50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Femmes de pouvoir

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> FOURRE-TOUT DE ROBERTO
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
roberto


Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 9 790
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Jeu 13 Avr - 14:20 (2017)    Sujet du message: Femmes de pouvoir Répondre en citant

Marie-Thérèse, Marie Leszczynska, Marie-Antoinette mais aussi Mme de Maintenon, la marquise de Pompadour ou Mme du Barry :
 chacune à sa manière a laissé son empreinte à Versailles, mais aussi dans l’histoire de France. Une empreinte souvent minorée.

Madame du Barry (portrait d’Élisabeth Vigée Le Brun, 1781) est née Jeanne Bécu le 19 août 1743 à Vaucouleurs dans le duché de Lorraine.

La beauté d’Isabelle de Ludres (sur ce tableau représentée en Marie-Madeleine) attire les courtisans. Elle résistera… jusqu’à ce que le roi s’intéresse à elle.

La France n’est pas l’Angleterre. Alors que de l’autre côté de la Manche, une femme peut régner, cela est impossible dans notre pays. 
En effet, pour éviter que l’héritage du royaume ne se disperse avec les mariages, les rois, au XIVe siècle, ont remis à jour la « loi salique » qui leur interdit le trône. 
Voilà pourquoi la place qui leur est réservée dans l’histoire de France ne rend pas justice au rôle qu’elles ont joué au fil des siècles, et la part qu’elles ont prise pour faire rayonner les arts, les lettres et les lois.
 Reléguées longtemps au rang subalterne d’épouse, de mère ou de fille, les princesses, reines et régentes du royaume des lys ont pourtant davantage contribué à défendre, protéger et enrichir la France 
que les quelques lignes qu’elles occupent dans les manuels scolaires ou les ouvrages encyclopédiques.
des destinées souvent improbables, toujours exceptionnelles
À cet égard, « Les femmes de Versailles » illustrent parfaitement cette étonnante contradiction. « Jamais palais royal ne fut à ce degré d’excellence conçu et bâti pour un homme, Louis XIV, le Roi-Soleil,
 l’astre autour duquel toutes les étoiles doivent briller. Les femmes, à Versailles, ne devaient en être que le ‘‘plus bel ornement de la cour’’ », rappelle Stéphane Bern dans la préface.
Pour réparer cette injustice, qui mieux qu’Alexandre Maral ? Diplômé de l’École du Louvre, archiviste paléographe, docteur ès lettres, ancien pensionnaire de l’Académie de France à Rome,
 il est depuis 2005 conservateur en chef au château de Versailles où il est chargé des collections de sculpture. On lui doit plusieurs ouvrages sur Louis XIV remarqués par la critique…
Dans ce nouvel opus, l’historien brosse les portraits des épouses des trois derniers rois de France de l’Ancien Régime : Marie-Thérèse qui y mourut en 1683, Marie Leszczynska, la fille du roi-duc de Lorraine Stanislas qui 
y vécut de 1725 à 1768 et Marie-Antoinette qui y fut dauphine en 1770 puis reine de 1774 à 1789. Mais aussi celui des membres féminins de la famille royale (dont la sémillante duchesse de Bourgogne), 
sans oublier les nombreuses favorites ou maîtresses parmi lesquelles deux Lorraines : Marie-Élisabeth (dite Isabelle), marquise de Ludres, et Mme du Barry, née Jeanne Bécu à Vaucouleurs.
Certes, ces femmes n’ont pas le pouvoir mais assurément elles en exercent un qui n’est pas négligeable. Il suffit de se plonger dans le règne de Mme de Maintenon ou de la marquise de Pompadour pour 
apprécier leur art de tirer les ficelles, d’influencer le roi, de promouvoir un clan, d’orchestrer les disgrâces ou d’ordonnancer les grands travaux.
Car au-delà de la chronique des mœurs ou des battements de cœur royaux, l’auteur nous convie à un passionnant voyage dans le sillage des reines épousées plus par devoir que par amour, 
mais aussi dans les alcôves des appartements où se succèdent les maîtresses royales. On découvre leurs conditions de vie à la cour, mais surtout leurs rôles, des destinées souvent improbables, toujours exceptionnelles. 
À Versailles s’est construite une singulière histoire de France où s’est bel et bien exercé le règne des femmes.


Par Jérôme Estrada



Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 13 Avr - 14:20 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> FOURRE-TOUT DE ROBERTO Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com