50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
"Ça ne manque pas de sel !"

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art -> OPALINE
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Opaline


Hors ligne

Inscrit le: 06 Mai 2012
Messages: 3 758
Localisation: (France)

MessagePosté le: Mer 15 Fév - 11:20 (2017)    Sujet du message: "Ça ne manque pas de sel !" Répondre en citant

Où l’on apprend à laisser faire les spécialistes.



Salière, Royaume de Bénin, XVIe siècle,
ivoire d’éléphant, 26 x 8 x 8,5 cm,
Musée du quai Branly - Jacques Chirac,
photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Voir en grand

En voilà qui n’ont pas l’air commode ! Des personnages barbus et armés tiennent sur leur tête une petite sphère très décorée. Ce précieux objet est plus qu’une jolie sculpture : c’est une salière.
Elle décorait la table de riches aristocrates de la Renaissance en Europe, notamment au Portugal. Même sa matière est précieuse, puisqu’il s’agit d’ivoire d’éléphant.
Pourtant, au XVIe siècle, il n’y a pas l’ombre d’une trompe d’éléphant au Portugal…



Détail de l’œuvre © musée du quai Branly
- Jacques Chirac, photo Thierry Ollivier,
Michel Urtado

Voir en grand

C’est parce qu’avant d’arriver en Europe, cette salière a pas mal voyagé ! À la Renaissance, les Portugais font du commerce avec le Royaume de Bénin (dans l’actuel Nigeria), sur la côte de l’Afrique.
Les marchands achètent des défenses d’éléphants brutes, à une époque où ces animaux ne sont pas du tout protégés, et les rapportent chez eux.
Bien vite, les Portugais sont frappés par le talent des artistes africains et leur passent directement commande…



Détail de l’œuvre © musée du quai
Branly - Jacques Chirac,
photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Voir en grand

C’est donc sans doute au royaume d'Owo, non loin du royaume de Bénin, que cette salière a été sculptée. Le décor est d’ailleurs une référence aux commanditaires, puisqu’il s’agit de soldats portugais !
Les costumes, les chapeaux à plume, les crucifix en pendentif… tous les détails sont rendus avec une grande minutie. Avec un matériau aussi dur à sculpter que l’ivoire, c’est un vrai défi technique.



Détail de l’œuvre © musée du quai
Branly - Jacques Chirac,
photo Thierry Ollivier, Michel Urtado

Voir en grand

On ignore si cette salière a finalement contenu du sel. Ce dont on est sûr, c’est que son apparence a très tôt attiré l’œil des collectionneurs.
Ils sont fascinés par son côté hybride : la forme inspirée de l’orfèvrerie et le sujet sont portugais, la technique et le style de sculpture viennent d’Afrique. C’est pourquoi, logiquement, on parle d’ivoire afro-portugais...
Et aujourd’hui, leur rareté rend ces objets encore plus exceptionnels !




Pour en savoir plus :

Cette salière est l'un des chefs-d’œuvre des collections du musée du quai Branly - Jacques Chirac... et elle n'est pas la seule à témoigner des échanges entre les pays africains et le reste du monde ! La passionnante exposition L'Afrique des routes ressuscite ces relations à travers des centaines d'objets rares et précieux (sculptures, bijoux, peintures...).
Sur les mers et au cœur des déserts, ces routes commerciales millénaires donnent lieu à d'étranges découvertes... comme de la porcelaine chinoise à Madagascar !
Et le 3 mars 2017, dans une ambiance festive, le musée propose une soirée Before en lien avec l’exposition !    


Rappel :

La France renforce son interdiction du commerce de l'ivoire

Un arrêté, paru ce mercredi 17 août 2016, interdit désormais le commerce d'ivoire en France, sauf dérogations pour les objets travaillés datant d'avant le 1er juillet 1975.

 
Un arrêté, publié ce 17 août au Journal officiel, interdit "sur tout le territoire national et en tout temps" le transport à des fins commerciales, le colportage, l'utilisation commerciale, la mise en vente, la vente ou l'achat de défenses et d'objets composés en tout ou partie d'ivoire des espèces d'éléphants ou de corne de rhinocéros. Cet arrêté concerne toutes les espèces d'éléphants (d'Afrique et d'Asie) et de rhinocéros (blanc, noir, indien, de Sumatra et de Java).
Des dérogations à cette interdiction sont toutefois prévues. Elles concernent le commerce et la restauration d'objets travaillés dont l'ancienneté est antérieure au 1er juillet 1975. Date d'entrée en vigueur de la Convention qui contrôle et réglemente le commerce international des espèces menacées d'extinction (Cites).
Ces dérogations concernent le commerce des antiquités (objets travaillés datant d'avant 1947), "actuellement libre de documents Cites, au cas par cas", a précisé le ministère de l'Environnement. Le commerce et la restauration d'objets travaillés datant d'après mars 1947 et d'avant le 1er juillet 1975 restent également possibles, "sous réserve d'avoir obtenu préalablement, au cas par cas, le certificat intra-UE (CIC) prévu par le règlement Cites".
Cet arrêté ne modifie pas le régime de la détention à titre privé d'ivoire et de corne, "dont la détention reste libre", a ajouté le ministère.
En janvier 2015, la France avait déjà suspendu la délivrance de certificats d'exportation d'ivoire brut, à l'instar de l'Allemagne, de la Suède et du Royaume-Uni.

"La France presque exemplaire"
Le Fonds international pour la protection des animaux (Ifaw) critique les dérogations prévues par l'arrêté. Dans un communiqué, l'ONG s'interroge "comment, sans analyse de datation systématique ou sans expert spécialisé dans la distinction de l'ivoire datant du 19ème ou du 20ème siècle, il sera possible de certifier sans aucune hésitation que l'objet mis en vente est antérieur au 1er juillet 1975".
"Si la ministre a franchi un pas très important en fermant le commerce de l'ivoire et de la corne de rhinocéros à l'état brut, en revanche il est regrettable qu'une quantité non négligeable d'ivoire et de cornes travaillés puisse encore être commercialisée grâce à un système dérogatoire", déclare Céline Sissler-Bienvenu, directrice d'Ifaw France et Afrique francophone." La ministre s'est écartée de l'interdiction totale annoncée au Kenya. La France est passée à un doigt de montrer l'exemple", déplore-t-elle.
Selon l'ONG, 55 tonnes d'ivoire de contrebande ont été saisies dans le monde en 2014 et 32 tonnes en 2015. La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, en particulier à la Chine." Si c'est en Europe que se concentre près d'un tiers des saisies d'ivoire réalisées dans le monde, la France reste l'un des principaux pays de transit et conserve donc sa part de responsabilité dans le maintien de la demande, notamment asiatique, pour l'or blanc", prévient Céline Sissler-Bienvenu.
La loi sur la biodiversité, publiée le 9 août, prévoit de renforcer les sanctions contre les trafiquants d'espèces protégées. Elle décuple les amendes encourues en cas d'infraction simple, passant de 15.000 à 150.000 euros, et les multiplie par cinq en cas de trafic en bande organisée allant jusqu'à 750.000 euros.

source
Lire aussi
 


_________________


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Mer 15 Fév - 11:20 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 15 Fév - 16:41 (2017)    Sujet du message: "Ça ne manque pas de sel !" Répondre en citant

Elle a une autre allure que les salières d'aujourd'hui. C'est très beau de l'ivoire sculpté. Il y en a de très belles au Château-musée de l'ivoire de Dieppe.

http://regardantiquaire.canalblog.com/archives/2012/09/03/25016690.html
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Omphale


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 9 504
Localisation: Ria

MessagePosté le: Mer 22 Fév - 18:43 (2017)    Sujet du message: "Ça ne manque pas de sel !" Répondre en citant

ça n'est pas un objet banal par contre à l'heure actuelle l'ivoire n'est plus en odeur de sainteté vu les massacres d'éléphants perpétrés par les trafiquants. Ceci n'enlève rien à la délicatesse et la précision des sculptures, c'est du travail d'orfèvre.
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:30 (2017)    Sujet du message: "Ça ne manque pas de sel !"

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art -> OPALINE Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com