50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Une dose d'art au quotidien

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
roberto


Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 978
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Sam 21 Jan - 14:32 (2017)    Sujet du message: Une dose d'art au quotidien Répondre en citant



 

 

 
"Vestiges en kit" 

 
Où l’on découvre comment faire venir un petit bout d’Égypte en France. 

 
"Deux mots seulement pour vous annoncer la bonne nouvelle. J’ai enfin un magnifique tombeau" ! 
C’est ce que Georges Bénédite, conservateur des Antiquités égyptiennes au musée du Louvre, écrit à son supérieur. 
Nous sommes en 1903 et le conservateur est chargé d’une importante mission :  
rapporter d’Égypte une chapelle funéraire pour enrichir les collections du Louvre…  
Ce qui ne se fait pas sans difficulté ! 

 
 
Anonyme, L’égyptologue Georges Bénédite 

 
Trouver la chapelle, déjà, n’est pas chose aisée. Bénédite, avec l’aide des autorités locales, fait déblayer trois monuments avant de trouver LE tombeau parfait. 
C’est celui d’un dignitaire de l’Égypte antique, un certain Akhethétep. Les décors sont bien conservés et variés, il reste de la couleur…  
Bref, "toutes les qualités sont réunies pour faire de ce monument une pièce digne de notre Louvre". 
 

 
Ne reste plus qu’un petit détail : comment extraire la chapelle de six mètres de haut du reste du tombeau, et la transporter jusqu’en France ?  
C’est bien simple, elle est soigneusement découpée en tranches ! Et pour rendre les blocs transportables, ils sont taillés et affinés.  
Puis ces morceaux de chapelle sont minutieusement emmitouflés et mis en caisse, direction le Louvre… 
 
Fouilles de Saqqara. Emplacement de la chapelle d’Akhethétep dans le mastaba avec la pyramide © 2016 Musée du Louvre / Christian Décamps 
Tout cela s’effectue bien sûr avec l’accord de l’Égypte : à l’époque, les tombeaux antiques sont régulièrement vandalisés par des pilleurs  
qui arrachent des fragments de sculptures, plus faciles à revendre…  
Face à ce danger, le gouvernement égyptien préfère que les vestiges quittent le territoire vers les musées européens, pour les préserver dans de bonnes conditions. 
C’est ainsi que la chapelle d’Akhethétep arrive au Louvre, où les morceaux sont rassemblés comme un gigantesque puzzle…  
 
Chapelle du mastaba d’Akhethétep, vers 2400 av. J.-C., Égypte, 5,92 m de haut, Musée du Louvre, Paris © 2016 Musée du Louvre / Thierry Ollivier 

 
Mission accomplie ! 

 


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Sam 21 Jan - 14:32 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
roberto


Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 978
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Sam 21 Jan - 14:35 (2017)    Sujet du message: Une dose d'art au quotidien Répondre en citant



 

 

 

 
Aujourd'hui : "1 + 1 = 3" 

 
Où l’on apprend que deux artistes font trois. 

 
 

 
Pierre Alechinsky et Walasse Ting, 57 sauterelles et une libellule sous la fenêtre bleue, 1980, acrylique et encre sur papier, 170 x 154 cm, Archives Pierre Alechinsky 

 
© Adagp, Paris, 2016 © Estate of Walasse Ting / Adagp, Paris, 2016 

 
Ce tableau, 57 sauterelles et une libellule sous la fenêtre bleue, porte bien son nom ! L’œuvre est littéralement coupée en deux.  
En bas, une accumulation de sauterelles. En haut, un enchevêtrement de formes bleues où l’on distingue la fenêtre du titre.  
Les styles de ces deux parties sont si différents qu’il semble difficile de les croire peintes par le même artiste… 

 
 
Pierre Alechinsky, Walasse Ting et Reinhoud, photographie de Suzy Embo, 1963 © Suzy Embo/FOMU Fotomuseum 

 

 
Dans les années 1950, Walasse Ting s’installe à Paris. Le jeune artiste chinois se fait vite de nouveaux amis : le groupe de créateurs CoBrA l’accueille à bras ouverts.  
Parmi eux, Ting se rapproche d’un certain Pierre Alechinsky. 
Les deux hommes aiment travailler ensemble, au point de créer des tableaux en commun. Et ils les signent "Alechinsky Ting" !  
De leur collaboration fructueuse naît une douzaine d’œuvres. 

 
 
Pierre Alechinsky et Walasse Ting, 57 sauterelles et une libellule sous la fenêtre bleue, 1980, acrylique et encre sur papier, 170 x 154 cm, 

 
Archives Pierre Alechinsky. Détail de l'œuvre © Adagp, Paris, 2016 © Estate of Walasse Ting / Adagp, Paris, 2016 

 
Dont ce tableau aux sauterelles, qui a été réalisé à quatre mains. Chaque peintre y a mis sa touche personnelle, le tableau n’est donc ni tout à fait celui d’Alechinsky, ni celui de Ting. 
Selon l’un de leurs camarades, Dotremont, ils ont ainsi créé un nouvel artiste ! 
Son nom ? "Aleching", naturellement. "On a découvert qu’un et un font trois" explique leur ami. 
C’est loin d’être la seule collaboration de Walasse Ting. Ce peintre aime échanger et n’hésite pas à travailler avec d’autres artistes. 
Si certaines de ces œuvres collaboratives sont créées en quelques heures, d’autres peuvent être retouchées pendant plus de vingt ans. 
Walasse Ting va même beaucoup plus loin. Pour illustrer un ensemble de ses poèmes, One Cent Life, il fait appel à 28 artistes du monde entier, 
dont Andy Warhol. Un tour de force technique qui lui demande deux ans de travail ! 

 
 

 
Walasse Ting, Couverture de One Cent Life, 1964 
© Estate of Walasse Ting / Adagp, Paris, 2016 
© Matchteld Appel/Photo Frédéric Charron 

 

 

 


Revenir en haut
roberto


Hors ligne

Inscrit le: 21 Déc 2012
Messages: 10 978
Localisation: Montbéliard-Sochaux

MessagePosté le: Lun 23 Jan - 08:11 (2017)    Sujet du message: Une dose d'art au quotidien Répondre en citant








"Croquer la pomme"


Où l’on découvre qu’Adam et Ève ont peut-être pris des champignons.


Voilà l’une des scènes les plus célèbres de la Bible ! Adam et Ève, au jardin d’Éden, se trouvent au centre de cette image destinée aux enfants.
Ils s'apprêtent à croquer dans une pomme, sur la proposition d’un vilain serpent… Cette faute les chasse du jardin paradisiaque.
Pourtant, dans le texte d’origine de la Bible, il n’y a aucune mention faite à une pomme !


L’artiste se serait-il trompé ? Il n’est pas le seul à mettre en scène Adam et Ève au pied d’un pommier. 
C’est même une croyance populaire très répandue. En réalité, elle vient… d’une erreur de traduction !







Catéchisme en image, n°58 - Le péché originel, Paris, fin du XIXe-début du XXe siècle, chromolithographie, Mucem, 
Musée des civilisations de l'Europe et de la Méditerranée, Marseille © Mucem


Dans le texte biblique, rédigé en hébreu, Dieu interdit seulement au couple de manger les fruits de "l’arbre de la connaissance du bien et du mal".


Quand on traduit la Bible en latin, quelques siècles plus tard, pour parler du "mal", on utilise le terme malum.


Or en latin, suivant sa prononciation, malum peut aussi vouloir dire "pomme" !
À partir de là, nombreux sont les lecteurs ayant cru qu’il s’agissait d’un pommier.





Cardinal Francisco Jimenez de Cisnero, Bible polyglotte d’Alcalá,1514-1517, Bibliothèque nationale de France, Paris © BnF


Alors, de quelle espèce est vraiment "l’arbre de la connaissance du bien et du mal" ? On l’ignore totalement, car la Bible n’en souffle mot.
Et les artistes ont parfois laissé libre cours à leur créativité. Par exemple, chez le peintre et poète Blake, Ève croque dans une figue.


Un peintre du XIIe siècle a encore plus d’imagination : dans la petite église de Plaincourault, l'arbre ressemble à un immense champignon vénéneux !





Anonyme, Le péché originel, XIIe siècle, peinture murale, Chapelle de Plaincourault, Merigny © Hellio-Vaningen


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 13:11 (2017)    Sujet du message: Une dose d'art au quotidien

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Art Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com