entrée. C'est Aurore Jacquinot, la responsable du site qui nous accueille. Elle raconte qu'à l'origine, la Boisserie était une ancienne brasserie. Le nom s'est transformé avec le temps. C'est en 1934 que Charles et Yvonne de Gaulle achètent cette maison pour que leur fille trisomique, Anne, grandisse au calme, à la campagne. Toute la famille s'installe ici le 14 juillet.

Salle à manger, salon, bibliothèque. Vous verrez même les traces de griffes du chat sur les fauteuils club. Une maison très simple, très sobre, telle qu'elle l’était dans les années 50. Rien n'a changé depuis quarante ans, y compris le placard où de Gaulle téléphonait. "Pas de téléphone dans son bureau : on ne sonne pas le général de Gaulle !", insiste Aurore Jacquinot. Le plus saisissant, dans l'angle, au rez-de-chaussée de la tour hexagonale, le bureau du Général. Avec une vue incroyable jusqu'à 15 kilomètres d'horizon.



Le bureau du général de Gaulle dans sa résidence de la Boisserie

Juste devant nous, une petite table de bridge devenue tristement célèbre. C'est là que de Gaulle meurt des suites d'un malaise, le 9 novembre 1970 au soir. Les obsèques sont célébrées à Colombey-les-Deux-Églises, le 12 novembre. C'est le dernier voyage de "l'homme du 18 juin", dans ce magnifique parc ombragé de plus de 2 hectares, où il aimait se promener tous les matins. La vue est superbe. Ses petits-enfants et leurs famille viennent encore ici l'été. Ils occupent le premier étage de la maison. L'esprit du général règne encore ici.

Jusqu'à la fin de l'été, vous pourrez découvrir un son et lumière, raconté par Alain Delon, qui retrace la vie du général de Gaulle, l'homme de Colombey-les-Deux-Églises.
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Lun 24 Juil - 15:03 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Jean-Louis Debré nous livre les secrets de l'Assemblée nationale 
  
Jean-Louis Debré, qui fut à la tête du perchoir sous Jacques Chirac, nous emmène dans les couloirs du Palais Bourbon. 

Quel bonheur de visiter l'Assemblée nationale avec le meilleur guide qui soit : Jean-Louis Debré, ancien président du Palais Bourbon entre 2002 et 2007. Enfant, il faisait du patin à roulettes ici dans les couloirs et les sous-sols, lorsque son illustre père, Michel Debré, était ministre. Il connait tout. "J'aime cette maison. Être au cœur du cœur de la démocratie, c'était un honneur, un bonheur et une joie", confie-t-il.

Les souvenirs se bousculent. Jean-Louis Debré nous convie à faire le chemin que fait le président de l'Assemblée lorsqu'il vient présider les séances. "Il traverse cette magnifique salle des fêtes illuminée, et la Garde républicaine le prend en charge pour que personne ne l'empêche de monter au perchoir. Car c'est à ce moment-là que juridiquement l'Assemblée est constituée", explique-t-il.



 

 
Nous voici maintenant dans l'hémicycle, "là où la démocratie se fait transparente". Du perchoir, le président surplombe les 577 fauteuils en velours rouge des députés. Un hémicycle fait de boiseries, de colonnes, de sculptures et de peintures au plafond. À la fin des séances, les députés les plus en vue passent par une salle emblématique : la salle des Quatre colonnes.  

  

  
Des journalistes se tiennent dans la salle des Quatre colonnes à l'Assemblée  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 25 Juil - 07:37 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

La salle du Jeu de paume, un lieu fondateur de la République 
  
Situé à Versailles, cet espace est célèbre pour le serment qu'y prêtèrent les députés du tiers état le 20 juin 1789. 

C'est ici que la République est née en ce 20 juin 1789. L'acte fondateur. Les représentants du peuple ne peuvent plus accéder à la salle des états généraux. La porte est fermée, sur ordre du roi. La tension est à son comble. Direction la salle du Jeu de paume, à quelques centaines de mètres de là, symbole de la royauté. Ce matin du 20 juin 1789, explique Yves Carlier, conservateur au château de Versailles, une partie est en cours. "Des joueurs de paume se trouvaient dans la pièce, les représentants du peuple sont arrivés et les ont en quelque sorte évacués ou expulsés pour pouvoir prêter leur fameux serment", poursuit-il.

C'est donc dans une salle dévolue au sport, de 29 mètres sur 10 -  un "tripot", comme on le disait à l'époque -, que la République est née. Non sans difficulté. Des débats interrompus d'abord par des joueurs invétérés. Nouvelle interruption, par un représentant du gouvernement cette fois. "Allez dire à ceux qui vous envoient que nous sommes ici par la volonté du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baïonnettes !", aurait lancé Mirabeau.
  

  

  
"Le Serment du Jeu de paume", par David  

 
Dans une vitrine, au fond de la salle, vous pourrez lire le procès-verbal de la première assemblée nationale du 20 juin 1789 et compter les signatures de tous ceux qui étaient présents. Sur le mur d'en face, une immense peinture, inspirée d'un dessin de David, fait revivre ce jour historique. Vous apercevrez Robespierre, l'Abbé Grégoire ou le député Guillotin, l'inventeur de la guillotine. La salle du Jeu de paume, temple de la République, est habitée à partir du 20 juin 1789 d'une âme nouvelle.  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Frisepaulette
MODÉRATEUR

Hors ligne

Inscrit le: 14 Avr 2012
Messages: 18 082
Localisation: France Allier 03

MessagePosté le: Mar 25 Juil - 10:58 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Je n'avais pas vu ce topic !
Merci Ninète de tant travailler pour nous !

_________________
Tout dans la vie est une question de savoir rire


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 26 Juil - 07:37 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

e fort de Brégançon, ex-maison de "vacances" des présidents 
   
Résidence d'été des chefs d'État de 1968 à 2014, le fort de Brégançon est lieu magique à ne pas manquer si vous êtes en vacances dans le Var.

  

Fermez les yeux. Imaginez un petit paradis. Un endroit idyllique, une eau cristalline, un éperon rocheux. Bienvenue au fort de Brégançon. Le premier président de la République à venir ici fut le général de Gaulle, en 1964. Il y a passé une seule et unique nuit, avant d'assister au vingtième anniversaire du débarquement de Provence (le lit était trop petit et il s'est fait piquer par les moustiques !). Le lieu n'offre rien d'ostentatoire. La décoration est sobre, loin des ors de l'Élysée, loin du protocole.

Les meubles classiques côtoient les tables basses ou canapés contemporains choisis par Georges Pompidou. Ce fauteuil dos à dos est sûrement le plus émouvant. On imagine aisément le président et sa femme Claude lisant tout près l'un de l'autre. La salle à manger, très fleurie, est restée dans le style choisie par le couple Giscard d'Estaing et son successeur François Mitterrand. La pièce la plus impressionnante se trouve au premier étage : le bureau du chef de l'État. L'esprit du lieu : le pouvoir en vacances, mais le pouvoir qui travaille.




Le plus spectaculaire, c'est sûrement l'extérieur du fort et la pelouse présidentielle. En contrebas, une divine petite plage créée par Valéry Giscard d'Estaing. Montons au belvédère, en plein vent. Vue à 360 degrés sur la Grande Bleue.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Jeu 27 Juil - 10:13 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

La mémoire du président Sadi Carnot survit à Lyon et au château de Presles   
    
Le président Sadi Carnot a été assassiné en 1894 à Lyon par un anarchiste. En exclusivité, son arrière-petit-fils nous fait découvrir des souvenirs uniques dans la demeure familiale, à Cerny.   

Sadi Carnot, le cinquième président de l'histoire de la République, entre à l'Elysée en 1887. C'est un chef d'État modeste, proche du peuple. Il vient Lyon en 1894 pour visiter l'Exposition universelle. Les rues sont pavoisées. Dimanche 24 juin, 21 heures. Sadi Carnot sort d'un grand banquet en son honneur : truffes, filets de boeuf, civet de lièvre. Honneurs militaires, hymne national. Il est 21h15 : le président part pour le Grand théâtre. Mais il n'y arrivera jamais.



Nous voici 123 ans plus tard sur les lieux du crime, rue de la République, désormais au milieu des voitures. "Sadi Carnot et le maire de Lyon Antoine Gailleton sont dans un landau tiré par quatre chevaux", raconte l'historien lyonnais Gérard Chauvy. "La foule est innombrable, il n'y a aucune protection. Cela va permettre à un individu de monter sur le marche-pied du véhicule. On croit qu'il a un bouquet à la main. En fait, il tient un poignard qu'il plonge dans la poitrine du président Sadi Carnot", poursuit-il.
    

   
"Je suis blessé" : ce sera sa dernière parole de la victime. S'ensuit une longue agonie de plus de 3 heures, dans d'atroces souffrances. L'auteur du coup de couteau mortel, l'anarchiste italien Caserio, est arrêté par la foule, jugé puis guillotiné. De cette soirée funeste, il reste des souvenirs historiques, personnels et inestimables, à 450 kilomètres de là, dans le château de Presles, à Cerny. Une magnifique demeure familiale où séjournait Sadi Carnot, et où réside désormais son arrière-petit-fils, Thierry Carnot.    

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Ven 28 Juil - 10:39 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Château de Champs-sur-Marne : quand la République savait recevoir 
  
Situé près de Paris, le château de Champs-sur-Marne fut la résidence des chefs d'État étrangers dans les années 60.

 
Nous sommes à 25 kilomètres à l'est de Paris. Derrière une immense grille en fer forgé, une grande allée de graviers, le château. Et derrière, un superbe parc de 84 hectares. Le premier chef d'État étranger à venir ici fut le sultan du Maroc, en 1939. Mais c'est surtout à partir de 1960 que Champs-sur-Marne devient résidence d'État. Le général de Gaulle décide de rénover les dix-huit pièces : électricité, plomberie, salle de bains, cuisines. Le château devient le premier "palace de la République".  

  

  

  
"C'est comme une ambassade : le territoire devenait chez eux, et c'est eux qui recevaient le Général de Gaulle à Champs-sur-Marne. On mettait le drapeau malgache, gabonais ou sénégalais sur le perron", raconte Jenny Lebard, l'administratrice du château, qui nous plonge dans le rituel de l'époque. Une étiquette immuable. "Le mercredi, le chef d'État étranger arrivait. Il repartait immédiatement vers l'Élysée. Un dîner était donné le jeudi soir. Le vendredi, le général de Gaulle revenait ici pour déjeuner. Le samedi, c'était le départ du chef d'État étranger", explique-t-elle.
 
 
Les chambres sont à l'étage, avec de grandes fenêtres pour admirer la verdure. Chambre d'honneur, chambre bleue, salle de bains de madame, boudoir de madame, et bien sûr la chambre du général de Gaulle. Souvent les chefs d'État venaient en famille. Avec une descendance plus ou moins turbulente. La légende raconte que le Shah d'Iran s'est enfui du château en 1961, pour une escapade secrète, par une porte dérobée, sur un cheval prêté par la Garde républicaine.

En 1974, fini la réception des chefs d'État étrangers à Champs-sur-Marne. Le château, désormais entièrement rénové, ouvre au public pour des visites. Tout cet été, vous pouvez en profiter et découvrir une exposition d'une quarantaine de costumes d'époque.
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 1 Aoû - 21:28 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Le Conseil constitutionnel, garant des lois de la République 
  
Institué en 1958, le Conseil constitutionnel contrôle la légalité des élections et juge la conformité des lois à la Constitution. 

C'est sans doute l'un des plus beaux endroits de Paris : les jardins du Palais Royal. Un havre de paix au cœur de la capitale, une merveille architecturale. Et majestueux, le Conseil constitutionnel. Il a été créé en 1958, lors de la naissance de la Ve République. Aujourd'hui, neuf sages siègent rue de Montpensier. Ils sont nommés par le président de la République, les présidents du Sénat et de l'Assemblée nationale.

Commençons la visite par la pièce la plus prestigieuse : le grand salon de réception, où se tiennent les cérémonies officielles mais aussi des colloques ou de grandes réceptions. Au mur, des immenses tapisseries des Gobelins. Au plafond, des lustres magnifiques côtoient des luminaires contemporains. Sans oublier un passage insolite qui mène à la Comédie française.

  
La visite se poursuit dans le saint des saints, la salle des délibérés. Accrochée au mur, une reproduction de la Déclaration universelle des droits de l'homme. Les sages se penchent chaque année sur vingt à trente lois, auxquelles s'ajoutent depuis 2008 des questions prioritaires de constitutionnalité (QPC). Désormais, n'importe quel justiciable peut saisir le Conseil. Ces QPC sont étudiées dans une nouvelle salle, au rez-de-chaussée.

Vous êtes étudiant ou scolaire ? Vous pouvez faire une demande de visite directement au Conseil constitutionnel. Sinon, profitez des Journées du patrimoine.
  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 27 993
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 2 Aoû - 09:00 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE Répondre en citant

Quand le pouvoir se reposait au château de Vizille 
  
Situé près de Grenoble, le château de Vizille a accueilli les présidents de la République en vacances dans les années 20 et jusqu'au début des années 60.

 

  
Difficile d'imaginer que derrière cet immense portail en bois se cache un parc de 100 hectares et un château du XVIIe siècle. Un havre de paix, au pied des montagnes. Aujourd'hui musée de la Révolution française, le château de Vizille a accueilli, pour des petits ou de longs séjours, Gaston Doumergue, Albert Lebrun, Vincent Auriol, René Coty et Charles de Gaulle. Un grand salon "arts déco" a été créé dans les années 20. Les présidents, leurs invités et leurs familles aimaient y prendre l'apéritif, discuter après les repas, fumer, jouer au billard.

Boiseries avec bas-relief en plâtre doré, meubles d'époque fabriqués pour le château de Vizille, bibliothèque chargée d'histoire. Certains livres portent même le sceau de la présidence de la République. Juste à côté, on trouve l'ancienne salle à manger. La visite se poursuit à l'étage. On y trouve le bureau du président, mais aussi un salon et les appartements privés. La chambre des présidents et de son épouse était située dans une tour ronde.
  

  

  
Une vue du parc du château de Vizille  

 
Parmi les plus fidèles à Vizille, le président Lebrun, venu célébrer les congés payés en 1936 et tenter de sauver la paix en 1938. Ses séjours faisaient la "une" des actualités de l'époque. En revanche, le général de Gaulle n'aimait pas Vizille. Il n'y a dormi qu'une nuit, du 6 au 7 octobre 1960. La ville, communiste, ne lui avait pas réservé un bon accueil. Même si à son arrivée, sa femme Yvonne avait reçu des mains d'une petite fille un joli bouquet de fleurs.  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:13 (2017)    Sujet du message: LES TRÉSORS DE LA RÉPUBLIQUE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com