50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Le blues dans tous ses états (Delta blues)
Aller à la page: <  1, 2
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
saintluc



Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950

MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 11:05 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Revue du message précédent :

Tommy McClennan est un chanteur, guitariste de blues américain, né à Durant, dans le Mississippi, le 4 janvier 1905, mort à Chicago le 9 mai 1961.

Tommy McClennan est dans une ferme dans le Mississipi. Il a enregistré une série de titres pour Bluebird Records entre 1939 et 1942 et jouait fréquemment avec son ami Robert Petway. On peut l'entendre crier dans le fond de l'enregistrement de la chanson "Boogie Woogie Woman" de Petway, en 1942. McClennan rencontra des succès immediats avec de enregistrements tels que "Shake 'Em On Down", "Bottle It Up and Go", "Whiskey Head Woman" et "New Highway No.51". Il meurt d'alcoolisme aux environs de 1962.


 
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 11:05 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Jeu 16 Mar - 11:10 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Fred McDowell (12 janvier 1904 - 3 juillet 1972), appelé « Mississippi Fred McDowell », est un chanteur et guitariste de blues américain.


Il est né à Rossville dans le Tennessee, près de Memphis. Ses parents, qui sont fermiers, meurent quand McDowell est un jeune garçon. Il commence à jouer de la guitare à l'âge de 14 ans dans les bals autour de Rossville. Pour fuir la condition de laboureur à la campagne, il part à Memphis en 1926 où il travaille dans l'alimentation. Il exerce également nombre d'autres petits boulots et joue de la musique en échange de pourboires. Plus tard en 1928, il voyage dans le sud du Mississippi en gagnant sa vie comme saisonnier lors des récoltes de coton. Il s'installe comme fermier à Como (État du Mississippi), à environ 40 miles au sud de Memphis en 1940 ou 1941, tout en continuant à jouer de la musique pour des bals et des pique-niques.
Au début, il joue de la guitare slide à l'aide d'un couteau de poche, puis avec un os de côte de bœuf, puis plus tard avec un morceau de verre pour obtemir un son plus clair.

Il est célèbre pour la chanson You Gotta Move, reprise par The Rolling Stones et Aerosmith.
Son blues, très « épuré », voire minimaliste se contente souvent de doubler à la guitare la mélodie chantée. (Cf, Good morning little school girl, you gotta move...). Sa longévité (rare pour un bluesman!) lui permet de côtoyer les grands du blues. Certains n'hésitent pas à citer Fred McDowell comme influence directe malgré son style si particulier.
Ses derniers blues retrouveront la grille habituelle (grille blues en 12 mesures) comme progression harmonique, et avec un accompagnement polyphonique à la guitare.
McDowell est mort du cancer le 3 janvier 1972, âgé de 68 ans. Il fut enterré à Hammond Hill Baptist Church, entre Côme et Senatobia, État du Mississippi.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 16:36 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Louis Myers, né à Byhalia, Mississippi, le 18 septembre 1929, décédé à Chicago le 4 septembre 1994. Il sera reconnu pour la première fois comme un sideman de premier plan et membre fondateur des Aces - le groupe qui a soutenu l'harmoniciste Little Walter sur son immortel Cireuses tôt Checker.

Avec son frère aîné David - un autre membre de charte des Aces - Louis a quitté Mississippi pour Chicago avec sa famille en 1941. Le destin a vu que la famille se déplace à côté du  grand bluesman Lonnie Johnson. Un autre frère de Myers a fait monter Louis vers le haut avec le guitariste Othum Brown pour des concerts. Myers a également joué avec le guitariste Arthur "Big Boy" Spires avant de s'associer avec son frère, David, à la guitare et le jeune harmoniciste Junior Wells, pour former la première incarnation des Aces (qui étaient initialement connus sous le nom de Three Deuces). En 1950, le batteur Fred Below est venu dans le groupe.
En effet, les Aces et Muddy Waters ont échangé des harmonicistes en 1952, Wells partant jouer avec Waters tandis que Little Walter, montant à l'échelle nationale avec son classique "Juke", est passé au rôle de leader avec les Ases. Myers et les As ont soutenu Walter sur son «Vieux Monde médiocre», «Sad Hours», «Off the Wall» et «Tell Me Mama» et au célèbre Apollo Theatre de New York avant la sortie de Louis en 1954 (lui et les Aces moonlighted Sur la production indispensable de 1953-1954 de Wells pour les Etats).

Il a joué avec Otis Rush, Earl Hooker, et beaucoup d'autres, mais sa propre carrière d'enregistrement était pratiquement inexistante; Après un single solitaire de 1956 pour Abco, "Just Whaling" / "Bluesy", qui a trouvé Myers jouant de l'harmonica dans le style Walter-like
Les Aces se sont formés au cours des années 70 et ont fréquemment visité l'Europe en tant que section rythmique fidèle pour les tournées. Myers a été gêné par les effets d'un accident vasculaire cérébral lors de l'enregistrement de son dernier album pour Earwig, Tell My Story Movin en 1991. Il a courageusement complété le disque, mais s'est limité à jouer seulement de l'harmonica. Sa santé a rapidement pris un tournant pour le pire, mettant fin à sa carrière musicale

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Jeu 23 Mar - 16:46 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Charlie Patton, mieux connu sous Charley Patton (né à Bolton dans le Mississippi en 1891 et mort à Indianola également dans le Mississippi le 28 avril 1934) était un guitariste et chanteur de Delta blues américain. Patton est aujourd’hui considéré comme le « père du delta blues » et est une des figures antérieures les mieux connues de la musique populaire américaine.


Élevé parmi ses onze frères et sœurs, Charley Patton vécut la plupart de sa jeunesse à Hinds County (Mississippi) avec ses parents, Bill et Annie Patton. En 1900, à l’âge de neuf ans, la famille de Charley Patton se déplaça dans la plantation Will Dockery, dans le delta du Mississippi. C’est à cet endroit que Patton développa son amour pour la musique. En 1905, à l’âge de 14 ans, Patton commença à prendre des leçons de guitare auprès d’Earl Harris, qui lui apprit la chanson You Take My Woman and Maggie. En peu de temps, il commença à jouer du blues. À Dockery, Patton tomba sous le charme du musicien Henry Sloan (en), qui avait un style peu commun, considéré aujourd’hui comme la première forme de blues. Patton suivit Henry Sloan dans la tournée de ses spectacles. En grandissant, Patton se détermina à quitter le Sud et son racisme, thème récurrent dans ses paroles. Dans ses chansons, Patton évoque souvent les conditions brutales et difficiles dans lesquelles vivaient les Noirs au Sud des États-Unis.
Patton était un musicien qui n'avait de cesse de voyager de ville en ville, gagnant difficilement toutefois sa vie, tout au long du Mississippi. À mesure qu’il commença à devenir populaire, il traversa la Géorgie, le Texas, le Tennessee, le Missouri et l'Illinois. En 1910, Patton était reconnu en tant qu'interprète et compositeur de chansons, ayant déjà à son actif Down the Dirt Road Blues, Banty Rooster Blues et sa chanson fétiche Poney Blues. Il fréquenta au bout d'un certain temps Willie Brown, un guitariste qui deviendra plus tard un personnage récurrent dans sa carrière et dans ses enregistrements. Par ailleurs, le jeune guitariste Tommy Johnson apprend à jouer au contact de ces deux musiciens et, peu après, s'étant déplacé du côté de Dockery, Johnson y joua Delta blues mais également la chanson emblématique de Patton Poney Blues. En 1914, Patton travailla musicalement avec des membres de la famille Chatmon, notamment les piqués et le slide (bottleneck). Il est à noter que Bo, Sam, Lonnie Chatmon et le guitariste Walter Vinson (en) connurent plus tard le succès sous le nom de Mississippi Sheiks. Patton continua de jouer autour du Delta, allant au nord à Memphis, dans l'Arkansas ainsi qu'en Louisiane. En 1928, il travaille dans la plantation Will Dockery, près de Ruleville. C'est là qu'il rencontre le jeune Chester Arthur Burnett, le futur Howlin' Wolf, à qui il enseigne la guitare

Patton a fait son premier enregistrement en juin 1929 a Richmond Indiana, avec quatorze chansons sur des 78 tours pour H. C. Speir, un propriétaire de magasins de disques qui était aussi le scout régional de la maison de disques Paramount pour ce qu’on appelait « race records. » Grâce au succès de sa session initiale, il fut invité quatre mois plus tard au nouveau studio de Paramount a Grafton, Wisconsin, où il enregistra vingt-huit chansons additionnelles. Le finger-picking polyrythmique de Patton, accompagnée par le tapping du corps de la guitare, créa une mélodie complexe de danse dont le musicien pouvait jouer pour trente minutes ou plus. Son House, qui enregistra une session de 1930 avec Patton et Brown se rappela que Patton rigolait avec le public en jouant la guitare derrière son dos ou entre ses genoux. Patton a inclus des symboles régionaux dans ses chansons, des endroits auxquels les acheteurs de disque locaux étaient familiarisés, y compris une chanson inspiré de Moorehead (Mississippi) intitulée Where the Southern Crosses The Do et une chanson inspirée de la ferme Parchman intitulé A Spoonful Blues. Contrairement à d’autres artistes de son temps comme Leadbelly, Patton avait de la difficulté à venir chercher le public blanc. Ses enregistrements étaient donc plutôt dirigés vers les acheteurs du pop rural contemporain afro-américains. La dernière session d’enregistrement de Patton eut lieu à New York en février 1934, deux mois avant sa mort.
Le 28 avril 1934, Charley Patton meurt d'une crise cardiaque, à la plantation Heathman-Dedham près d’Idianola (Mississippi). Sa tombe se situe à Holly Ridge Mississippi, et l’inscription de sa pierre tombale reconnait son rôle primordial dans le développement du Delta blues. Sans voir là une relation de cause à effet, notons plutôt son net penchant pour l'alcool et un tempérament bagarreur qui ne l'aurait de toute façon pas aidé à vivre beaucoup plus longtemps. L’homme qui a été marié huit fois durant sa courte vie, est reconnu aujourd’hui comme le premier grand Delta blues man.
Artiste rugueux, de style comme de caractère, Charley Patton s'affirme comme le fondateur du delta blues en influençant les grandes figures du genre comme Big Joe Williams, Bukka White ou Robert Johnson. Son style varié y compris le blues, le gospel, le ragtime, la country, le folk et les chansons populaires. Il a un don pour le récit personnel et composait plusieurs ballades décrivant des évènements courant dans le monde. Sa chanson High Water Everywhere décrivait une inondation du Mississippi, et évoquait la souffrance éprouvée par les citoyens de Delta. Le pouvoir de sa voix est souvent plus évident dans sa musique plus gospel. La musique de Patton reflète la technique et l’esprit des spirituals de la période de l’esclavage (Mean Cat Blues), la danse country (Revenue Man Blues) les antécédents du blues et l’influence du ragtime (Hang it on the Wall) et la musique populaire (Some These Days I’ll be Gone). La musique de Patton démontrait les similarités essentielles entre le blues et la musique religieuse afro-américaine.
La langueur de sa voix, accompagnée par sa guitare, produisait des contrepoints rythmiques. Il était un interprète et un musicien souple et dynamique.
Ses techniques de guitare étaient très variées : utilisant de nombreux tunings, clefs, le bottleneck et différentes techniques de picking. Les techniques de guitare de Patton nous offrent un regard du début de la guitare country-blues et aussi en fonction de son répertoire et du son de sa guitare. Son approche à la guitare provient de l’influence populaire du banjo et du piano. En jouant, il n’était jamais pressé et son pouvoir rythmique était accentué par des variations constantes et des accents surprenants. Il faisait souvent des pauses en jouant, créant des moments de tension qui se transformaient avec une emphase complètement différente.
Sa vie, sa musique et sa mort en ont fait une légende pour plusieurs générations de bluesmans et de rockeurs. Les chansons hypnotiques à trois accords de Patton ont profondément influencé John Lee Hooker de Clarksdale, qui a enregistré sa propre version de la chanson Pea Vine Blues de Patton.
Bukka White a déjà cité son « désir de devenir un homme aussi célèbre que Charley Patton » et a aussi démontré un penchant similaire pour jouer des chansons de danses pour des périodes prolongées.

Robert Palmer considère Charley Patton comme un des musiciens américains les plus importants du xxe siècle.
Bob Dylan a dédié sa chanson High Water (For Charley Patton) à Charley Patton sur son disque Love and Theft, de 2001. Il stipula : « If I made records for my own pleasure, I would only record Charley Patton songs. »
Le chanteur français Francis Cabrel fait référence à Charley Patton dans sa chanson Cent Ans de plus sur son disque Hors-Saison de 1999. Cabrel cite Patton comme une de ses influences blues principaux, comprenant aussi Son House, Blind Lemon Jefferson, Robert Johnson, Howlin' Wolf, Blind Blake, Willie Dixon et Ma Rainey.
En 2005, le chorégraphe Ralph Lemon fut inspiré du bluesman Charley Patton pour la production de la troisième partie de Geography Trilogy, intitulée Come home Charley Patton. La pièce conteste le fait que les corps autodéterminant, produits historiquement, signifiant des cultures qui sont venues ou ont été apportées de force à ces rivages, documente les États-Unis non en textes multiculturels, mais dans les rédactions et les répétitions de la résistance. Cette pièce documente les injustices, et la violence raciale de l’histoire américaine.
Le groupe de rock indépendant Gomez a enregistré une chanson sur leur album de 2006 How We Operate, intitulé Charley Patton Songs.
Il y a une photographie de Charley Patton dans le studio d’enregistrement du groupe The White Stripes pour leur album Icky Thump.
Jule Brown a enregistré un arrangement de Green River Blues de Patton, sur son album Smoke and Mirrors en 2006.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Ven 24 Mar - 15:04 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Paul Pena (26 janvier 1950, Hyannis, Massachusetts – 1er octobre 2005, San Francisco) est un musicien et chanteur américain, issu d'une famille originaire du Cap vert.

Ses musiques de prédilections étaient le blues et la musique traditionnelle mongole, telle que pratiquée dans la République de Touva.
Il fut aussi l'ami de Kongar-ol Ondar, musicien
 et chanteur de musique traditionnelle touvaine
Son nom à Touva est Pol « Tremblement de terre » Pena) (touvain : Пол „Чер Шимчээшкини“ Пена)

En 1995 il entreprit un voyage à Touva pour rencontrer les chanteurs du Khöömei, chant diphonique traditionnel mongol ; accompagné d'amis cinéastes ils tournèrent le film Genghis Blues (en) sur leurs chants et plus généralement la République de Touva.
Le film fut récompensé au festival Sundance de 1999 par le Prix spécial du public du meilleur documentaire.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Ven 24 Mar - 15:09 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Johnny Shines (de son nom complet John Ned Shines, né le 25 ou 26 avril 1915, mort le 20 avril 1992) est un chanteur et guitariste de blues américain.


John Ned Shines naît le 25 (ou 26) avril 1915 à Frayser, dans le Tennessee. Alors qu'il est encore enfant, ses parents déménagent en Arkansas. Il passe la plus grande partie de son enfance à Memphis en jouant très tôt de la guitare slide dans les « jukes » locaux et dans les rues. Ses premières influences musicales sont Blind Lemon Jefferson et Howlin' Wolf, mais c'est sa mère qui lui apprend à jouer de la guitare. En 1932, il va à Hughes, en Arkansas, et y travaille dans des fermes pendant trois ans, mettant sa carrière musicale entre parenthèses. Mais il a la chance de rencontrer Robert Johnson, celui qui l'influence le plus et qui lui donne l'idée de revenir à la musique. En 1935, Johnny Shines commence à voyager avec Robert Johnson, faisant des tournées dans le Sud et poussant loin dans le Nord comme en Ontario. Là, tous les deux participent à une émission de radio locale. Puis ils se séparent en 1937, un an avant la mort de Johnson.

Johnny Shines joue partout dans le Sud américain jusqu'en 1941 où il décide de retourner au Canada puis en Afrique. Il ne va pas plus loin que Chicago. À Chicago, il trouve du travail dans la construction tout en continuant à jouer dans les bars locaux en compagnie d'autres bluesmen comme Tampa Red, Big Maceo, Big Bill Broonzy, etc.
Il réalise son premier enregistrement en 1946 pour Okeh Records, une branche de Columbia Records, qui ne le publiera jamais. Il est ensuite l'un des premiers bluesmen à enregistrer pour Chess mais Chess préfère se consacrer aux artistes jouant de la guitare électrique plutôt qu'à ceux jouant de l'acoustique. Il continue à jouer avec les musiciens locaux de blues dans la région de Chicago pendant plusieurs années encore. En 1952, il enregistre ce qui est considéré comme sa meilleure œuvre pour J.O.B. Records. C'est un échec commercial et Shines quitte Chicago pour la Californie. Il n'y a pas plus de succès et revient finalement à Chicago à la fin des années 1950. Découragé par les entreprises musicales, il vend son équipement et retourne à la construction.

En 1966, Vanguard records découvre Shines en prenant des photographies dans un club de blues de Chicago. Il enregistre pour cette firme pour la 3e manifestation de Chicago/The Blues/Today!. L'album, devenu depuis un classique du blues, propulse Johnny Shines sur le devant de la scène musicale.
Shines fait des tournées avec le Chicago All Stars aux côtés de Lee Jackson, Big Walter Horton et Willie Dixon. En 1969 il déménage à Holt en Arkansas. Vers la fin des années 1960 et 1970, il fait des tournées avec le beau-fils de Robert Johnson, Robert Junior Lockwood, tous deux étant les derniers qui vivent encore parmi les premiers musiciens de blues du delta. En 1980, Shines doit arrêter la musique, victime d'une attaque. Il veut plus tard apparaître dans un documentaire « À la recherche de Robert Johnson » et il réussit à produire un dernier album, Back To The Country.
En 1989, Johnny Shines rencontre le jeune joueur de blues né au Minnesota et appelé Kent Duchaine ; tous les deux font des tournées pendant les années qui suivent, jusqu'à la mort de Shines.
Johnny Shines meurt selon les auteurs à Tuscaloosa (Alabama) ou à Osceola (Arkansas), le 20 avril 1992.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 18:40 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Henry Sloan (Janvier 1870 - probablement le 13 mars 1948) était un musicien afro-américain, l'un des premiers personnages de l'histoire du Delta Blues. Très peu connu pour certains au sujet de sa vie, autrement qu'il a tutoré Charlie Patton dans les voies du blues. Il a été suggéré qu'il a déménagé à Chicago peu après la Première Guerre mondiale. Il n'a laissé aucun enregistrement.

Selon le chercheur David Evans, Sloan est né dans le Mississippi en 1870, et en 1900 vivait dans la même communauté que les familles Patton et Chatmon près de Bolton, Mississippi. Il a déménagé à la plantation de Dockery près d'Indianola environ dans le même temps que les Pattons, entre 1901 et 1904. Patton a reçu une instruction directe de Sloan, et a joué avec lui pendant plusieurs années. Deux des accompagnateurs postérieurs de Patton, Tommy Johnson et Son House, ont tous deux déclaré que Patton «tenait à chaque pas» de Sloan
D'autres recherches basées sur les dossiers du recensement ont suggéré que, en 1920, Sloan et sa famille vivaient autour de West Memphis, dans l'Arkansas. Il peut avoir été le Henry Sloan dont la mort, 78 ans, s'est produite dans le comté de Crittenden le 13 mars 1948


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Sam 25 Mar - 18:47 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Albert Luandrew, dit Sunnyland Slim , était un chanteur-pianiste de blues américain, né à Vance (en), Mississippi, le 5 septembre 1907, décédé à Chicago, Illinois, le 17 mars 1995

À la fin des années 1920, il alla s'installer à Memphis pour gagner sa vie comme pianiste. À Beale Street, il jouait entre autres avec Little Brother Montgomery et Ma Rainey.
En 1939, il alla à Chicago où il joua avec Sonny Boy Williamson. À partir 1947 il enregistre ses premiers titres comme leader sur nombre de labels locaux spécialisé dans le blues et le rhythm and blues, tels que Club 51, Hy-Tone, Mercury, Regal, RCA Victor, ici sous le nom de « Doctor Clayton's Buddy ». On le trouve aussi sur des disques de Muddy Waters de la fin des années quarante comme musicien d'accompagnement. Sunnyland Slim fut blessé à la main par un coup de couteau, si bien que certains doigts perdirent un peu de leur capacité antérieure, il n'en resta pas moins un pianiste d'accompagnement apprécié. En 1962, il publia chez Prestige Records des disques longue durée. Il s'ensuivit de nombreux enregistrements pour différentes marques de disques.

Dans les années soixante, il joua avec King Curtis, partit en tournées avec Otis Rush et voyagea à travers l'Europe avec l'American Folk Blues Festival en 1964 et les Chicago All Stars en 1968. Les Allstars se composaient de Willie Dixon à la basse, Clifton James à la batterie, Walter Horton à l'harmonica et Johnny Shines à la guitare. Ce groupe fit en 1968 des enregistrements pour BASF qui furent publiés la même année sous forme de disques longue durée. Malheureusement les Allstars eurent de loin moins de succès aux États-Unis qu'en Europe, ce qui, peu de temps après; aboutit à la dissolution du groupe. En 1970 il participa au festival Ann Arbor Blues. En même temps, il enregistrait quelques singles pour BEE & Baby REcords à Chicago : soit sous son nom, soit sous celui de Homesick James (voc et Slide-Gitarre) ou d'Andrew McMahon (Voc et basse). En 1972, il fut musicien d'accompagnement sur un disque longue durée Live-Howling Wolf de Chess. En 1980/81 Sunnyland fit une tournée avec AFBF.
Même âgé, Sunnyland Slim jouait des spectacles à Chicago et permettait à d'anciens et à de nouveaux talents de paraître en scène.
Sunnyland Slim mourut en 1995 d'une insuffisance rénale sévère. En 1991 il était entré dans le Hall of Fame du blues.
d Slim, était un chanteur-pianiste de blues américain, né à Vance (en), Mississippi, le 5 septembre 1907, décédé à Chicago, Illinois, le 17 mars 1995

 

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Dim 26 Mar - 13:03 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Johnny Temple (18 octobre 1906 - 22 novembre 1968)  était un guitariste et un chanteur américain de blues de Chicago, qui était actif dans les années 1930 et les années 40. Il a été diversement considéré comme Johnny Temple, Johnnie Temple et Johnnie "Geechie" Temple.

Temple est né à Canton, Mississippi. Il a déménagé à Chicago au début des années 1930 et a commencé à jouer avec Joe McCoy dans les clubs. Son disque le plus populaire, Louise Louise Blues, publié par Decca Records, a été un succès en 1936.  Le Harlem Hamfats, un groupe de jazz de Chicago formé en 1936, a fourni du travail de secours pour Temple et d'autres chanteurs.
Temple a continué l'enregistrement avec diverses étiquettes pendant la plupart des années 1940. Son amitié avec le producteur record Mayo Williams lui a fourni des occasions d'enregistrement jusqu'en 1949. Il est retourné au Mississippi au milieu des années 1950, où il a continué à jouer dans et autour de Jackson.
Il est mort d'un cancer le 22 novembre 1968, âgé de 62 ans, à Jackson.


 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Dim 26 Mar - 13:14 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Theodore Roosevelt Taylor, dit Hound Dog Taylor, était un chanteur, guitariste de blues américain, né à Natchez (Mississippi), le 12 avril 1915, décédé à Chicago, Illinois, le 17 décembre 1975.

Il nait à Natchez dans le Mississippi, en 1915. Il commence à jouer de la guitare à 20 ans. Il déménage à Chicago en 1942.
Il joue de la musique à plein temps vers 1957, mais n'est pas très connu en dehors de Chicago. Après avoir entendu Taylor et son groupe The HouseRockers (avec Brewer Phillips à la seconde guitare, et Ted Harvey à la batterie) en 1969), un jeune blanc du nom de Bruce Iglauer essaie, en vain, de le faire signer chez son employeur, Delmark Records. Iglauder décide alors de devenir l'impresario de Taylor ; il crée sa propre maison de disques grâce à un héritage de 2 500 $ et enregistre le premier album de Hound Hog Taylor Hound Dog Taylor and the HouseRockers, sous la marque Alligator Records. C'est le premier disque d'Alligator, qui est aujourd'hui une prestigieuse maison de disques de blues. Le disque est enregistré en public en deux jours.

Le deuxième disque Natural Boogie est issu des mêmes séances d'enregistrement et a connu un grand succès.
Le troisième disque de Taylor, Beware of the Dog, est enregistré en public en 1974, mais n'a été publié qu'après sa mort, d'un cancer, survenue en 1975.
Il y a eu d'autres disques posthumes, tous chez Alligator.
En 1984, Hound Dog Taylor a été inscrit au Blues Hall of Fame.
Hound Dog Taylor était connu pour son style vocal âpre, et son style dépouillé à la slide guitar. Il utilisait toutes les ressources de sa guitare bon marché Teisco del Rey et de son ampli Sears Roebuck. Ce n'était pas un virtuose distingué, que ce soit à la guitare ou à la voix, et il avait l'habitude de dire : « Quand je serai mort, on dira : "Il jouait comme une merde, mais il la faisait sonner sacrément bien !" » (« When I die, they'll say, "He couldn't play shit, but he sure made it sound good!" »). Les HouseRockers avaient un son assez spécial du fait qu'il n'y avait pas de bassiste. Du coup, Taylor et Phillips devaient prendre alternativement la ligne rythmique/basse pendant que l'autre faisait un solo.

Certains critiques prétendent que le classique de Freddie King, Hideaway, plus tard repris par Eric Clapton, a été inspiré par un instrumental de Hound Dog Taylor. Stevie Ray Vaughan a également repris son morceau le plus connu Give Me Back My Wig en concert et en studio.
Hound Dog Taylor avait un sixième petit doigt à chaque main (il était atteint de polydactylie). Un jour de cuite il s'est amputé du sixième doigt de la main droite avec une lame de rasoir.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Lun 27 Mar - 12:32 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Bukka White, né Booker T. Washington White le 12 novembre 1909 à Houston, Mississippi, et mort le 26 février 1977 à Memphis, Tennessee, est un guitariste et chanteur de blues américain.


Élevé dans la ferme de son grand-père, près de Houston, Mississippi, son père, ouvrier des chemins de fer, l'initie à la guitare lorsqu'il a neuf ans. Après une rencontre avec Charley Patton et quelque temps passé chez son oncle à Clarksdale, Bukka White part pour Saint Louis à l'âge de 14 ans. À partir de 1920, il voyage à travers le Mississippi et les États du Delta, jouant dans les bars honky tonk. En 1930, il enregistre une première session de quatorze morceaux à Memphis, pour Victor Records, dont trois gospels avec Memphis Minnie. Quelques années plus tard, sollicité par Big Bill Broonzy, il enregistre de nouveau pour un producteur indépendant, Mr. Melrose, à Chicago. De retour dans le Mississippi, il poursuit une vie itinérante dans la région du Delta, alternant musique, travail dans les fermes et boxe professionnelle.
Au cours de l'été de 1937, il blesse un agresseur à la cuisse d'une balle de revolver au cours d'une bagarre et est condamné à une peine d'emprisonnement qu'il purgera au pénitencier de Parchman's Farm. Peu avant son incarcération, il enregistre deux morceaux pour Vocalion, dont Shake 'em on down, l'un de ses morceaux les plus célèbres, qui connut un grand succès et dont le thème sera repris par Big Bill Broonzy.

Alors qu'il est emprisonné à Parchman's Farm, en 1939, Bukka White enregistre quelques morceaux pour Alan Lomax qui travaillait alors sur le recueil de la tradition orale pour la bibliothèque du Congrès. Après sa libération, en 1940, Bukka White se rend à Chicago et enregistre douze morceaux d'une grande violence expressive, sur les thèmes de la prison, de l'isolement et de la solitude. Installé à Memphis, c'est à cette époque qu'il jouera occasionnellement avec son jeune cousin, BB King. Mais la guerre mettra fin à sa carrière musicale et, en 1944, il trouve un travail dans un camp militaire. Il l'occupait encore lorsqu'il sera redécouvert par John Fahey lors du "blues revival" du début des années 1960. Il entame alors une seconde carrière qui le menera notamment en Californie.
Il meurt en 1977, victime d'un cancer.
Le plus souvent accompagné d'une guitare à résonateur métallique, jouée en slide guitar à l'aide d'un bottleneck, le chant de Bukka White est particulièrement puissant, porté par une voix gutturale lancée dans de longues improvisations de type talking blues.

 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Lun 27 Mar - 12:36 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Joseph Lee Williams dit Poor Joe ou Big Joe Williams est un chanteur et guitariste de blues américain né le 16 octobre 1903 à Crawford (Mississippi) et mort le 17 décembre 1982 à Macon (Mississippi). Il reste célèbre pour son jeu de guitare très particulier sur son instrument à neuf cordes. Il est l'auteur de la chanson Baby, Please Don't Go, devenue un classique du blues et reprise notamment par le groupe Them et AC/DC


Né à Crawford dans le Mississippi, Williams se produit régulièrement déambulant à travers les États-Unis mendiant en jouant dans les magasins, les bars ou les camps de travail. Il fait plusieurs séjours au pénitencier d'Angola (Louisiane), et eut une vie aventureuse.
Il enregistre à partir de 1935 pour Bluebird Records. Sa chanson Baby Please Don't Go est un grand succès et devient un standard du blues, reprise dès le début par de nombreux artistes. Il joue fréquemment avec Sonny Boy Williamson I de 1938 à 1947. Il travaille ensuite pour Vee Jay, Specialty, Columbia Records, Okeh Records, Delmark, Prestige Records, Arhoolie Records, Vocalion, Bullet Records et Trumpet Records. Découvert par le public blanc, il participe à de nombreux festivals dans les années 1960 et enregistre des dizaines d'albums.

Big Joe Williams vit dans une caravane à Crawford quand il meurt à l'âge de soixante-dix-neuf ans.
Le style de Big Joe Williams est ancré dans le Delta blues et possède un caractère unique. Il joue conduisant les rythmiques et les lignes mélodiques simultanément tout en chantant en même temps. Pour cela, il jouait à l'aide de deux onglets placés sur son pouce et sur son index sur une guitare en grande partie modifiée. En effet, Williams avait ajouté un micro électrique rudimentaire dont les câbles s'enroulaient autour de sa guitare. Il ajouta également trois cordes supplémentaires à son instrument.

 

 

 



 
 

_________________


Revenir en haut
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 950
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Mar 28 Mar - 17:56 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues) Répondre en citant

Elmore Williams vit avec sa femme dans une maison confortable dans la banlieue de Natchez, et est à la retraite après des années de travail dans les scieries, une boulangerie et une laiterie. Bien qu'il ait joué de la musique pendant près de soixante ans, Williams a seulement passé environ deux ans à travailler à plein temps en tant que musicien, et aujourd'hui, il joue principalement dans des festivals, souvent loin de la maison.

Bien que Williams ait commencé à jouer en Europe déjà dans les années 1980, il a d'abord obtenu une plus grande notoriété suite à la sortie en 1998 d'un CD sur Fat Possum qu'il a partagé [comme "Elmo" Williams] avec Hezekiah Early, Takes One To Know One. Dans le sillage du CD, la paire a voyagé à travers les États-Unis et à des pays dont la Finlande, la Suède, le Portugal et le Japon, et Williams a récemment voyagé seul pour effectuer en Italie.

Il est né Elmore Williams, Jr., à Natchez le 6 février 1933, et a vécu à Fenwick, à l'est de la ville, jusqu'à ce qu'il ait onze ans, quand sa famille est retournée à la ville. Son père était un guitariste de blues qui a travaillé comme maçon, et a été tué alors qu'il voyageait pour travailler à Biloxi. Elmore n'avait que dix ans et regrette que son père n'ait pas pu lui apprendre la musique.
«J'étais censé apprendre de lui à jouer du blues, mais il n'a jamais eu la chance de m'apprendre. Donc, j'ai appris ce que je pouvais trouver par moi-même

 

  

_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:27 (2017)    Sujet du message: Le blues dans tous ses états (Delta blues)

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Musiques -> RIEN QUE DU BLUES Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2
Page 2 sur 2

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com