50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
« L’origine du monde » en 125 mètres

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> JEUX -> JEUX DE ROBERTO -> JEUX DE ROBERTO (JEUX TERMINES)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
roberto


En ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 928
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Mar 23 Mai - 10:11 (2017)    Sujet du message: « L’origine du monde » en 125 mètres Répondre en citant

« L’origine du monde » en 125 mètres


Pour graver « L’origine du monde » de Courbet, Dominique Sosolic n’a fait qu’un seul trait de 125 mètres. 
C’est la deuxième œuvre du genre connue au monde.







« L’idée de réaliser cette gravure en un seul trait était un défi, mais aussi une manière d’exprimer les mystères de l’origine et de la fin des hommes », explique Dominique Sosolic.











Par Jean-Marc Toussaint
C’est une œuvre unique. Majeur. Le graveur jurassien Dominique Sosolic vient d’achever « une interprétation personnelle » de « L’origine du monde », le tableau le plus connu et le plus controversé de Gustave Courbet. À l’aide de son burin, il a dessiné dans le cuivre avec une étonnante finesse ce nu volontairement provocateur en un seul trait de 125 mètres. Seul l’épaississement du sillon plus ou moins fort crée ces jeux d’ombres qui font la gravure. « Je suis parti du sexe de la femme et j’ai travaillé en spirale. L’idée de réaliser cette gravure en un seul trait était un défi, mais aussi une manière d’exprimer les mystères de l’origine et de la fin des hommes », explique l’artiste. Avant lui, un seul graveur avait réalisé cette prouesse technique. C’était en 1649, quand Claude Melan avait reproduit en une taille unique la « Sainte face du Christ ».
Dominique Sosolic réalise ainsi un chef-d’œuvre majeur qui couronne une vie entière consacrée à la gravure, un art qu’il a découvert à l’école des beaux-arts de Paris, quand il était étudiant. « Je me souviens comme si c’était hier de la fascination que j’ai eue quand je suis rentré pour la première fois dans l’atelier où flottaient des parfums d’encre et de papier », raconte-t-il. Devenu professeur agrégé d’art plastique, il a fait le choix d’éduquer à mi-temps pour pouvoir se consacrer chaque jour à la passion de sa vie. « Ce confort m’a permis de conserver une totale liberté dans la création, et de refuser des commandes qui ne me correspondaient pas », souligne-t-il. Pour lui, « la gravure est à la peinture ce que la poésie est au roman, une des parts incompressibles de l’être, un langage qui peut conjuguer tradition et innovation, à la frontière entre l’art et l’artisanat ».
À ce jour, Dominique Sosolic a réalisé 192 gravures. Certaines lui ont réclamé quelques semaines de travail, d’autres plusieurs mois. « L’Anima Mundi », littéralement l’âme du monde, symbole des limites possibles de l’univers, est l’œuvre pour laquelle il s’est investi le plus. « Deux ans de travail en intégrant la recherche documentaire, l’expression et la traduction de l’idée, les croquis, les dessins préalables », souligne l’artiste, en rappelant que la gravure implique « un travail lent, de préférence dans le silence » pour une pleine concentration. « Si le trait est trop fin, on peut toujours rattraper une erreur en écrasant le cuivre, mais s’il est trop profond, c’est fini, il n’y a plus qu’à recommencer », explique-t-il. Une tâche d’autant plus délicate que le graveur réalise ses images à l’envers dans la plus pure tradition des Albrecht Dürer et Martin Schongauer. Et depuis que les ateliers Leblanc à Paris ont fermé leurs portes, il fait aussi lui-même l’impression de ses épreuves. « J’ai appris, je me suis équipé », explique l’artiste exposé dans le monde entier et à qui l’on doit également la réalisation d’une trentaine de gravures pour une réédition des trois principaux livres d’Arthur Rimbaud.



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mar 23 Mai - 10:11 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Corailphila


Hors ligne

Inscrit le: 08 Avr 2016
Messages: 416

MessagePosté le: Mar 23 Mai - 13:39 (2017)    Sujet du message: « L’origine du monde » en 125 mètres Répondre en citant


_________________
Philatéliquement vôtre,
Cliquer sur la souris pour découvrir


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 09:02 (2017)    Sujet du message: « L’origine du monde » en 125 mètres

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> JEUX -> JEUX DE ROBERTO -> JEUX DE ROBERTO (JEUX TERMINES) Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com