50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Le blues dans tous ses états (Kansas City blues)

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 11 Mar - 15:41 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Kansas City blues) Répondre en citant

Page 1: Jay McShann - Big Joe Turner - Johnny Shines -
     

_________________


Dernière édition par saintluc le Dim 12 Mar - 16:51 (2017); édité 4 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 11 Mar - 15:41 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 11 Mar - 15:46 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Kansas City blues) Répondre en citant

Jay McShann est un pianiste de jazz, chanteur de blues et chef d'orchestre américain, né le 12 janvier 1916 et mort le 7 décembre 2006.


Il apprend le piano en autodidacte et commence sa carrière en 1931 en jouant notamment aux côtés du saxophoniste Don Byas. Il parcourt les routes du Middle West (Tulsa, Wichita), du Nouveau-Mexique et de l'Arizona avant de s'installer à Kansas City en 1936. Il se produit à cette période dans les clubs de la ville puis forme un groupe qu'il dirige de 1937. Deux ans plus tard il joue dans un trio à Chicago puis revient à Kansas City pour former un big band, composé notamment du jeune saxophoniste Charlie Parker ainsi que du contrebassiste Gene Ramey et du batteur Gus Johnson (en) pour la section rythmique de l’orchestre. Ils jouent à New York à partir de février 1942 et enregistrent deux disques pour le label Decca, principalement sur un répertoire blues. McShann doit rejoindre l'armée en 1943 et le groupe se sépare. De retour en 1944, McShann tente en vain de réunir à nouveau sa formation mais plusieurs d'entre eux sont dispersés dans d'autres groupes de New York ou encore à l'armée. Il quitte alors New York pour jouer à Los Angeles avec le chanteur de blues Jimmy Witherspoon.

Dans les années suivantes il se fait moins remarquer, jouant dans différents clubs de Kansas City. En 1955, le titre Hands Off, enregistré sur Vee-Jay avec la chanteuse Priscilla Bowman est un succès dans les charts rhythm and blues. Il est redécouvert et apprécié comme chanteur et pianiste de blues à partir de 1969. Il est souvent en tournée en Europe et dans de nombreux festivals de jazz. Il accompagne parfois le violoniste Claude Williams, Gene Ramey et le batteur Paul Gunther. Il enregistre aussi régulièrement jusque dans les années 1990. En 2001, à 85 ans il enregistre au Canada un album live, Hootie Blues qui sort en 2006. McShann meurt en 2006 à 97 ans

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 11 Mar - 15:55 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Kansas City blues) Répondre en citant

Joseph Vernon Turner dit Big Joe Turner (Big pour sa taille de 1,88 m et ses 110 kg) est un chanteur de blues, de jazz et de rhythm and blues américain né à Kansas City, Missouri, le 18 mai 1911 mort à Los Angeles, Californie, le 24 novembre 1985. Il est l'un des précurseurs du rock 'n' roll.

Il commence à chanter le blues dès les années 1920 avant de devenir un des pionniers du rock 'n' roll dans les années 1950. Sa carrière continue jusqu'en 1980. Turner commence à chanter à l'église. Son père meurt quand il a 4 ans et il commence à chanter dans les rues pour gagner de l'argent. Il quitte l'école à l'âge de 14 ans pour travailler dans les boîtes de Kansas City. Il finit par devenir chanteur, accompagné par le pianiste de boogie-woogie Pete Johnson. En 1936 ils s'établissent à New York, mais, malgré une performance avec Benny Goodman, y connaissent peu de succès et retournent à Kansas City. En 1938 ils participent au fameux concert « From Spirituals to Swing  » au Carnegie Hall à New York et, peu après, enregistrent un succès : « Roll 'Em Pete ».En 1939, ils commencent à travailler au Café Society, une fameuse boîte new-yorkaise, avec Albert Ammons et Meade Lux Lewis, célèbres interprètes du boogie. Ils y travaillent aussi avec Billie Holiday et l'orchestre de Frank Newton. D'autres disques importants de cette période sont « Cherry Red », « I Want a Little Girl », « Piney Brown Blues » et « Wee Baby Blues ». Puis leurs goûts commencent à diverger, et Joe enregistre ses premiers disques en solo (« Joe Turner's Blues »).
 

 Il enregistre aussi « Wee Baby Blues » avec l'orchestre d'Art Tatum.En 1941 Turner s'installe à Los Angeles, où il participe à la revue « Jump for Joy » de Duke Ellington. En 1945, lui et Pete Johnson ouvrent un bar à Los Angeles, The Blue Moon Club.Turner enregistre un grand nombre de disques, non seulement avec Pete Johnson mais aussi avec Freddie Slack, Sammy Price, Wynonie Harris, et d'autres ensembles de jazz. En 1951 Ahmet et Nesuhi Ertegün le voient dans un concert de Count Basie, et il signe un contrat avec leur compagnie de disque, Atlantic Records. Il enregistre chez Atlantic plusieurs succès, dont « Chains of Love », « Sweet Sixteen », et peut-être son plus célèbre disque « Shake, Rattle, and Roll », écrit pour lui par Jesse Stone. Ces titres squattent régulièrement les premières places des charts rhythm & blues. Une reprise de cette chanson par Bill Haley and His Comets vend plus d'exemplaires dans le marché « teenage », pour lequel on change les paroles racées de la version de Turner. Ce dernier acquiert de la popularité parmi les musiciens, et il exerce bien de l'influence sur la musique populaire de ce temps-là. Pendant les années 1970 il retourne au jazz. Jusqu'à sa mort il continue à chanter non seulement dans les boîtes, mais aussi aux festivals de jazz et de blues. En 1978 il a publié un album avec le jeune pianiste de boogie-woogie Axel Zwingenberger, album pour lequel ils reçoivent le "Grammy allemand" (Deutscher Schallplattenpreis). Il est fait membre du Blues Hall of Fame en 1983 et du Rock and Roll Hall of Fame en 1987.Il est mort à 74 ans des suites d'une défaillance rénale.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 11 Mar - 16:14 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Kansas City blues) Répondre en citant

Johnny Shines (de son nom complet John Ned Shines, né le 25 ou 26 avril 1915, mort le 20 avril 1992) est un chanteur et guitariste de blues américain.


John Ned Shines naît le 25 (ou 26) avril 1915 à Frayser, dans le Tennessee. Alors qu'il est encore enfant, ses parents déménagent en Arkansas. Il passe la plus grande partie de son enfance à Memphis en jouant très tôt de la guitare slide dans les « jukes » locaux et dans les rues. Ses premières influences musicales sont Blind Lemon Jefferson et Howlin' Wolf, mais c'est sa mère qui lui apprend à jouer de la guitare. En 1932, il va à Hughes, en Arkansas, et y travaille dans des fermes pendant trois ans, mettant sa carrière musicale entre parenthèses. Mais il a la chance de rencontrer Robert Johnson, celui qui l'influence le plus et qui lui donne l'idée de revenir à la musique. En 1935, Johnny Shines commence à voyager avec Robert Johnson, faisant des tournées dans le Sud et poussant loin dans le Nord comme en Ontario. Là, tous les deux participent à une émission de radio locale. Puis ils se séparent en 1937, un an avant la mort de Johnson.
Johnny Shines joue partout dans le Sud américain jusqu'en 1941 où il décide de retourner au Canada puis en Afrique. Il ne va pas plus loin que Chicago. À Chicago, il trouve du travail dans la construction tout en continuant à jouer dans les bars locaux en compagnie d'autres bluesmen comme Tampa Red, Big Maceo, Big Bill Broonzy, etc.

Il réalise son premier enregistrement en 1946 pour Okeh Records, une branche de Columbia Records, qui ne le publiera jamais. Il est ensuite l'un des premiers bluesmen à enregistrer pour Chess mais Chess préfère se consacrer aux artistes jouant de la guitare électrique plutôt qu'à ceux jouant de l'acoustique. Il continue à jouer avec les musiciens locaux de blues dans la région de Chicago pendant plusieurs années encore. En 1952, il enregistre ce qui est considéré comme sa meilleure œuvre pour J.O.B. Records. C'est un échec commercial et Shines quitte Chicago pour la Californie. Il n'y a pas plus de succès et revient finalement à Chicago à la fin des années 1950. Découragé par les entreprises musicales, il vend son équipement et retourne à la construction.
En 1966, Vanguard records découvre Shines en prenant des photographies dans un club de blues de Chicago. Il enregistre pour cette firme pour la 3e manifestation de Chicago/The Blues/Today!. L'album, devenu depuis un classique du blues, propulse Johnny Shines sur le devant de la scène musicale.
Shines fait des tournées avec le Chicago All Stars aux côtés de Lee Jackson, Big Walter Horton et Willie Dixon. En 1969 il déménage à Holt en Arkansas. Vers la fin des années 1960 et 1970, il fait des tournées avec le beau-fils de Robert Johnson, Robert Junior Lockwood, tous deux étant les derniers qui vivent encore parmi les premiers musiciens de blues du delta. En 1980, Shines doit arrêter la musique, victime d'une attaque. Il veut plus tard apparaître dans un documentaire « À la recherche de Robert Johnson » et il réussit à produire un dernier album, Back To The Country.
En 1989, Johnny Shines rencontre le jeune joueur de blues né au Minnesota et appelé Kent Duchaine ; tous les deux font des tournées pendant les années qui suivent, jusqu'à la mort de Shines.
Johnny Shines meurt selon les auteurs à Tuscaloosa (Alabama) ou à Osceola (Arkansas), le 20 avril 1992.

 

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:38 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Kansas City blues)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com