50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone)
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
saintluc



Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940

MessagePosté le: Lun 17 Avr - 09:25 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Revue du message précédent :

Offenbach est un groupe de rock et blues québécois, originaire de Saint-Jean-sur-Richelieu, qui fut très populaire durant son existence, soit de 1972 à 1985. Il sera reformé à plusieurs reprises avec des musiciens différents au cours des années.
Les succès du groupe se retrouvent principalement sur cinq albums : Offenbach (1977), Traversion (1978), En Fusion (1980), Tonnedebrick (1983), et finalement Rockorama (1985). Avant de se séparer en 1985, le groupe donne deux derniers grands spectacles sur les scènes du Colisée de Québec et du Forum de Montréal. Le chanteur Gerry Boulet est décédé le 18 juillet 1990, des suites d'un cancer. Le groupe se reforme en 1997-1998, avec Martin Deschamps à titre de chanteur. Il réenregistre alors les anciens succès du groupe en 2005, en version acoustique.
Après avoir participé à différents groupes (Double Tones - Twistin Vampires - Fabulous Kernels - Grandpa & Company - Bruce et La 7e Invention avec Bruce Huard ex-Sultan - Bucket of Blues) entre 1962 et 1969, Gérald (Gerry) Boulet, Jean (Johnny) Gravel, Denis (le vieux) Boulet et Michel (Willy) Lamothe, se regroupent sous le nom « Les Gants Blancs », qu'ils renomment Opera Pop d'Offenbach et ensuite, Offenbach Pop Opera et Offenbach Soap Opera. Par l’intermédiaire de leur nouveau gérant, Lucien Ménard, le groupe rencontre Pierre Harel (cinéaste et musicien) qui désire écrire des textes en français. En 1971, il devient membre du groupe, en tant que chanteur et auteur.
Le groupe sort son premier album Offenbach Soap Opera en 1972. Cet album contient quelques titres anglophones ainsi que les deux classiques Câline de blues et Faut que j’me pousse. Malgré ces deux futurs succès, Denis Boulet quitte le groupe et est aussitôt remplacé par Roger "Wézo" Belval à la batterie.


Le second album, Saint-Chrone de Néant, est enregistré le 30 novembre 1972, devant 3 000 personnes à l’Oratoire St-Joseph. Un disque marginal, faisant suite à l’idée de Pierre Harel de composer une messe des morts, proposant un mélange de rock grégorien et de chants liturgiques.
Le groupe travaille ensuite, en 1973, sur la musique du film Bulldozer de Pierre Harel, qui contient "Câline de blues", "Faut que j'me pousse" et "Ah Comme on s'ennuie" . Offenbach entreprend ensuite une tournée européenne à la demande du cinéaste français Claude Faraldo qui leur propose de les filmer quotidiennement afin d’en faire un film qui sera éventuellement présenté en France. Tabarnac, le troisième disque du groupe, est directement tiré du tournage de ce documentaire. Malgré le manque d’intérêt envers le film, le disque remporte un certain succès grâce aux pièces L’hymne à l’amour de la môme Piaf, Promenade sur Mars et Ma patrie est à terre.
1974 coïncide avec le départ de Pierre Harel, qui continue malgré tout à écrire des textes pour le groupe jusqu'en 1977. Par la suite, il formera le groupe Corbeau et, plus tard, le groupe amalgame Corbach en 1990. Toujours en Europe, le groupe revient au Québec en 1975, pour ensuite s’exiler à Toronto afin de produire leur premier album anglophone. Never Too Tender, qui sortira en 1976, s’avère être un échec commercial, malgré la géniale pièce "Edgar". Album très mal reçu dans un Québec plus que jamais souverainiste, il permettra malgré tout au groupe de se produire au Canada anglais.
Malgré la discorde régnant dans le groupe, le septième disque, Offenbach voit le jour en 1977. Enregistré au Québec, il contient d’excellentes compositions (La voix que j'ai, Chu' un rocker et Le blues me guette). Malgré un vif intérêt du public, Michel Lamothe et Roger Belval quittent le groupe pour rejoindre Pierre Harel et former le groupe Corbeau. Plusieurs musiciens, dont Jean Millaire (qui rejoindra lui aussi Corbeau), Norman Kerr et Doug McCaskill, graviteront autour de l’univers d’Offenbach jusqu’à la fin de 1978. On rapatriera alors deux Ontariens, Breen LeBoeuf (à la basse) et John McGale (à la guitare) pour combler le vide. Pierre Lavoie remplace Wézo à la batterie.

Aidé par le parolier Pierre Huet, collaborateur de Beau Dommage qui compose huit des dix chansons, le disque Traversion d’Offenbach est sorti en 1978. Grâce à des pièces telles que Ayoye, dont les paroles sont d'André St-Denis, Je chante comme un coyote, Deux autres bières et Mes blues passent pu dans porte, le groupe atteint la consécration du public et de l’industrie musicale, remportant le Félix de l’album rock de l’année au premier gala de l’ADISQ. Pour la première fois depuis le départ de Harel, le groupe comporte deux chanteurs avec la présence de Breen LeBoeuf.
Cette même année, ayant rencontré Vic Vogel et son groupe lors de l’enregistrement de Traversion, le groupe et Vogel concoctent un projet jazz/rock nommé Offenbach En Fusion. Il est enregistré en spectacle les 30 et 31 mars 1979, au théâtre Saint-Denis. Il deviendra le premier disque d’or du groupe. Bob Harrisson remplace Lavoie à la batterie.
Offenbach, devient le 3 avril 1980, le premier groupe québécois à se produire, au célèbre Forum de Montréal devant une foule de 10 000 personnes. Suivent une tournée en France et un spectacle à la Place des Nations de Montréal avec Chuck Berry. Depuis son arrivée dans le groupe, John McGale s’impose peu à peu en tant que compositeur. L’album Rock Bottom, deuxième album anglophone du groupe, voit le jour. Sorti simultanément en France et au Québec, cet album passera complètement inaperçu.
Malgré cet échec, McGale ne s’avoue pas vaincu et reprend l’écriture, seul ou en compagnie de Breen LeBoeuf. Il compose la musique de cinq des dix chansons du nouvel album Coup de foudre, qui sortira en 1981. Enregistré dans un édifice désaffecté afin d’obtenir un son “live”, cet album est bien reçu par la critique musicale. Malgré le peu de succès radiophonique, il connaît du succès auprès des admirateurs du groupe.
Comme à chaque nouvel album, le groupe part en tournée à travers le Québec, cette fois-ci en compagnie de Garolou et de Zachary Richard. La tournée se terminera le 4 juin, au Forum, en compagnie de Joe Cocker.
L’année 1982 amène son lot de changements pour le groupe: le remplacement de leur gérant et le recrutement de Pat Martel pour jouer de la batterie. À la fin de cette même année, Offenbach se retrouve à Québec pour créer un nouveau disque. L’enregistrement deviendra un marathon de 22 jours et le disque s'intitulera Tonnedebrick. John McGale compose huit des dix chansons, tandis que Gerry Boulet, ayant la tête à un album solo, n’en compose qu’une. Malgré de décevantes ventes, le groupe se retrouve encore une fois sur la route, en compagnie de Plume Latraverse. La tournée se termine le 17 septembre 1983 par l’enregistrement, au Forum de Montréal, de l’album en spectacle À fond d'train.
Au cours de 1984, Gerry Boulet sort son premier album solo, Presque 40 ans de blues, et Offenbach est plus ou moins mort. Le groupe entre au Studio Multisons en 1985 pour enregistrer ce qui deviendra leur dernier album original Rockorama. En collaboration avec Michel Rivard, l’album contiendra quelques succès dont Seulement qu’une aventure' et La louve.
Après la tournée la plus courte de leur histoire, seulement deux spectacles (un à Québec et l’autre à Montréal), Offenbach donne son spectacle d’adieu le 1er novembre au Forum. On enregistre l'album Le dernier show devant une foule en délire lors de cet ultime spectacle. Ce dernier opus permettra au groupe d’obtenir un autre Félix pour le « Spectacle rock de l’année ». Un DVD de ce spectacle sera disponible quelques années plus tard.
Entre 1979 et 1987, le groupe remporte cinq Félix au gala de l’ADISQ, dont celui « Album rock de l’année » pour Traversion en 1979, deux en 1980 pour « Spectacle de l'année » avec Offenbach au Forum et « Disque rock de l'année » avec Offenbach en fusion et, finalement, en 1986 pour « Spectacle de l'année/Musique et Chansons Rock » avec Le dernier show.

En 1986, Gerry Boulet entreprend une tournée solo. En 1987, enregistrement de la chanson Café Rimbaud. La même année, il assure la réalisation artistique et les arrangements sur l'album Les gitans reviennent toujours de Lucien Francoeur. Il enregistre son deuxième album solo, Rendez-vous doux, en 1988, en plus de faire une tournée de promotion. Gerry Boulet meurt d'un cancer le 18 juillet 1990, âgé de 44 ans.
Entre 1987 et 1991, Johnny Gravel joue au sein du groupe Patriotes, et en 2002 il enregistre un album hommage à Félix Leclerc, L'Alouette en colère avec Pierre Harel et ses vieux potes Michel Lamothe et Roger Belval.
John McGale, Breen LeBoeuf et Jerry Mercer (April Wine) forment un trio, le Buzz Band, et enregistrent un album en 1990. Ils se produisent en spectacle tout en continuant leurs projets solo.
Breen LeBoeuf participe à la tournée Incognito de Céline Dion, en 1987 et 1988. Durant les années suivantes, il enregistre trois albums solo : De ville en aventure, L'âme nue, J'avance. Il collabore aussi à divers projets, dont la musique du film J'en suis! avec Dan Bigras, à la comédie musicale Chicago, en plus d'accompagner Nanette Workman et Jimmy James dans la revue "Mississippi" au casino de Montréal. Il participe à de nombreux duos avec plusieurs artistes du Québec, dont Martin Deschamps et Marie-Chantal Toupin. Depuis 2007, il remplace Jimmy Clench au sein du groupe April Wine.
John McGale collabore avec de nombreux artistes, tant en studio qu'en spectacle: Jano Bergeron, Jerry Mercer, Nanette Workman, Lime, Favorite Nation, Dan Bigras, ses anciens collègues Gerry Boulet et Breen LeBoeuf, Simon Fauteux, Chloé Sainte-Marie, Dawn Tyler Watson, Bob Walsh, Lulu Hughes, Marie Carmen, Isabelle Boulay, Shawn Phillips, Jim Zeller, Éric Lapointe, Nathasha St-Pierre, Steve Hill, France D'Amour, Jeff Smallwood, Angel Forest, Kim Richardson, Martin Deschamps et Melissa Auf Der Maur. John McGale a enregistré trois albums avec Toyo : Symbiose, Blood Brothers, Front Porch Light. En solo, il a créé Bootleg, Friends of the Devil et Bridges. C'est John qui s'est occupé de la direction artistique de l'album Nature et c'est également lui qui a eu l'idée d'un album hommage à Offenbach avec onze des plus belles voix féminines du Québec, Les Jalouses du Blues, et qui en assume la direction.
En 1992, le répertoire du groupe est réédité en disques compacts sur les coffrets. Cependant, depuis les dix dernières années, la compagnie de disque québécoise Musique ProgresSon Inc a eu pour projet de rééditer l'intégrale de la discographie du groupe. Ainsi, Saint-Chrone de Néant, Bulldozer, Tabarnac et Offenbach sont maintenant disponibles à une nouvelle génération.
1997-98 : Les 3 membres restant du groupe se réunissent, avec Martin Deschamps comme chanteur, Jacques Harrisson aux claviers et Christian Lajoie à la batterie, pour entreprendre une tournée à travers le Québec de près de 2 ans. De cette tournée, viendra l’idée de réenregistrer les succès du groupe version 2005 qui se retrouvent sur l’album Nature.
2001 : Johnny Gravel, Breen LeBoeuf, et John McGale décident de faire 2 spectacles (Trois-Rivières et Québec), formule en fusion avec section de cuivres, accompagnés de Justin Boulet au chant, Michel Chalse à l'orgue, et Bob St-Laurent à la batterie.
2002 : Pierre Harel revient dans le décor, avec comme projet de faire revivre le spectacle de l'Oratoire St-Joseph. Double événement, car en plus de la messe des défunts, on assiste à une fusion que personne ne croyait possible; celle des deux formations qui ont le plus marqué l'histoire du groupe; Pierre Harel, Michel (Willie) Lamothe, Roger (Wézo) Belval, avec Johnny Gravel, Breen LeBoeuf, et John McGale, le tout accompagné de Michel Bessette, et Bob (Tri-Bob) Champoux de Corbach.
2005 : En compagnie de Martin Deschamps (voix), Bernard Quessy (orgue), et Bob St-Laurent (batterie), Johnny, Breen et John s'offrent le Centre Bell avec Michel Pagliaro et April Wine. Il s'ensuit une tournée des festivals au Québec, accompagnée de Vic Vogel et son Big Band pour faire revivre l'événement de 1979 En Fusion.
2008 : Breen quitte pour April Wine, Martin retourne à sa carrière solo, mais l'aventure se poursuit avec le batteur Bob Saint-Laurent qui devient la nouvelle voix du groupe et avec Robby Bolduc comme bassiste. La dernière mouture du groupe effectue une tournée estivale à travers la province.
2013: Michel Landry prend sa place derrière la batterie à la suite du départ de Bob St-Laurent à la fin de novembre 2011. Jeune mais plein de talent, il assume aussi le rôle de chanteur. Il est un exemple modèle de la relève fulgurante qui suivra.
2014: Johnny Gravel décide de se retirer de la tournée à 65 ans. Il demeure quand même un membre du groupe en tant qu'actionnaire d'Offenbach Inc. Il est remplacé en tournée par George Papafilys. Robby Bolduc quitte le groupe pour exercer le rôle de papa à temps plein. Michel prend aussi un an de pause pour des raisons personnelles. Ces artistes sont remplacés par Domenic Romanelli à la basse et Jerry Mercer qui revient à la batterie. Justin Boulet fait aussi un retour dans le groupe pour remplacer les voix manquantes de Michel et Robby en tant qu'invité spécial, mais ne reviendra pas en 2015.
2015 : Ghislain Robidas prend sa place en tant que chanteur principal au sein du groupe. Michel est aussi de retour derrière la batterie. Quelques spectacles sont donnés durant la saison estivale.
2016: Le groupe joue l'album "Traversion" dans son intégralité lors de ses spectacles.

  
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Avr - 09:25 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Mer 19 Avr - 09:57 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Charles Pasi, né en 1984 à Paris, d'un père italien et d'une mère française, est un auteur compositeur, chanteur et harmoniciste français


Après son baccalauréat, il fréquente la Saint Louis jazz School à Rome, puis revient à Paris et suit les cours de l'école de jazz CIM et de l'école Atla.
Il fut l'une des révélations du Tremplin national Blues sur Seine en 2005 où il gagna deux prix : le Prix électro-acoustique et le Prix du FestiBlues international de Montréal.
Le saxophoniste Archie Shepp l'accompagne sur deux titres de son deuxième album sorti en mars 2011. Le 29 novembre 2013, on a pu le retrouver sur la scène de l'émission de France 2 La Fête de la chanson française aux côtés de Grand Corps Malade pour l'interprétation de son titre "J'ai mis des mots".

Il effectue la première partie de Véronique Sanson en 2015, à Aix-en-Provence, Nice et deux soirées à l'Olympia.
Le 10 juillet 2015, il participe, en première partie, au concert de Carlos Santana du Festival de Jazz à Juan, de Juan les Pins. Il est également présent dans de nombreux autres festivals durant tout l'été 2015.
Le 23 juin 2016, à l'Accorhotel Arena (ancien POPB), c'est lui qui incarne la première partie de Neil Young and Promise of the Real.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Mer 19 Avr - 10:06 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Paul Personne, de son vrai nom René-Paul Roux, né le 27 décembre 1949 à Argenteuil, dans le Val-d'Oise, est un guitariste et un chanteur français de blues et de rock.


René-Paul Roux passe une grande partie de son enfance à Houilles, en région parisienne. Son père est ouvrier et joue quelquefois de l'harmonica. Le jeune René découvre, quant à lui, la musique à la radio. Ses préférences vont à Charles Aznavour et Édith Piaf, jusqu'à ce qu'il entende pour la première fois du rock, auquel s'essaient Eddy Mitchell et Johnny Hallyday.
Ses parents achètent un accordéon à un voisin boulanger, mais cet instrument ne plaît pas vraiment au jeune garçon, et finira par être récupéré par sa grande sœur. Conquis par les sonorités rock découvertes à la radio, René-Paul est plutôt attiré par la batterie. Il en bricole une, et fait ses premiers pas de musicien amateur, jouant également un peu de guitare. C'est l'heure des premiers groupes montés avec ses copains de lycée.
À 17 ans, après avoir obtenu un CAP de mécanique générale, et résolu à faire de la musique sa vie, René-Paul Roux tente de se faire un nom au sein de son groupe L'Origine. Le groupe parvient à obtenir la production d'un 45 tours par Pathé Marconi, mais le succès n'est pas au rendez-vous, et après quelques passages à la radio et un projet de concerts, l'aventure s'arrête assez rapidement.

Déçu, René-Paul commence à travailler dans une entreprise d'agroalimentaire, sans renoncer tout à fait à la musique. L'interruption sera de courte durée : une rencontre avec la troupe théâtre le « Liquid Theater » l'amène à constituer « La Folle Entreprise », un groupe d'une quinzaine de musiciens. Tournant dans les Maisons des jeunes et de la culture - un circuit qui leur permet d'exister mais guère plus - le groupe rencontre de nombreuses difficultés, et finit par se dissoudre. Un 45 tours intitulé Pas des anges, enregistré chez Vamp Record en Angleterre et paru en 1973, est aujourd'hui la seule trace tangible de son existence.
Après un nouvel essai de retour à la vie « normale » et son installation à Toulouse avec sa femme Colette et sa fille Jessica (née en 1974), Paul Personne ne peut se résoudre à renoncer à la musique. C'est à ce moment qu'il abandonne la batterie et se met définitivement à la guitare. Il devient d'abord accro aux Fender Stratocaster, puis aux Gibson Les Paul, qui ne vont plus le quitter. En 1975, il forme un groupe de blues rock / boogie plein d'énergie, Bracos Band (deux guitares, basse, batterie, Paul assurant aussi le chant). Répétitions et enregistrements se font dans une ferme du Lauragais, parfois partagée avec d'autres groupes toulousains du moment (Taxi Way, Décibel…). Il repart bientôt sur les routes avec ce nouveau groupe, tournant dans les clubs et les festivals régionaux, assurant notamment la première partie de Little Bob Story à la Halle aux Grains de Toulouse en 1977. Cette même année, ils enregistrent un 45 tours (deux titres : Some lovin' et Fly Away) sous le label indépendant et coopératif Speedball (Avec Benoit Blue Boy, etc.). Ce tout premier disque est produit en Bretagne par Michael Memmi (ex-The Frenchies), mais avec l'avènement du punk rock, il devient difficile de séduire les maisons de disques avec du blues rock.
Mais Paul Personne ne se décourage toujours pas et, après la séparation de Bracos Band, il recrute un bassiste et un batteur pour former Backstage. Le trio assure de nombreux concerts et finit par signer en 1979 un contrat chez le label Vogue, donnant enfin à Paul Personne l'occasion de graver un album, chanté en anglais. Après une tournée de 45 dates, le groupe retourne en studio pour un second album (également chanté en anglais) qui sort l'année suivante, y compris en Angleterre, où le prestigieux journal musical Melody Maker le chronique dans ses pages. Malheureusement, les relations avec la maison de disques se détériorent, entraînant bientôt la fin de Backstage.
Au début des années 80, revenant sur les raisons de l'échec de ses précédents groupes, Paul Personne décide de se lancer dans une carrière solo et de tenter l'écriture en français. Un choix qui s'avère concluant : en octobre 1982, sort chez CBS le premier album signé Paul Personne. Mais après quelques passages télé et radio, l'enthousiasme retombe rapidement : les ventes ne décollent pas, et la maison de disques lui refuse l'enregistrement d'un second album.
Démoralisé, le musicien retourne vivre dans sa ferme près de Toulouse. À la demande de la chanteuse Nicoletta, il est invité lors d'une nouvelle émission de télévision. Plusieurs directeurs artistiques sont présents, et la prestation de Paul Personne, très appréciée, semble relancer sa carrière. Il négocie avec Babette Jones du label Phonogram la sortie pour 1983 d'un album, intitulé Exclusif, qui contient deux de ses titres Comme un étranger et Ça va rouler. L'album remporte un certain succès, et la carrière de Paul Personne se stabilise. Il rejoint ainsi les trois principaux représentants du blues à la française, Benoit Blue Boy, Bill Deraime et Patrick Verbeke.
En 1984, il sort son troisième album, Barjo-land. Mais, alors que les difficultés semblent être derrière lui, le décès accidentel de sa fille Jessica en août 1984 le plonge dans un grand désarroi. En 1985, sort un nouvel album, 24/24, avec entre autres le titre Faut qu'j'me laisse aller. S'ensuivent trois concerts à l'Olympia de Paris des 17 au 18 mars 1986, puis une importante tournée. Mais la distribution des disques est très mal assurée et, s'il est désormais un artiste reconnu, le succès de Paul Personne auprès du grand public reste encore limité. L'enthousiasme retombant, ses activités se ralentissent. Il passe son temps dans sa nouvelle maison du Perche (région plus proche de Paris que de Toulouse) avec sa compagne Gloria et son fils Jeremy (né en 1976).

 C'est en 1987 que Paul Personne sort enfin de sa léthargie pour reprendre en main sa carrière. Il est invité à participer au Festival d'été de Québec, où l'accueil extrêmement chaleureux du public lui redonne le goût de la scène. Cela donne, en février 1989, l'album La Chance, qui paraît sur le petit label Bird. Le premier 45 tours extrait de cet album contient des ballades bluesy (dont deux sont signées Boris Bergman, le parolier d'Alain Bashung) et s'intitule Trop tard.
En janvier 1990, Paul Personne passe trois soirs au Bataclan, puis part en tournée à travers toute la France. En septembre, il participe à la soirée blues de la Fête de l'Humanité. Persuadé que sa musique s'exprime mieux sur scène qu'en studio, Paul Personne se produit à l'Olympia pour un concert unique le 11 mars 1991, enregistrant son premier album live, La Route de la chance. La même année, il se voit décerner le Bus d'Acier, le Grand prix du rock français. La même année son label fait faillite.
Il choisit de signer chez Polydor et sort en 1992 un nouvel album, concocté seul dans son home-studio et intitulé Comme à la maison. Bien que Personne y joue tous les instruments, il s'assure également la collaboration du musicien Jacno, du parolier Boris Bergman et du comédien Gérard Lanvin. L'album est disque d'or et contient un succès radio, Le bourdon.
En 1993, Paul Personne se produit deux soirées de suite l’Olympia en janvier, avant de partir pour une tournée de deux mois, puis de revenir à Paris à La Cigale pour deux concerts en février, sa participation à l'enregistrement du disque d'Eddy Mitchell Rio Grande, et aux Francofolies, pour une spéciale Fête à Paul Personne. Il joue également quelques morceaux avec Johnny Hallyday pour son concert de ses 50 ans, sur Excuse-moi partenaire (auquel s'ajoute Eddy Mitchell) et Toute la musique que j'aime.
L'artiste sort l'album Rêve sidéral d'un naïf idéal en 1994. Pour la première fois, il travaille avec un producteur anglais, Ian Taylor, qui a déjà produit Gary Moore et Bob Dylan) ou, en France, Eddy Mitchell (Rio Grande). Boris Bergman et les musiciens de la tournée de 1993 sont au rendez-vous.
Les années suivantes sont ponctuées par les albums et les tournées. Instantanés sort en 1996, produit par Ian Taylor, et rassemblant des amis comme Boris Bergman, Jean-Louis Aubert, le comédien Richard Bohringer ou Christian Dupont. En 2000 sort Patchwork Electrique, enregistré avec des musiciens anglo-saxons, dont certains ont joué avec Iggy Pop ou Eagle-Eye Cherry.


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 12:51 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Stringers in The Night est un duo francilien de blues francophone.
Composé de Gérard Chaumarel et d'Arnaud Vandevoorde, le duo écrit ses propres chansons.

En 2003, ils remportent le Tremplin national Blues sur Seine dans la catégorie acoustique ainsi que le prix spécial du FestiBlues international de Montréal où ils sont allés jouer en août 2004 et publie leur 1er cd.
En 2006, le groupe publie son deuxième album intitulé Amis du Blues, toujours à la guitare mais avec un peu plus d'électro ainsi qu'un batteur et un pianiste. Pour l'occasion Mike Lécuyer leur a écrit 2 textes.
Depuis 2010 le duo joue régulièrement avec Mike Lécuyer à l'occasion de festivals (Gresiblues Festival, Cahors Blues Festival, La Bonneville du Blues, Blues sur Seine, Nogent le Rotrou, etc).

Albums
2004 : Stringers in the Night
2006 : Amis du blues
Participations
2004 : Collectif Tremplin 2003 Blues sur Seine (2 titres).
2008 : Collectif Blues sur Seine fête ses 10 ans (double CD réf. BSS 17, avec une composition originale Senior Swing).
2013 : CD L'heure bleue de Mike Lécuyer avec le titre Couleurs de l'âme.
2017 : CD 5 de Mike Lécuyer avec les musiques de Pub à la radio, C'est quand qu'on est vieux, Au Comptoir du Blues, En sortant du studio, A quel âge est-on immortel ?

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Jeu 20 Avr - 13:00 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Greg Szlapczynski, alias Greg Zlap, est un harmoniciste-chanteur franco-polonais, né à Varsovie en 1971.


Grzegorz Szlapczyński arrive en France à la fin des années 1980 avec dans ses valises un petit harmonica. Étudiant en informatique à Jussieu, il intègre ses premiers groupes de musique et découvre les clubs parisiens.
Très rapidement, il collabore avec des musiciens tels que Jean-Jacques Milteau, Jean-Marie Ecay ou Olivier Ker Ourio. Greg accompagne également des artistes de blues et de la chanson française en studio, Florent Pagny, Johnny Hallyday - également en tournée depuis 2009 - sur scène (Bill Deraime, Paul Personne) et sur les plateaux de télévision (Francis Cabrel, Maxime Le Forestier, Charles Aznavour.
En 1998, Greg Szlapczynski crée un rendez-vous mensuel autour du blues à Paris : les soirées Gregtime à l’Utopia qui se traduira ensuite par un album live Gregtime.
En 2002, sort son album électro La part du diable. En 2005, Greg, à Varsovie signe un album jazz’n blues aux ambiances soul.


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Ven 21 Avr - 11:13 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

 Mick Ravassat s´est construit un répertoire Blues-Rock et a déjà derrière lui un beau palmarès musical et une solide réputation.
Sa carrière sur scène et en studio commence avec le Reverend Blues Gang. Deux albums sont nés de cette collaboration.

Depuis 10 ans Mick accompagne le Camerounais Roland Tchakounté.
En 2005, ils ont été sélectionnés pour participer au Chicago Blues Festival.
De nombreuses scènes françaises et internationales de Festivals Jazz, Blues et World musique les ont accueillis.
Ils ont collaboré sur 5 albums dont le dernier « Ngueme & Smiling Blues » est sorti en Octobre 2015.
En parallèle Mick travaille avec son ami Jul Eradès. Il a apporté ses guitares sur les deux albums de compos de Jul.

En 2012, pendant le «European Blues Challenge» à Berlin, il se lie d´amitié avec Jeremy Spencer. (Membre fondateur du groupe Fleetwood Mac).
De cette rencontre naît deux projets de disques toujours inédits à ce jour.
En 2014, Mick intègre le groupe Têtes Raides sur la tournée de l´album «Les Terriens».
Il reforme son propre groupe Mick Ravassat & The Blue Team en 2015, où il est accompagné d´Aurélie Simenel, (Batterie) et de Cédric Christophe (Basse).
Leur premier CD "On Air" est disponible depuis Octobre 2015.a carrière sur scène et en studio commence avec le Reverend Blues Gang. Deux albums sont nés de cette collaboration.

 

 

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Ven 21 Avr - 11:22 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Mauro Serri est un autodidacte de la guitare, de la musique il a tout appris et tout compris à force d’écoute et d’acharnement.

La guitare de Mauro Serri, on l’a forcément entendue un jour ou l’autre sur un album de Bill Deraime, Eddy Mitchell ou Bernard Lavilliers, applaudie sur une scène de France ou une grande salle parisienne, comme l’Olympia ou le Palais des cCngrès.
Façonné par l’analyse précise du jeu de Jimi Hendrix, le style « Mauro Serri » se promène librement à côté des codes et des clichés habituels du rock et du blues. C’est la marque de fabrique, et probablement la caractéristique qui en fait un sideman recherché et apprécié pour l’inventivité, l’éclat et la richesse de son jeu.
Mauro est depuis de nombreuses années le guitariste attitré des tournées et des albums de Bill Deraime. Il a croisé les plus grands noms du blues tels que Luther et Bernard Allison, Champion Jack Dupree ou James Cotton. Il a forcé l’admiration de Steve Cropper, le guitariste d’Otis Redding et compositeur du standard  « sittin on the dock of the bay », dont il a co-signé avec Bill Deraime, la seule version française autorisée par son compositeur.
En dehors de sa participation aux tournées de Bill Deraime et de Craig Adams,  Mauro Serri est aussi le lead guitar et singer du « Mauro Serri Trio ». Le trio est une formule magique qui laisse tout l’espace nécessaire à l’expression du talent des musiciens, mais c’est aussi une formule sans tricherie possible qui ne ne supporte pas les approximations. C’est probablement sous cette configuration que l’on découvre au mieux l’étendue et la diversité du jeu de Mauro Serri

La pédagogie de Mauro Serri est à l’image de son jeu, hors des codes habituels. L’autodidacte passionné et rigoureux est aussi un professeur sans concession privilégiant le développement d’un jeu personnalisé et vivant, à la reproduction fidèle de clichés impersonnels.
Il a animé de nombreux stages de guitare dont les deux dernières éditions du stage de Blues 2007 et 2008 à Ailly sur Noye (somme)
Il est professeur attitré à l’école ATLA, école parisienne de « musiques actuelles » qui a pour particularité de recruter ses professeurs parmi des musiciens professionnels reconnus.
Mauro Serri participe également aux cahiers pédagogiques de guitarist magazine, revue à distribution nationale, pour laquelle il « décortique »  les subtilités guitaristiques des grands noms du blues ou du rock tels que Jimi Hendrix ou encore Stevie Ray Vaughan

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 22 Avr - 10:03 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Né le 21 août 1966, d'origine andalouse, Lorenzo SANCHEZ commence la guitare à l'âge de 12 ans… Entièrement autodidacte, il forme son "premier groupe" au collège à 15 ans. Nourri par la musique des années 60 /70 et 80, il forme fin des années 80 le "Brachay's Band" (Laurent MARIE / basse) avec, notamment, Thierry BONNEAUX à la batterie. La formation évolue et est rejointe en 93 par Manu CODJIA à la guitare (Eric TRUFFAZ, Daniel HUMAIR, Aldo ROMANO…).
En 1993, il se tourne vers le blues et c'est la naissance du Brachay's Blues Band avec Patrick GRIMAUD / batterie, François LEFORT / basse. Quelques années plus tard, Michel MORENO les rejoindra à la guitare rythmique et au chant .

En 1996, le groupe s'étoffe d'une section cuivres (les inséparables Stéphane MATUCHET, J-Claude THYES et Philippe CHODET) et en 97, vainqueur d'un tremplin régional, il enregistre son 1er CD 4 titres sous le nom de "Miguel M. & the Brachay's Blues Band". Le groupe se forge au fil des concerts une bonne réputation, en faisant des 1ères parties intéressantes (Patrick VERBEKE, J.J. MILTEAU, GIROUX & MAHJUN, Chicago Blues Festival (Larry GARNER, Marva WRIGHT), Michael HILL & the Blues Mob, Bernard ALLISON, Trudy LYNN…). Il a été également programmé en 1ère partie de Phil COLLINS (Big Band). 1997 voit la sortie du 1er album "We are in Love", enregistré par l'ingé son Andréas RATHGEB au Studio Sound & Vision à Faverolles. Ce fut une coproduction entre Sound & Vision et BBB Association. L'album sort sous le label Bluesy Mind et est distribué d'abord chez SOCADISC puis chez MUSEA.
Le groupe monte en puissance, dirigé par Lorenzo, à la fois comme chef d'orchestre et compositeur. Le groupe commence à intégrer le circuit blues des festivals, des salles… En 1999, il remporte les 1er "Open Days" au Chesterfield Café, sous la présidence de Thierry ARDISSON, Yvan LE BOLLOCH et Peter KINGSBERY ( Cock ROBIN ) devant plus de 300 postulants. Un CD "Live au Chesterfield" est très bien reçu par la presse ( Jazz Hot, Guitar Magazine , Soul Bag , Blues Magazine …). Cette même année, il reçoit le prix de "groupe blues français de l'année 1999" aux "Trophées France Blues", remis au New Morning. Tous les grands festivals de blues ouvrent leurs portes ( Cognac Blues Passion, Cahors Blues Festival , Festival Blues de St Laurent du Var, Blues autour du Zinc, Garden Blues Festival à Marseille, Bagnols / Cèze ( en 1ère partie de Gary MOORE ), Nuit Blues de Sarreguemines, de Chaumont, de Thouars, Blues sur Seine, Vache de Blues,… Le groupe est programmé sur de nombreuses 1ères parties ( Chicago Blues Festival, Gary MOORE, Lucky PETERSON (plusieurs fois), Connie LUSH, Monty ALEXANDER…)

Il est également la même année vainqueur du tremplin blues du festival "Jazz en Villeneuvois". Dans le mêl temps, le groupe se professionnalise, Patrick GRIMAUD et François LEFORT laissant la place à Patrick MACHENAUD et Abder BENACHOUR. Lorenzo est, 2 années consécutives, nominé aux Trophées France blues, dans la catégorie des 10 meilleurs guitaristes français de l'année. La nouvelle formation travaille d'arrache pied à un nouvel album "SPAIN". Le projet prévoit des titres nouveaux, tels "Spain", "Sunny Love", "Bad Condition"… Le projet ne voit pas le jour car en 2002, Miguel M (Michel Moreno) dissout le groupe. En 2003, Lorenzo enregistre son 1er album "Andaluz Child", tourné vers un blues métissé qui laisse place à toutes ses influences à la fois blues, jazz, latines et orientales. Il y associe Johan DALGAARD, qui s'implique fortement sur la direction artistique de l'ensemble, Philippe BROHET au sax (Juliette), Greg SZLAPCZINSKI à l'harmo, Patrick GRIMAUD aux percus, Dilshad AMIN MOHAMMED, au chant et chœurs sur 3 titres. L'album reçoit des critiques élogieuses (Guitariste Magazine, Crossroad, Jazz Hot , Soul Bag, Rollin' & Tumblin',…) qu'on peut lire dans ces pages. Sur scène, on retrouve les musiciens de la 2ème génération du "Brachay's Blues Band", avec Abder BENACHOUR, Patrick MACHENAUD, Johan DALGAARD ou Pierre BERTRAND, avec un petit nouveau Jérôme CORNELIS, au sax et guitare. 2005, un nouvel album est en préparation, l'accent en sera blues, résolument….. la route continue… Rolling with the Blues !

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 22 Avr - 10:25 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Roland Tchakounté est un musicien de blues originaire du Cameroun.
D'origine Camerounaise, il a commencé son apprentissage musical avec les percussions puis la guitare. Il s’initie ensuite au piano et à l’harmonica et fait ses premières expériences de groupe au Cameroun comme bassiste chanteur dans des formations locales, spécialisées dans les reprises des chansons afro-américaines : Jimi Hendrix, James Brown, Wilson Pickett, etc.

Il attrape le virus du blues en écoutant Crawling King Snake (en) de John Lee Hooker et souhaite devenir Bluesman. Il réussit à créer une synthèse entre ses racines africaines, ses influences blues et la singularité d’interpréter son répertoire en « bamiléké », sa langue maternelle.
En décembre 1999, Roland Tchakounté sort « Bred bouh shuga blues », album de sa révélation (en formation électrique). Remarqué grâce au Tremplin national Blues sur Seine (catégorie acoustique), en duo avec Mick Ravassat, il publie en 2005 le cd « Abango » avec lequel il fait de nombreuses tournées en particulier aux États-Unis (Chicago, Memphis...), au Canada (FestiBlues de Montréal, Mont tremblant, etc) et en Belgique, toujours en tandem avec Mick Ravassat. En 2006, il rencontre le batteur percussionniste Mathias Bernheim et l'intègre immédiatement dans son groupe, séduit par son jeu simple et efficace.

L'album "WAKA" paru en février 2008 est marqué par un concert au New Morning à Paris.
Depuis, il sillonne le monde et les scènes au Canada, en Belgique, en Indonésie, en Malaisie, au Viêt-Nam, en Lituanie, en Croatie, en Afrique (Burkina Faso, Mali) mais aussi à Cognac, à Vaison la Romaine et dans d'autres villes de France.
Roland Tchakounté qualifie sa musique de "mélodie sauvage" permettant d'aborder des sentiments tristes ou joyeux, mais aussi à exprimer l’état d’abandon dans lequel est laissé l'Afrique. Il admire les artistes tels que Sun House, Robert Johnson, Edmore James, Muddy Waters, et considère Ali Farka Touré et John Lee Hooker comme ses vrais maîtres.
Son utopie est de rassembler l’espèce humaine au sein d’une seule et même grande famille sans distinctions de couleurs et de races.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Dim 23 Avr - 16:42 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Eric Ter né en 1952, à Paris dans le 15e arrondissement. Eric compose écrit et joue de la guitare. Il a également enregistré et produit lui-même plusieurs de ses albums. Sur scène, Eric chante en anglais ou parfois en français, d’une voix légèrement rocailleuse, tandis qu’il joue de la guitare, de l’harmonica voire du dobro. Il laisse cependant la part belle aux improvisations à la guitare, laquelle reste dominante dans ses albums ou encore sur scène. Son style se définit comme un mélange de blues, aux accents funky voire rock, flirtant parfois vers le folk quand il joue en acoustique.
Eric se présentera sous le pseudo « Eric Sirkel » pour ses 3 premiers albums, avant de s’appeler Eric T. puis E.T et enfin retrouver son véritable nom Eric Ter en 1998. Eric va enregistrer 17 albums dont 11 seront autoproduits. En 2007 Eric remporte le Prix spécial de la SACEM du Festival Blues sur Seine.

Les débuts
Eric commence à jouer de la guitare dès l'âge de 10 ans dans les années 1960. À cette époque il joue régulièrement le mardi soir sur la « scène ouverte » du « Hootenanny » du Centre américain (Boulevard Raspail à Paris) où il croise entre autres Maxime Le Forestier, Dick Annegarn, Alan Stivell ou Marcel Dadi .
À cette époque Eric va assister à trois concerts à l’Olympia - Jimi Hendrix, Bob Dylan et Frank Zappa – lesquels vont le marquer à vie .

Royaume-Uni
Son parcours musical débute officiellement en 1976 alors qu’il est parti au pays de Galles pour enregistrer son premier album intitulé « Sirkel & Co » au Rockfield Studios de Dave Edmunds. Le disque est produit par Robin Millar. Quelques musiciens anglais prestigieux du moment l’accompagnent, dont Ronnie Leahy aux claviers, Colin Allen à la batterie et Mick Taylor qui vient de quitter les Rolling Stones. Ce dernier le rejoint au studio Olympic à Londres, pour y jouer sur quatre morceaux.

France
Son deuxième album “Vertige” sort également sous le nom de Sirkel & Co en 1978 chez TREMA, et par conséquent les paroles sont en français. Mais déçu par le manque de promotion il décide de partir à New York où il retrouve son ami Marc Frentzel, batteur de son état.

États-Unis
Nous sommes en 1980. Eric décide de former un groupe avec Marc Frentzel, Jo Leb et Jacques Grande ces deux derniers respectivement chanteur et bassiste du groupe de rock français Les Variations. Mais l’aventure ne dure pas bien longtemps. Eric travaille donc son prochain album "This Chance" qu’il produit et sort en 1981.
Il restera aux États-Unis jusqu’en 1994 et enregistrera 5 albums pendant cette période durant laquelle il travaillera dans un studio d’enregistrement pour la réalisation d’albums d’artistes américains.
Après quelques déconvenues tels que le braquage de son studio et une séparation avec sa seconde épouse américaine Eric décide de rentrer en France.

France
Eric enregistre un nouvel album éponyme qu’il produit et sort en 1995 sous les initiales E.T. Huit des quatorze titres sont chantés en français.
Suivront trois autres albums auto produits : Yeah ! Grandeur et Mystères et New Funky Folks.
Puis en 2003 l’album Barocco est enregistré et sera produit par Debercy/Socadisc. En 2006 Eric auto produit à nouveau « Guitare Blues » avant de signer chez Bluesiac. Deux disques vont être produits sous ce label : « Chance » aux tendances funky et blues avec quelques accents electro, tandis que « Nu-Turn » sonne plus dépouillé et acoustique. Eric explique ainsi cet album « Quand il a fallu trouver un titre générique, Nu-Turn s’est imposé. Nu-Turn signifie nouveau départ, un peu demi-tour (U-Turn). C’était un double sens amusant, et il faisait sens et marquait une rupture par rapport à l'album précédent. »
Le dernier opus en date, “Soundscape Road” (2013) est sorti le 12 mars 2013 chez DixieFrog, label principalement orienté vers le Blues.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Dim 23 Avr - 16:59 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Harmoniciste français, Nico Wayne Toussaint est né en 1973 à Toulon. Á 15 ans, Nico Wayne découvre le blues avec l’album « Hard Again » de Muddy Waters.  Il commence l’harmonica à 18 ans. Le prénom Wayne lui vient de son parrain américain qui vit dans le Minnesota. Nico se rend régulièrement aux Etats-Unis depuis 1992, année de son premier voyage. 

À 20 ans, il forme son premier groupe, « Vent du Sud », en duo avec son père pianiste. En 1996, Nico se concentre exclusivement sur le blues et créé un deuxième groupe « Nico and Friends ». Lors d’un séjour aux Etats-Unis, où il est assistant de français dans une université prés de Minneapolis, il a l’occasion de jouer avec de grands noms du Blues : Jimmy Johnson, Billy Branch, Luther Allison, Cash Mc Call, Willy Kent et bien d’autres.  En mars 1997, à Minneapolis, il enregistre son premier album, « C'est Si Bon ». « My Kind of Blues », deuxième album, est enregistré en 1998 avec les musiciens de R.J. Mischo sur le label Dixiefrog Records. Il sort ensuite trois albums, toujours sous ce même label. En 2004, Nico Wayne sort l’album « Transatlantic Live », enregistré en France et aux Etats Unis.  Son dernier album, « Southern Wind Blowin' », sorti en 2007, est un hommage aux musiques du sud des Etats-Unis. C’est un album qui fait référence aux musiques de son enfance ; un clin d’œil au groupe « Vent du Sud » et à son père.  Depuis Nico Wayne Toussaint et ses musiciens ne cessent de jouer à travers l’Europe pour faire découvrir la musique qui les passionne.



 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Lun 24 Avr - 08:59 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Patrick Verbeke est un guitariste, compositeur, chanteur de blues français, né le 13 avril 1949 à Caen dans le Calvados.


Il a d'abord joué dans des groupes (L’indescriptible chaos rampant en 1967, Alan Jack Civilization en 1970, Tribu en 1972, Magnum en 1975) et depuis les années 1980 il enregistre sous son propre nom en anglais et en français. Il a également joué de la guitare (électrique ou acoustique) lors de nombreuses séances d'enregistrements (David Mc Neil, Valérie Lagrange, William Sheller, Yves Montand, Autour du Blues, etc). Il a animé pendant 5 ans (1993-1998) une émission le samedi soir sur Europe 1, De quoi j' vais m' plaindre, qu'il a ensuite présentée en 2007-2008 sur la webradio W3 bluesRadio. Il joue également dans le concept Autour du Blues entouré suivant leur disponibilité de nombreux musiciens plus ou moins blues (Michael Jones, Francis Cabrel, Paul Personne, Claude Engel, Beverly Jo Scott, etc).
Son fils, Steve Verbeke, est également musicien (harmoniciste et chanteur).
En avril 1981, dans un studio parisien, il fait partie des musiciens qui accompagnent le rocker américain Sonny Fisher, lors de l'enregistrement de l'album "Texas Rockabilly Tear Up" pour le label Big Beat. Alors qu'il a défendu le blues en français, il est surnommé "Mister Blues" (et non monsieur blues)


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 940
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Lun 24 Avr - 09:08 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone) Répondre en citant

Slawek Wojnarowski est un guitariste chanteur, auteur et compositeur franco-polonais, musicologue, né à Wschowa en Pologne en 1962. Il vit actuellement en Bretagne.



 

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 14:31 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Blues Français et francophone)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com