50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 



 Bienvenue 



 


Date de fondation du forum: 15 avril 2012.
Campin Robert, maître de Flémalle

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> PHILATELIE (copies interdites sans l'autorisation d'un administrateur) -> GRANDES OEUVRES (ETUDE) -> GRANDES OEUVRES lettre C
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
saintluc
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 17 Avr 2012
Messages: 58 948
Localisation: Longitude : 1°35',29 E Latitude : 50°29',43 N

MessagePosté le: Mer 14 Déc - 08:34 (2016)    Sujet du message: Campin Robert, maître de Flémalle Répondre en citant

Robert Campin, souvent identifié au « maître de Flémalle », né à Valenciennes (comté de Hainaut) vers 1378 et mort à Tournai le 26 avril 1444, est un peintre primitif flamand.
Issu d'une famille de Valenciennes, ville alors située dans le comté de Hainaut, il fait une partie de son apprentissage à Dijon. Sa première apparition en tant que peintre se situe à Tournai (à l'époque petite république communale et épiscopale) où plusieurs acquisitions immobilières sont à son nom, ce qui dénote une certaine réussite matérielle.
Entre 1418 et 1432, il devient chef d'atelier à Tournai et a comme élève Roger de la Pasture (ensuite connu sous le nom de Rogier van der Weyden) à partir de 1427 et Jacques Daret. Il rencontre probablement Jan van Eyck, qui réside alors à Lille, durant ses visites à Tournai.
Il va par la suite s'engager intellectuellement du côté des Français contre les pro-Bourguignons, ce qui lui occasionne plusieurs condamnations en justice. En 1423, il est l’un des meneurs d’une révolte des artisans de Tournai contre le pouvoir aristocratique. Il joua un rôle important dans le nouveau gouvernement et exerça diverses fonctions publiques : au sein de la magistrature, comme doyen de la Guilde de saint Luc des orfèvres et des peintres, et à partir de 1428 comme marguillier de l'église Saint Pierre. Mais l'année suivante, il fut condamné pour sa participation à ce soulèvement : il dut payer une amende et accomplir un pèlerinage à Saint-Gilles en Provence. Il lui fut également interdit d'exercer toute fonction publique. En 1432, il se retrouve à nouveau accusé, mais cette fois pour sa liaison extraconjugale avec Laurence Polette. Il fut banni de Tournai pendant un an, mais, grâce à l'intervention de Marguerite de Bourgogne, la sanction fut commuée en amende

L'analyse de son œuvre est rendue excessivement difficile par l'absence totale de tableau signé de son nom et par la notion de travail d'atelier : l'artiste commence une peinture qui est achevée par ses élèves et n'hésite pas à en faire des copies de sa main ou par d'autres personnes.
Robert Campin est le peintre qui a le plus de titres à être assimilé au « maître de Flémalle », dont la véritable identité reste cependant obscure et hypothétique, car d'autres artistes de cette époque auraient pu incarner ce mystérieux personnage. L'attribution est donc sujette à caution et repose sur des arguments chronologiques (un seul tableau est daté), géographiques et stylistiques. En 1909, considérant d'une part les rapports de Roger van der Weyden et de Jacques Daret avec le maître de Flémalle, d'autre part les mentions trouvées dans les archives de Tournai qui prouvent leur apprentissage chez un même maître, Robert Campin, on proposa de reconnaître dans ce peintre le maître de Flémalle.

Campin reste cependant le grand précurseur de la peinture de la Renaissance flamande où apparaissent des représentations réalistes et non plus symboliques de personnages, de décors ou d'objets. L'irruption de la vie réelle dans des œuvres à thématique sacrée n'est pas totalement neuve pour l'époque, elle mais fut traitée par le maître d'une manière particulièrement détaillée : sages-femmes dans la Nativité du musée des beaux-arts de Dijon, intérieur bourgeois dans la Vierge à la cheminée (musée de l'Ermitage) ou dans le triptyque de l'Annonciation conservé à New York.
Ce « réalisme » cause peu à peu la disparition de certains symboles religieux (fonds dorés ou auréoles) et on passe successivement d'une Nativité sur une « scène qu'aucun spectateur n'aurait pu jamais voir » à une Annonciation « dans un espace théoriquement visible et néanmoins assez abstrait », enfin, à une Sainte Barbe « dont chacun d'entre nous pourrait s'imaginer en spectateur » (Tzvetan Todorov).

  
 

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 14 Déc - 08:34 (2016)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> PHILATELIE (copies interdites sans l'autorisation d'un administrateur) -> GRANDES OEUVRES (ETUDE) -> GRANDES OEUVRES lettre C Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com