50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> FOURRE-TOUT DE ROBERTO
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
roberto


En ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 928
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 16:09 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées Répondre en citant

Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées


Au parc zoologique alsacien, ce n’est pas la cigogne qui apporte les bébés. Si le zoo enregistre de nombreuses naissances, c’est grâce au travail et à l’expertise scientifique de toute une équipe de vétérinaires et de soigneurs très investis.


Aujourd’hui, lorsque le visiteur se balade dans les allées du jardin botanique et zoologique de Mulhouse (Haut-Rhin), il a la chance, voire le privilège, d’admirer des animaux que l’on ne peut plus ou presque plus observer dans leur milieu naturel.
 Sur les 170 espèces accueillies au zoo, 88 sont inscrites dans des programmes de conservation, parce que très menacées.


Du lémurien aux yeux turquoise à la panthère de l’Amour, en passant par le zèbre de Grévy ou le capucin à poitrine jaune, tous ces animaux risquent fortement de disparaître dans leur milieu naturel à plus ou moins long terme. 
Mais grâce au travail mené depuis des années par une grande majorité de parcs zoologiques dans le monde, il est possible d’envisager que la tendance s’inverse pour certaines espèces.
 Parmi ces programmes de conservation « ex situ » (hors milieu naturel) et « in situ » (dans l’environnement naturel), on trouve les programmes élevage européens (EEP).


Lémurien aux yeux turquoise





Le lémurien au yeux turquoise, dont le programme d’EEP est coordonné par Mulhouse, est l’un des lémuriens les plus menacés de Madagascar.


Aujourd’hui, 400 zoos en Europe travaillent autour de ces EEP. Mais au départ, ils n’étaient que huit à vouloir mettre en place un dispositif. Huit, dont le parc de Mulhouse, réunis autour d’une table à Rotterdam, aux Pays-Bas, en 1983.
 À l’heure actuelle, il existe 397 EEP, 41 sont coordonnés par des parcs français, dont 9 à Mulhouse. Pour chacun des 397 EEP existants, correspondant à autant d’espèces, un coordinateur est nommé.
 Ce dernier tient à jour un « stud-book » dans lequel il consigne toutes les caractéristiques de chaque animal, son arbre généalogique, son parcours et son suivi… 
« Toutes ces informations sont alors entrées dans un logiciel qui permet de calculer les coefficients d’apparenté génétique, les coefficients de consanguinité, ainsi que le taux de natalité et de fertilité »,
 explique le Dr Brice Lefaux, vétérinaire et directeur du parc mulhousien. « Ces informations servent à créer des familles, avec le souci de maintenir la diversité de l’ensemble des populations. »
« La disparition des espèces est liée au fait que les populations deviennent homogènes. Avec la destruction de leur habitat dans leur milieu naturel (NDLR : destruction de forêts, fonte de la banquise…), 
on fragmente les populations qui sont amenées à se reproduire entre elles. Ce phénomène amène à l’extinction des espèces. La diversité, c’est le potentiel d’adaptation de demain. 
C’est pour cette raison que la diversité génétique est aussi importante dans les parcs », note le Dr Lefaux.
 Un animal qui se sent bien est un animal qui fait des bébés
Les naissances en captivité, même si elles font bondir les détracteurs des parcs zoologiques, servent aussi à sensibiliser le public quant aux menaces qui pèsent sur les animaux dans leur milieu naturel. 
« On ne sauvera les espèces menacées qu’en sauvegardant leur habitat. »
Pour pouvoir coordonner le programme d’une espèce, il faut soit créer l’EEP, soit demander la gestion d’un stud-book au TAG (un groupe d’experts d’espèces).
Nanuq, premier ours polaire viable né en France depuis vingt ans
À Mulhouse, les Dr Brice Lefaux, primatologue reconnu, et Benoît Quintard, possèdent une expertise dans le domaine de la reproduction qui n’est plus à démontrer. 
Ils ont donc continué sans difficulté à gérer les neuf EEP que le parc avait constitués depuis les années 1990. Ils assurent ainsi la reproduction du lémurien aux yeux turquoise, du lémurien couronné, 
du lémurien à ventre roux, du gibbon à favoris blancs du Nord, du gibbon à favoris blancs du Sud, du gibbon à favoris roux, du cercopithèque de Roloway, du capucin à ventre jaune et du wallaby des rochers.
Gibbon à favoris blancs



Une mère gibbon à favoris blancs enlace son bébé.


En plus de leur expertise, les deux vétérinaires, qui aiment relever des défis, sont devenus spécialistes des naissances compliquées. C’est le cas de Nanuq. Devenue célèbre en février dernier, 
la petite oursonne polaire, née le 7 novembre 2016, est le premier ours viable né en France depuis vingt ans. Pour que cette petite peluche blanche puisse venir au monde dans les meilleures conditions possible, tout a été mis en œuvre par l’équipe du parc.
 À commencer par la configuration de l’enclos qui a permis à la mère, Sesi, de profiter d’une loge de maternité complètement isolée du parc et de son agitation. Et sans aucun doute parce que tous les soigneurs chargés 
de l’espace Grand Nord connaissent sur le bout des doigts maman ourse, elle a pu mener à terme sa gestation, sans stress. Un animal qui se sent bien est un animal qui fait des bébés… 
Les EEP ont stimulé les connaissances des animaux et ont permis de sauver des espèces en parcs, grâce aux échanges d’individus. Jusque dans les années 70, les zoos ne faisaient que de la représentation.
 On exposait des animaux simplement, sans forcément le recul et les connaissances sur les menaces qui pèsent sur eux. Mais l’arrivée de scientifiques dans les parcs a permis d’apporter de nombreuses connaissances, outre la création des EEP.
Le zoo de Mulhouse s’investit également dans d’autres programmes, in situ cette fois, concernant la protection d’espèces menacées, sur place, dans leur environnement naturel. 
« Ce sont des ponts entre les visiteurs et la nature. Un lien, une vitrine de ce qui se passe dans le milieu naturel ». Ainsi, le parc alsacien participe à quinze programmes de conservation et s’investit particulièrement dans trois d’entre eux : 
Anoulak, une association qui développe et renforce une approche scientifique et de conservation de la biodiversité au Laos, où l’on trouve l’un des 25 primates les plus menacés, le gibbon à favoris blancs.
 Le zoo participe aussi très activement aux actions de l’AEECL, l’association européenne pour l’étude et la conservation du lémurien à Madagascar, qui travaille à la protection des lémuriens, et plus particulièrement celui aux yeux turquoise,
 à la protection de son habitat et à la sensibilisation des populations locales. Enfin, en Côte d’Ivoire et au Ghana, le zoo apporte son soutien actif à la Wapca (West african primate conservation action) et
 au Rasapci (Recherche actions pour la sauvegarde des primates en Côte d’Ivoire), où là, c’est notamment le cercopithèque de Roloway qui fait l’objet d’observation et de protection.
 Les équipes du zoo se rendent régulièrement sur le terrain, pour apporter leur aide, leur savoir-faire et leurs connaissances aux personnes qui travaillent sur place, et le parc participe financièrement aux différentes actions.





Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 29 Mai - 16:09 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
roberto


En ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 928
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 16:10 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées Répondre en citant



Le parc alsacien enregistre de nombreuses naissances grâce au travail et à l'expertise scientifique d'une équipe de soigneurs et de vétérinaires très investis.













Nanuq et sa maman Sesi sont inséparables.















Nanuq est la star incontestée du zoo de Mulhouse.









Une mère gibbon à favoris blancs enlace son bébé.









Le lémurien couronné est l’une des variétés de lémurs présents au zoo de Mulhouse.









Le wallaby des rochers est un petit marsupial reconnaissable à ses pieds jaunes orangé et à sa queue rayée de noir.









Adorable panthère de l'Amour.











Une maman cercopithèque serre son petit.



Revenir en haut
roberto


En ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 928
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 16:13 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées Répondre en citant

Une ambassadrice de charme





Nanuq est la star incontestée du zoo de Mulhouse.


Elle s’appelle Nanuq. Avec son allure un peu gauche, cette grosse boule de poils blanche, très pataude, a fait ses premiers pas en public le 27 février dernier, jour de la journée internationale de l’ours polaire.
 La petite peluche était très attendue au parc. Elle est née dans le plus grand secret, puis elle est restée plus de trois mois bien à l’abri avec la maman, Sesi, dans la loge de maternité. 
Le jour de sa sortie, une foule s’était donné rendez-vous au parc pour ne pas manquer l’événement. Nanuq est incontestablement la star du zoo cette année. 
Ce qui n’est pas pour déplaire à l’équipe des vétérinaires/soigneurs qui vont largement profiter de cette nouvelle notoriété pour sensibiliser le public à la lutte contre le réchauffement climatique, principale menace qui pèse sur l’ours polaire. 
Une sensibilisation plus largement axée en faveur de la protection de la nature. Désormais, Nanuq est ambassadrice de son espèce. Car le jardin botanique et zoologique, en plus d’agir concrètement sur la reproduction des espèces menacées, 
intervient de façon très pédagogique auprès des visiteurs. Tout au long de l’année, de nombreuses animations sont organisées, notamment dans le cadre de la campagne européenne de sensibilisation à la faune et la flore, 
« Let it grow », revisitée à la sauce alsacienne « Hop’La Nature ». Une campagne qui avait rencontré un joli succès l’an dernier, et qui est reconduite en 2017. Le lancement de l’opération aura lieu le dimanche 7 mai.
 Puis, jusqu’au 2 octobre, l’été sera rythmé par des animations, avec découverte de la biodiversité locale. Le zoo organise aussi tout au long de l’année de nombreuses journées à thèmes : des visites guidées du parc autour de la flore, autour des animaux, 
des soirées ou matinées « privilèges » dans les coulisses du parc avec explications sur les animaux, des ateliers pour les enfants.


Revenir en haut
roberto


En ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 928
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 16:13 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées Répondre en citant

Une nurserie grande classe




« Il y a des espèces que nous devons absolument reproduire, car chaque bébé est vital pour la population en parc zoologique. Il en est ainsi des panthères de l’Amour et des lémuriens aux yeux turquoise.
 L’élevage à la main n’est pas idéal pour le petit, mais il est nécessaire de le sociabiliser très vite pour éviter une trop forte imprégnation et, qu’au final, l’animal ne se considère pas comme un lémurien ou une panthère. 
Nous avons trouvé une solution unique chez les panthères de l’Amour. Nous faisons sortir la mère de sa loge en l’attirant avec de la nourriture et pouvons ainsi donner un biberon au petit. 
D’abord quatre par jour, puis deux, et entre chaque, nous remettons la mère avec son petit. Ces quelques minutes par jour passés à biberonner ont déjà sauvé trois jeunes, qui se comportent comme des vraies panthères !
Panthère de l'Amour





Pour Dimbi, notre premier lémurien aux yeux turquoise né en 2013, nous le pesions matin et soir dans les premiers jours, pour être sûr qu’il prenait bien le lait. Pour qu’il ne se sente pas isolé, 
nous avons pris des peluches qui servaient de mères adoptives. À ses 4 mois, nous l’avons installé avec son oncle, un lémurien comme lui. Pour les jeunes qui ont suivi, nous avons tenté de laisser le bébé sur le ventre de la maman.
 Avant la mise bas, nous avions préparé Jaune, la maman, en lui posant une peluche sur le ventre puis en la lui retirant. Malheureusement, l’apprentissage n’a pas pu aller jusqu’au bout. 
Elle défendait trop son petit, rendant la manœuvre dangereuse pour les soigneurs. Mais c’était au moins un mois de gagné. ». C’est avec beaucoup d’amour que le Dr Lefaux raconte ces expériences d’après-naissances.





Revenir en haut
Marie-Hélène


En ligne

Inscrit le: 14 Juin 2015
Messages: 7 914
Localisation: finistère nord

MessagePosté le: Lun 29 Mai - 17:32 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées Répondre en citant

Okay

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:08 (2017)    Sujet du message: Le zoo de Mulhouse au chevet des espèces menacées

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> FOURRE-TOUT DE ROBERTO Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com