50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Nouveautés
Aller à la page: 1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Poésie & Littérature -> C'EST À LIRE....
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:10 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

Une sélection de classiques en version audio

Une sélection de livres de "poche en fête", des éditions de luxe publiées pour Noël et le Jour de l'An.
    
par Bernard Lehut- RTL 
    

    
     
C'est la révélation de la dernière rentrée littéraire, Petit pays de Gaël Faye, prix Goncourt des lycéens. Un succès pas forcément prévisible puisqu'il est question de la guerre civile au Burundi et au Rwanda en 1994. Des événements terribles racontés par un enfant. 

Et là est sans doute la clé de la réussite de Petit Pays, sorte de Petit Nicolas égaré au pays du génocide qui raconte les horreurs des adultes mais aussi les jeux, les parfums, les saveurs d'une enfance universelle bien qu'africaine. Ce paradis perdu pour chacun d'entre nous. Comme son personnage, Gaël Faye a grandi là-bas, entre un père français et une mère rwandaise.

Petit pays lu par son auteur, Gaël Faye, publié chez Audiolib, 20 euros.
 

   
"Le mystère Henri Pick", lu par Pierre Hancisse
   

Autre succès, le dernier roman de David Foenkinos, Le mystère Henri Pick, et une idée de départ séduisante : la création d'une bibliothèque des manuscrits refusés. Au fil des ans, un bibliothécaire de Crozon dans le Finistère a recueilli par centaines ces manuscrits que personne n'a voulu publier et que tout le monde a oublié.

Jusqu'au jour où une jeune éditrice parisienne découvre un chef-d'oeuvre parmi ces textes abandonnés, et en fait un best-seller. Canular ou pas ? David Foenkinos cultive le mystère dans cette comédie aux allures de polar littéraire.

Le mystère Henri Pick de David Foenkinos, lu par Pierre Hancisse de la Comédie Française. Un livre audio Ecoutez lire chez Gallimard, 21,90 euros.
 

   
"L'étranger", d'Albert Camus, lu par Michael Lonsdale   


On termine avec un classique, L'étranger d'Albert Camus, lu par l'excellent Michael Lonsdale. C'est le célèbre début du roman, qui dit tout de son personnage Meursault, un étranger au monde qui l'entoure, son détachement, son indifférence causeront sa perte. Le chef-d'oeuvre de Camus, est le roman français le plus lu dans le monde.      

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:10 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:11 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Arrête avec tes mensonges" de Philippe Besson

Dans son dernier roman, Philippe Besson surprend ses lecteurs avec un livre autobiographique.

  
   

   
par Bernard Lehut publié le 08/01/2017 - RTL
  

Dans l'abondante rentrée de ce mois de janvier on retient notamment le roman de Philippe Besson, Arrête avec tes mensonges. On connaît et on apprécie depuis longtemps les livres de Philippe Besson mais avec celui-ci, il nous surprend, nous sidère, nous bouleverse avec, pour la première fois, un roman entièrement autobiographique. Ici, le récit de son premier amour, homosexuel en l’occurrence. Philippe Besson ne fait pas mystère de sa sexualité, qui finira par le rattraper 23 ans plus tard dans des circonstances inouïes... 

Dans son roman, il raconte ce "moment où tout à coup, on a tous vécu ça, face à quelqu'un, un être, une personne, ça nous brûle, on a le sentiment que c'est elle, ou lui, moi en l'occurrence c'était lui. À un moment, vous êtes brûlé par la présence d'un autre". La lecture des pages 34 à 36 peut être l'une des plus belles rencontres amoureuses de la littérature d'aujourd'hui.

Arrête avec tes mensonges, de Philippe Besson, publié chez Julliard.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:12 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Aimer l'amour, l'écrire" avec Antoine Compagnon

Rencontre avec l'historien de la littérature et professeur au Collège de France. Son livre rassemble les plus beaux manuscrits sur l'amour de la Bibliothèque Nationale de France.

  
Par Bernard Lehut - RTL

  
Antoine Compagnon, historien de la littérature et professeur au Collège de France publie un beau livre, Aimer l'amour, l'écrire... Il rassemble les plus beaux manuscrits amoureux de la Bibliothèque Nationale de France, des romans, des poèmes mais aussi des correspondances comme celle, impressionnante, de Victor Hugo et de Juliette Drouet. Au total, ce sont près de 20.000 lettres que Juliette Drouet a adressées à son amant.

"Il est vrai qu'honorer Juliette Drouet, c'est un très grand plaisir. Parce que ce sont de très belles lettres et qu'elles expriment un amour qui s'est longtemps perpétué, et qui est un amour accompli et heureux. Je crois que c'est très bien de commencer avec eux, et que c'est très bien de donner à Juliette Drouet la même place qu'à Victor Hugo, monument de la littérature."


  
Les manuscrits de "l'Éducation sentimentale"  


L'ouvrage d'Antoine Compagnon figure par exemple le manuscrit original de l'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert. "Ces manuscrits sont beaux. Et puis, ça a aussi un intérêt : voir comment Flaubert travaillait. (...) Flaubert réécrivait un nombre incalculable de fois la même page, jusqu'au moment où, enfin, elle se stabilisait. Elle atteignait un état qu'il jugeait accompli, parfait."

Le coup de cœur du libraire :

Quentin Legeard, de la librairie du théâtre du Rond-Point, à Paris, nous parle de La petite gamberge, roman de Robert Giraud paru en 1961 et réédité cet automne, l'histoire de 5 gaillards qui ont pour quartier général un troquet de la montagne Sainte-Geneviève au cœur du vieux Paris.
 
Robert Giraud, La petite gamberge aux éditions Le dilettante.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:13 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Histoires vraies, une vie de journaliste"
  



par Bernard Lehut publié le 27/11/2016 à 11:43
   
   
Partager

   
   
À 86 ans, le journaliste Jacques Duquesnes publie Histoires vraies, une vie de journaliste chez Albin Michel. Un retour sur sa longue carrière dans le journalisme. Un livre riche d'anecdotes et de confidences. Le journalisme, Jacques Duquesne est tombé dedans tout petit. "J'ai fait un journal pour mon père, tous les jours, je lui écrivais, avec des fausses pubs que j'inventais. J'ai gardé tous les numéros", raconte-t-il.

Jacques Duquesne fait partie des créateurs du Point, et cette histoire naît à RTL. À l'époque c'est Jean Prouvost qui est le propriétaire de la radio et il veut lancer son propre hebdomadaire. Ensuite, Jacques Duquesnes est devenu le PDG du Point. Journaliste, on le reste pour toute la vie, "mais là tout de même, je suis un peu malheureux, confie-t-il. J'aurais aimé m'exprimer davantage".

Jacques Duquesne et son ouvrage Histoires vraies, une vie de journaliste aux éditions Albin Michel.

Le coup de cœur du libraire :

Valérie Barbe, de la librairie Au brouillon de culture à Caen, nous parle de Tropique de la violence (Gallimard) de Nathacha Appanah, qui raconte les destins chaotiques de 5 jeunes gens dans les bas-fonds de l'île de Mayotte.

Tropique de la violence, de Nathacha Appanah, aux éditions Gallimard.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:13 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Le Garçon", de Marcus Malte



Marcus Malte a remporté le prix Femina avec ce roman d'apprentissage, qui cache bien des ressorts.

  
par Bernard Lehut - RTL
  
   
Marcus Malte a été couronné du Prix Femina pour son roman Le Garçon. Plutôt catalogué jusqu'ici comme auteur de polars, Marcus Malte signe un livre ambitieux, étonnant. Nous sommes en 1908, il reprend le mythe de l'enfant sauvage avec un formidable personnage qui ne parle pas, n'a pas de nom et se lance à la découverte du monde.

"Au tout début du roman, c'est un être qui est plus proche du règne animal que du règne humain. En plus, sa quête d'humanité passe par une quête d'identité, justifie Marcus Malte. C'était intéressant, justement, que ce soit une page vierge et blanche, ce garçon. Au cours de l'histoire, il va avoir des surnoms, que les uns et les autres vont lui donner, au fur et à mesure de ses rencontres."

Principalement roman d'apprentissage, Le garçon mêle d'autres thématiques, comme l'amour. "Je ne voulais pas que ce soit uniquement un roman d'apprentissage, j'avais envie de quelque chose qui soit un mélange de beaucoup de genres : aventures, amour, il y avait une part de roman érotique aussi. Je voulais une sorte de grande épopée, qu'il y ait du souffle. En fait, je voulais apporter quelque chose qui soit un peu dans la veine des romans d'aventures qu'on a pu lire quand on était plus jeune (...) Ces romans du XIXe, du début du XXe, où on est embarqué et où on a envie de suivre les personnages."
Marcus Malte, prix Femina 2016 pour son roman Le garçon publié aux éditions Zulma.

Le coup de cœur du libraire :

Lydie Baillie, de la librairie Aux lettres de mon moulin, à Nîmes, nous parle de Un paquebot dans les arbres (Actes Sud) de Valentine Goby. À la fin des années 50, une jeune fille se bat pour ses parents, des commerçants victimes de la tuberculose à une époque où la Sécurité sociale ne protège que les salariés. 

Un paquebot dans les arbres, de Valentine Goby, aux éditions Actes Sud.



  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:14 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Au revoir Monsieur Friant", de Philippe Claudel
  

   

   
L'auteur des Âmes grises est de retour en librairie. Philippe Claudel, membre du jury Goncourt, réédite Au revoir Monsieur Friant aux éditions Stock. Il fait référence à Émile Friant, un peintre nancéen du XIXe siècle au talent précoce que le succès a étouffé et plongé dans l'oubli. Une trajectoire qui fascine l'auteur et lui offre l'occasion de réfléchir sur son propre destin : "Quand on commence à publier des livres, ce qui a été mon cas à la fin des années 90, et qu'on découvre que soudain quelques milliers de personnes les lisent, on se demande : 'Est ce que mon écriture va s'en changer ?'" se souvient-il. "Comment rester en dehors de chaines qui seraient forgées par le succès, les malentendus positifs ou négatifs, la crainte d'être aimé ou de ne pas être aimé ?"

Avec ce roman, qui revient sur la trajectoire d'Émile Friant, Philippe Claudel touche un paradoxe : celui qui voudrait que le succès soit une menace pour un artiste. "Lorsque le succès d'une grande ampleur arrive et parvient jusqu'à un artiste, je crois qu'il faut être extrêmement solide pour pouvoir y survivre", analyse-t-il. À noter : une exposition consacrée à Émile Friant se tient au musée des Beaux-Arts de Nancy jusqu'en février. 

Au revoir Monsieur Friant, de Philippe Claudel, publié chez Stock.     

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:14 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Plus folles que ça tu meurs" de Denise Bombardier



Dans ce nouveau roman de l'auteure québécoise, 5 sexagénaires féministes cherchent le prince charmant.

   
par Bernard Lehut - RTL

   
La Québécoise Denise Bombardier publie son nouveau roman, Plus folles que ça tu meurs.  Elle y met en scène 5 femmes, 5 amies, toutes sexagénaires. Dans sexagénaire, il y a sexe... C'est le sujet ! Ces femmes ont tout réussi, sauf leur vie amoureuse et sous la plume de Denise Bombardier, cela n'est pas triste. "Ce sont les militantes du féminisme, qui ont profité du féminisme. Elles ont une vie de femmes très modernes, mais elles ont une sentimentalité du XIXe siècle", explique Denise Bombardier.

C'est un vrai paradoxe de ces héroïnes, qui veulent à tout prix trouver le prince charmant. pourtant c'est à leurs âges qu'elles sont les plus libres : "Elles sont indépendantes", résume l'auteure. Plus folles que ça tu meurs nous plonge donc dans l'univers de ces femmes, mais aussi dans leur sexualité. "Ce n'est pas vrai que les personnes âgées ne s'intéressent pas au sexe. Le désir vieillit pour les gens qui l'ont abandonné", explique Denise Bombardier. 

Plus folles que ça tu meurs, de Denise Bombardier, chez Flammarion.

Le coup de cœur du libraire : 

Delphine Bouillot est libraire chez M'Lire à Laval dans la Mayenne. Elle nous parle de No Home, le premier roman de la jeune américaine Yaa Gyasi. Une bouleversante saga familiale sur 8 générations, qui commence au 18e siècle avec le destin contraire de deux sœurs africaines, l'une épouse un négrier, l'autre devient son esclave.
    

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:15 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Pop Corner" d'Hubert Artus

"Pop Corner", le nouveau roman d'Hubert Artus raconte l'histoire de la pop culture depuis 1920.

  

  

par Bernard Lehut - RTL

Est-ce que vous savez ce que signifie exactement la pop culture ? Et bien notre confrère Hubert Artus publie une histoire passionnante de cette pop culture dans Pop Corner, un véritable tour de force ! D'où vient ce mot pop culture et que signifie-t-il, c'est la première question que j'ai posée à Hubert Artus. "C’est la contraction de deux terminologies anglo-saxonnes. La première c’est 'popular', dont le sens britannique est "ce qui vient de la rue" et vient s’immiscer dedans 'to pop up' qui signifie surgir".

La pop culture commence en 1920 et est au départ essentiellement un mouvement littéraire : "C’est un mouvement de presse aussi avec les Pulp magazines à dix cents qui publiaient les épisodes des premiers romans noirs modernes, de la science-fiction, du western et de la romance. Ça s’est décliné après avec des strips, des bandes dessinées, puis des Comics. C’est une presse nouvelle, qui invente des nouveaux personnages et qui s’adresse à des nouveaux lecteurs. Le code couleur est repris par le pop art d’Andy Warhol."

S’il fallait expliquer les nuances, la différence entre ce qui est pop et ce qui est populaire ? "On est sur quelque chose de plus générationnel, de plus subversif, qui s’invente en permanence". La pop est politique ? "Oui parce qu’elle vient de la rue. Elle est plutôt progressiste que conservatrice mais elle est aussi capitaliste, elle se laisse récupérer par le marché".

Le coup de cœur de la libraire


Cap sur le Sud-ouest, très précisément le Tarn-et-Garonne, à Caussade. À La Maison de la Presse nous attend Nathalie Couderc. Son livre coup de cœur est Debout sur mes paupières, le roman miroir de Jessica Nelson. Une femme est retrouvée à demi-nue endormie sur un banc parisien. Sa fascination pour Lee Miller, grande photographe et muse des surréalistes, l'a entraînée aux portes de la folie.

Nathalie Couderc explique avoir beaucoup aimé la construction du roman "qui permet de balayer tout un sentiment d'exaspération avec cette chronique actuelle de la vie d’une femme. Les deux sujets principaux, qui sont l’obsession et la création sont vraiment bien traités et Jessica Nelson est vraiment pour moi le chef d’orchestre parfait de ce mouvement".

Debout sur mes paupières de Jessica Nelson est publié chez Belfond, le coup de cœur Nathalie Couderc, de La Maison de la Presse à Caussade dans le Tarn-et-Garonne.


  

  
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:16 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Six degrés de liberté" de Nicolas Dickner"



par Bernard Lehut - RTL

Six degrés de liberté", le nouveau roman de Nicolas Dickner, raconte l'odyssée d'une femme à bord d'un conteneur clandestin.

  
C'est un rendez-vous à l'accent québécois que nous proposons ce matin. L'auteur Nicolas Dickner vit à Montréal et est de passage à Paris à l'occasion de la parution au Seuil de son roman Six degrés de liberté. Un livre étonnant, d'une grande originalité, qui mélange les genres, à la fois thriller technologique, parabole de la mondialisation, récit d'aventures et conte poétique. 

Vous ne devinerez jamais ce qui a inspiré ce roman : les conteneurs qui traversent les mers sur d'énormes bateaux. L'écrivain québécois met en scène l'incroyable odyssée volontaire d'une jeune femme à bord d'un conteneur clandestin pisté par les autorités canadiennes. Nicolas Dickner raconte son étrange fascination pour les conteneurs : "Le tissu du monde dans lequel on vit passe par le conteneur, ce qui fait que c'est devenu vraiment une grille de lecture sociale. C'est le système artériel qui fait que notre économie fonctionne comme elle fonctionne actuellement".
    

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:17 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Prendre les loups pour des chiens" d'Hervé le Corre

Hervé le Corre signe un roman au cœur de l'angoisse et du suspense.

  


   
par Bernard Poirette - RTL

  
Après cinq ans de trou pour un braquage foiré, Franck sort de la centrale de Gradignan, près de Bordeaux. Son frère Fabien n'est pas là pour le récupérer. "Il a des affaires en Espagne", lui explique Jessica, qui l'attend sous la flotte. Ah… Jessica…. Tout ce qu'il faut là où il faut et qui le sait très bien. Vous imaginez l'effet sur un type de 25 ans qui sort de cabane. Mais pas touche ! Jessica, c'est la copine de Fabien, alors rideau. Et donc direction un bled improbable des Landes girondines, dans la famille de Jessica, en attendant le retour de Fabien. 

Le père fait dans la bagnole volée, la mère picole et la gamine Rachel ne dit pas un mot. Ah et puis j'oubliais Goliath, une saleté de clébard tueur pour monter la garde sur tout ce beau monde. "Salut, Franck. Tu veux une bière fraîche ?" Au-delà des salutations et des risettes, comment imaginez-vous que ça puisse tourner bien ? D'autant que l'auteur s'appelle Hervé le Corre et que son fond de commerce, ce n'est pas vraiment Oui-oui au pays des jouets. Rappelez-vous son chef-d'œuvre Après la guerre, il y a trois ans. Ça c'est grand aussi. Plein de non-dits et de menaces latentes, de violence contenue ou explosive, d'espoirs déçus et de terreur bien réelle.  

C'est tout simplement ma-gni-fique. Et la formidable écriture de le Corre n'est pas pour rien dans cette réussite magistrale. Allez, assez causé. Il est temps de lire Prendre les loups pour des chiens, d'Hervé le Corre, qui vient de paraître aux éditions Rivages. Si vous n'êtes pas dérangés, vous en sortez dans 5 heures, claqués au mur mais heureux comme un gagnant du loto. 
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:17 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Station Eleven", de la talentueuse Emily St John Mandel

La romancière canadienne signe un roman d'anticipation apocalyptique avec un talent à faire pleurer une enclume.
  

   

   

Un soir sur une scène de théâtre de Toronto, le célèbre acteur Arthur Leander joue Le Roi Lear de Shakespeare. Il s'effondre, raide mort. Crise cardiaque. Tant mieux pour lui en quelque sorte. Car dès le lendemain, les premières victimes de la grippe de Géorgie prennent d'assaut les urgences hospitalières. Après quelques semaines, 99% de la population de la planète y sont passés.

Vingt ans après la pandémie, subsistent des poches d'humanité, ici et là. Le meilleur ami du défunt Leander occupe, avec quelques dizaines d'autres bipèdes, une aérogare fantôme. Ils ont recueilli des objets d'avant le cataclysme et ont créé là un musée de la Civilisation. Progresse vers eux une troupe d'acteurs et de musiciens survivants, la Symphonie itinérante. À leur répertoire : Shakespeare justement, et Le Roi Lear, entre autres. 

Voilà pour les gentils. Ils pensent que la fraternité et la culture vont les sauver. Mais il y a bien entendu des gens beaucoup moins fréquentables dans Station Eleven, somptueux roman de la Canadienne Emily St John Mandel. Elle a 36 ans. Sur ses photos, on lui en donne 25 et le bon Dieu sans confessions. Elle a surtout un talent à faire pleurer une enclume. Dans le genre roman d'anticipation apocalyptique, c'est ce que j'ai lu de meilleur depuis des années. Tout est juste, là-dedans : le ton, les personnages, la psychologie, l'écriture… Allez-y tranquilles : Station Eleven, d'Emily St John Mandel, paru chez Rivages, ne vous décevra pas.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:18 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Le Premier miracle", un roman d'aventure passionnant

  


   

Gilles Legardinier signe un roman fantastique délicieux, dans lequel deux spécialistes se lancent à la recherche de quatre antiquités aux pouvoirs terrifiants.

  
   
À part avoir été amoureux l'un de l'autre sans jamais conclure, Benjamin Horwood et Fanny Chevalier ont un point commun : ce sont les deux meilleurs spécialistes actuels du monde mésopotamien. Lui à Londres. Elle à Paris. Ensemble, ils ont commis une étude de référence : "La fascination des dictateurs pour les reliques ésotériques".

Ensemble, ils sont amicalement mais fermement conviés à coopérer avec les espions britanniques lancés sur la piste de mystérieux voleurs ; ceux qui ont dérobé, au Japon, en Angleterre et en Égypte, trois fois le même objet : une boule de cristal parfait enchâssé dans une pyramide. Des antiquités vieilles de 5.000 ans, issues de la civilisation Sumer et dont il existe seulement quatre exemplaires. Posséder les quatre pyramides assure un pouvoir infini et terrifiant. C'est ce que disent les Écritures et ce que croyaient les Anciens. C'est arrivé une fois. Pour le bien de l'humanité, mieux vaut éviter que cela se reproduise. Benjamin et Fanny, à vous de jouer ! 

Ceux qui aiment Jules Verne, qui ont dévoré Le Mystère de la grand pyramide de Blake et Mortimer, qui doutent qu'Hitler soit mort le 30 avril 1945 à Berlin et qui sont fascinés par l'alchimie depuis tous petits se jetteront sur Le Premier miracle de Gilles Legardinier. Les lecteurs passeront quelques heures délicieuses et passionnantes, car l'auteur le précise bien en postface : il a certes laissé courir son imagination romanesque débridée mais à la base, tout est vrai.

Le Premier miracle, de Gilles Legardinier, chez Flammarion.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:18 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"Chaleur" de Joseph Incardona



Joseph Incardona signe une oeuvre dramatique dans un sauna finlandais.

  

À 110 degrés Celsius, le corps humain commence à fondre. C'est pourtant l'effarante température de départ du championnat du monde de sauna, à Heinola, en Finlande. Et bien sûr, on rajoute de l'eau sur les pierres… Résultat : comme depuis trois ans, les 102 concurrents des premières heures ne sont plus que quatre en finale, trois jours plus tard. Dont le triple champion du monde Niko Tanner, 1,89 m, 110 kilos, acteur porno finlandais. Et son meilleur ennemi : l'ancien militaire russe Igor Azarov, 1,59 m, 58 kilos. 

Trois fois second, Azarov s'est juré de gagner cette année. D'autant qu'il est condamné : le crabe l'a rattrapé. Autant sortir en beauté. Pour cela, le Russe est prêt à tout. Je dis bien : à tout. Pour sa part, Tanner a décidé de raccrocher : c'est son dernier championnat. Et donc, pas question de finir second. C'est donc là, dans le huis clos inhumain d'un sauna finlandais et devant des centaines de spectateurs que se déroule ce qu'il faut bien appeler une tragédie : des hommes évacués, sans connaissance, en état de syncope, la peau cloquée et brûlée au rouge, sous les hurlements d'une foule qui en redemande. 

Vous en voulez plus ? Pas de problème. Joseph Incardona est là pour ça. Pour vous faire plonger au fond de l’abîme, dans trois mètres carrés. A 110 degrés. Si vous acceptez de le suivre, je vous fiche mon billet que le sauna pour vous, c'est TERMINÉ.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mer 8 Fév - 20:19 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"La Nuit est leur royaume" de Wessel Ebersohn

Avec "La Nuit est leur royaume", Wessel Ebersohn plonge les lecteurs en ex-Rhodésie
où des opposants au régime ont mystérieusement disparu.

  


  

par Bernard Poirette - RTL
  
   
Pendant vingt ans, il n'a plus écrit une ligne et c'était bien dommage. Wessel Ebersohn se consacrait à la construction de son pays, l'Afrique du Sud post apartheid. Les travaux doivent être finis puisque revoici – enfin ! - l'auteur de La Nuit divisée, l'un des plus puissants romans jamais écrits sur l'avant Mandela… Réapparaît donc aujourd'hui le psychiatre Yudel Gordon, toujours aussi iconoclaste et critiqué par ses chefs du système pénitentiaire sud-africain. 

Avec lui, sa grande amie, la juriste Abigail Bukula, également en délicatesse avec sa hiérarchie de Pretoria. Elle a six mois de congés à prendre et n'est pas du genre à faire les boutiques. Elle répond donc à l'appel désespéré d'un avocat de Harare qui l'alerte sur la très inquiétante disparition de sept opposants au régime de Mugabe. La suite se passe au Zimbabwe. Et la suite est terrifiante. Car l'ex-Rhodésie de Robert Mugabe, c'est l'antichambre de l'enfer… Répression politique et torture à tous les étages, semi-famine généralisée, terreur permanente et chasse impitoyable aux derniers Blancs du pays. Mais Abigail Bukula est une pointure en Afrique du Sud et en plus, c'est un vrai bulldozer. Les flics de Mugabe auront du mal à l'écarter du chemin qui mène à la vérité sur le sort des sept disparus…
 
La Nuit est leur royaume de Wessel Ebersohn, est un immense polar politique. Et la confirmation que s'il y a un endroit au monde où ne pas mettre les pieds pour faire du tourisme, c'est bien le Zimbabwe. Si on va là-bas, c'est pour se battre, comme Yudel et Abigail. Gagneront-ils ? Vous le saurez en lisant La Nuit est leur royaume de Wessel Ebersohn. C'est magnifique et c'est paru chez Rivages. 
   

Loading...
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 25 608
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Dim 12 Fév - 11:06 (2017)    Sujet du message: Nouveautés Répondre en citant

"The Cartel" de Don Winslow



Le deuxième livre de Don Winslow, "Cartel", est une suite glaçante de "La griffe du chien".

Par Bernard Poirette Journaliste RTL   

Le dernier livre de Don Winslow, Cartel, paru au mois de septembre, n'est pas le genre de bouquin qui disparait des rayons deux semaines après parution. James Ellroy, un poil grandiloquent, affirme que "Cartel, c'est le guerre et paix des romans sur la drogue". C'est surtout la suite de La griffe du chien, le chef d'œuvre de Winslow qui décrivait comment le narcotrafic a prospéré, à la fin du XXe siècle, entre les États Unis et leurs voisins du Sud, à commencer par le Mexique. 

Cartel est du même niveau et couvre la période allant de 2004 à 2014. Dix années d'explosion des trafics de drogue. Dix années effroyables pour le Mexique, dont un tiers du territoire est passé entièrement sous la coupe des "narcos". Au premier rang duquel on retrouve Adan Barrera, le baron de La griffe du chien, mis au trou par l'agent américain Art Keller.
   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:29 (2017)    Sujet du message: Nouveautés

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Poésie & Littérature -> C'EST À LIRE.... Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3  >
Page 1 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com