50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

EPHEMERIDE
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 742, 743, 744  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Discussion libre
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Auzelles



Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 12 484

MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 01:20 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

Revue du message précédent :

Merci Omphale
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 01:20 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Auzelles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 12 484
Localisation: Entre Crau et Camargue
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 03:52 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Clarisse.
Demain, nous fêterons les Hippolyte.

Le 12 août ou 12 aout est le 224e jour de l'année du calendrier grégorien, le 225e en cas d'année bissextile. Il reste 141 jours avant la fin de l'année.
C'était généralement le 25e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la loutre.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 40
le soleil se couche à 20h 46
durée d'ensoleillement : 14h 05 (-3mn)

Célébration du jour :
• Journée internationale de la jeunesse

Citation du jour :
« La tristesse pure est aussi impossible que la joie pure. »
Léon Tolstoï

Dicton du jour :
« S'il pleut à Sainte-Clarisse, c'est souvent comme vache qui pisse. »

Proverbe du jour :
« Si tu marches vite, tu attrapes le malheur ; si tu vas lentement, c'est le malheur qui t'attrape. »

Événement du jour :
1953 : L'URSS fait exploser sa première bombe-H.
1981 : L'ère de la micro-informatique est arrivée. La firme IBM lance sur le marché le PC (Personal Computer), premier micro-ordinateur produit à l'échelle industrielle. Animé par le processeur Intel 8088 et le premier système d'exploitation MS-DOS de Microsoft, il se vendra à 130 000 exemplaires la première année.
Pour l'année 2000, plus de 140 millions de PC ont été vendus dans le monde pour un chiffre d'affaires de 178 milliards de dollars.

L'historiette du jour :
Monsieur R. de Morgan Fleury

Il n'était pas aimable.
Il n'invitait en rien au plaisir du palabre.
Il râlait dès matin, vous tombait sur le râble : « Maudit ! Fils de Germain ! Vaurien ! Enfant du Diable ! »
De son doigt long et fin, il pointait les Arabes : « Car tous ces Maghrébins me sont insupportables ! »
Il n'aimait vraiment rien, n'avais jamais eu femme : « Tout ça ne sert à rien ! »
Il était imbuvable.
Tant que désagréable.

Il habitait au 1 dans la rue des étables. Deux pièces et salle de bains, le tout un peu minable. Il ne possédait rien : un lit, deux chaises à table.
Son vieil habit de lin était disons passable. Son manteau jusqu'aux mains cachait presque ses poils… et puis ses mocassins qui lui allaient si mal ! Son couvre-chef enfin, sur le haut de son crâne.
Sa barbe masquait bien sa lèvre et sa syllabe : il était plus que loin d'être bonhomme affable.
Lorsqu'il croisait un chien il devenait tout pâle, tout alors que son teint déjà était grisâtre. Il changeait de chemin, ceci tant bien que mal, car son pas incertain était considérable. Il cherchait les recoins, tremblait dessus sa canne. Son corps était étreint de phobie viscérale.
Et quand au mois de juin arrivait l'estivale, il devenait enclin à tenter la cavale : il fuyait, rien de moins, les lieux de promenade. Surtout les Autrichiens et leur odieux vocable agressaient en son sein notre vieux marginal. Il n'était pas chauvin, simplement exécrable avec tout un chacun de manière indéniable.
Il était associable.

Très tôt tous les matins il lisait le journal, feuilletant de sa main aux ongles impeccables. Sur les bancs du jardin, aux abords du canal, il jetait du vieux pain de façon machinale. Dans les eaux du bassin, il regardait les carpes. Ou il ne faisait rien : occupations banales.
Au Casino du coin il prenait des bananes et des biscuits Belin (mais sans huile de palme). Il n'aimait pas le vin : « L'alcool est non-potable ! » Il mangeait du lapin mais jamais de cheval.
Né dans les années vingt (presque dix décennales !), il se portait très bien. Constat indubitable.
Savait-il le chagrin ? Connaissait-il les larmes ? Savait-il rire ou bien n'était-il que maussade ?
Lorsqu'il voyait quelqu'un célébrer Marianne il n'était pas serein, il se sentait coupable d'être concitoyen d'un borgne abominable.
Il avait le dédain des fêtes nationales.
Il ne croyait pas bien en une paix durable, il savait que l'humain du pire était capable.
Dedans ses intestins ? Peur indéfinissable, frayeur des lendemains (sentiment détestable…).
Il disait : « Le jour vient où siffleront les balles ! »
Il n'était pas enviable.

Il vivait loin des siens, loin des terres arables.
Il n'avait pas rejoint le flots de ses semblables qui prenait le chemin des côtes ancestrales. Cela lui semblait vain (inutile au final). De ce pays lointain soit-disant formidable, il ne connaissait rien d'un tant soit peu palpable que les textes anciens. Autant dire des fables.
Il n'était pas rabbin mais savait la cabale.
Sur son bras étaient peints six chiffres ineffaçables : 761351. Ignoble mémorial d'un temps plus que malsain où il portait l'étoile.
Était-il excusable ?

Il mourut en un clin, assis sous un érable.

Au delà des refrain, au delà des ballades, il s'appelait Lucien.
Ou Monsieur Rosenthal.


Bonne journée à toutes et tous


_________________






Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 05:08 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

C'est sa fête :  Clarisse 
 
Clarisse a emprunté son nom à l'ordre qui l'a recueillie après qu'elle eût été sermonnée par son confesseur en raison de son   caractère indiscipliné.  
 
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 05:10 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

12 août 1908 
Henry Ford produit la première voiture de grande série 
 
 
Le 12 août 1908, le constructeur américain d'automobiles Henry Ford présente la première voiture produite en grande série : le modèle T. Dans les vingt années qui suivent, son entreprise, la Ford Motor Company, va vendre le modèle T à quinze millions d'exemplaires.  
 
 
Ce succès sans précédent inaugure une nouvelle révolution industrielle fondée sur deux piliers : la production standardisée en grande série, qui permet d'abaisser les coûts de production, et l'octroi aux ouvriers de salaires assez élevés pour leur faire accepter un travail répétitif et contraignant.  
 
 
André Larané  
 
 
 
 
Henry Ford présente le modèle T (1908) 

 
 
Vers une production de masse standardisée 
Henry Ford a introduit dans son entreprise l'« organisation scientifique du travail » (OST), une méthode de gestion aussi appelée « taylorisation » ou « taylorisme », du nom de l'ingénieur américain Frederick Winslow Taylor qui en a eu l'idée deux décennies plus tôt.  
 
 
Dès 1880, chez son employeur, l'entreprise sidérurgique Bethleem Steel Co, Taylor a analysé tous les travaux ouvriers et les a décomposés en une succession d'opérations élémentaires très simples, chaque opération étant confiée à un ouvrier spécialisé. Ainsi, aucun ouvrier ne perd de temps à passer d'une opération à une autre. Cette division du travail permet d'abaisser considérablement les coût de production.  
 
 
Mais Henry Ford ne s'en satisfait pas. Il imagine qui plus est de faire circuler les véhicules en cours d'assemblage sur une « chaîne », d'un poste de travail au suivant. Cela évite aux ouvriers d'avoir à se déplacer et donc de perdre du temps !  
 
 
Taylorisme et « travail à la chaîne » vont permettre la fabrication en grande quantité de produits standardisés comme la Ford T...  
 
 
Encore faut-il être assuré de trouver des débouchés pour absorber cette production ! Henry Ford parie sur le dynamisme de la société américaine, jeune, féconde, active, confiante en l'avenir.   
 
 
Il réussit pleinement son pari puisque le nombre d'automobiles en circulation aux États-Unis va progresser de 6 millions à 27 millions au cours des années 20, les « Roaring Twenties » (les années 20 rugissantes ; allusion au lion qui figure au générique des films de la XXth Century). À la veille de la Grande Dépression, on comptera déjà une voiture pour 6 habitants.  
 

 
Aliénation ouvrière 
Cette deuxième révolution industrielle, induite par l'électricité, entraine une rupture radicale par rapport à la première, née au XVIIIe siècle de l'usage de la vapeur.  
 
 
Les premières usines étaient organisées autour d'une grosse machine à vapeur qui générait l'énergie nécessaire aux différentes machines. Sur ces machines s'activaient des ouvriers hautement qualifiés, héritiers directs des compagnons d'antan, solidaires, instruits et soucieux du travail bien fait.  
 
 
Tout change avec l'« organisation scientifique du travail ». Celle-ci répond à l'afflux aux États-Unis, avant la Grande Guerre, d'innombrables immigrants illettrés et sans qualification professionnelle, en provenance de l'Europe orientale et du bassin méditerranéen. Elle permet de former en quelques minutes un ouvrier à son travail. Charlie Chaplin (Charlot) en a montré les excès dans son film Les temps modernes.  
 
 
Dès 1913, Henry Ford doit pallier le caractère répétitif, ennuyeux et pour tout dire aliénant du travail à la chaîne. Désespérant de retenir ses ouvriers, il se résout du jour au lendemain à doubler leur salaire, et introduit le « five dollars day » (5 dollars par jour, une aubaine pour l'époque).  
 
 
Cette mesure va valoir à l'industriel la fortune et une immense popularité en dépit de ses écrits violemment antisémites (The international Jew) et de son soutien financier au parti nazi et à Hitler, dans leur conquête du pouvoir.  
 
 
Philanthrope malgré lui  
 
A posteriori, on expliquera la politique de hauts salaires de l'industriel Henry Ford par le désir de permettre à ses ouvriers d'acheter les voitures de leur fabrication. Ainsi les ouvriers auraient-ils contribué à l'expansion de l'entreprise !Il s'agit en fait d'une légende qui voudrait faire d'Henry Ford un précurseur de l'économiste John M. Keynes, lequel préconisait de développer l'offre (la production) en stimulant la demande (la consommation). 
L'économiste Daniel Cohen rappelle que les hauts salaires étaient seulement une indispensable compensation aux difficultés du travail à la chaîne et qu'ils ne pouvaient en aucune façon stimuler les ventes d'automobiles (Trois leçons sur la société post-industrielle, 2006, Seuil). 
  
 
Vers la fin de la classe ouvrière ? 
La démarche d'Henry Ford, baptisée « fordisme » et reprise par toute l'industrie manufacturière, en Amérique du nord et en Europe occidentale, a permis à la classe ouvrière de rejoindre la classe moyenne avec des revenus tout à fait confortables.  
 
 
Ce miracle social va déboucher sur la « société de consommation » avec ses excès qu'a dénoncés le philosophe Ivan Illich (La convivialité, 1975), et ses conséquences (la surexploitation des ressources naturelles et le réchauffement climatique).  
 
 
On n'en est plus là... En ce début du XXIe siècle, la troisième révolution industrielle, fondée sur le microprocesseur, a rendu obsolète le travail à la chaîne et le taylorisme. Les tâches élémentaires de l'industrie sont de plus en plus assurées par des robots. Celles qui restent à la charge des humains sont délocalisées dans les pays à très bas salaires. Les usines d'automobile sont elles-mêmes devenues des lieux de haute technicité centrés sur la qualité et la gestion au plus juste, avec un personnel polyvalent et plutôt bien formé.  
 
 
C'est désormais dans les activités de services (commerce, restauration, santé, domesticité...) que trouvent à s'employer les trop nombreuses personnes sans qualification ni instruction. Leurs salaires sont tirés à la baisse et non plus à la hausse, comme au temps d'Henry Ford, avec au final la réapparition d'une classe laborieuse pauvre comme aux premiers temps de la révolution industrielle.  
 
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Omphale


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 11 608
Localisation: Ria
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

MessagePosté le: Dim 12 Aoû - 14:26 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

très joli texte  Very Happy


mon père aimait les voitures Ford, il en prenait grand soin et en changeait à peu près tous les deux ans, une fois à la retraite il s'est contenté d'une 4L
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Revenir en haut
Auzelles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 12 484
Localisation: Entre Crau et Camargue
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 03:16 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Hippolyte.
Demain, nous fêterons les Évrard ainsi que les Arnold et Maximilien Kolbe.

Le 13 août ou 13 aout est le 225e jour de l’année du calendrier grégorien, le 226e en cas d’année bissextile. Il reste 140 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 26e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour de la myrte.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 41
le soleil se couche à 20h 44
durée d'ensoleillement : 14h 03 (-3mn)

Citation du jour :
« Le mariage est comme la mort : peu de gens y arrivent préparés. »
Niccolò Tommaseo

Dicton du jour :
« À Sainte-Radégonde, en moisson les minutes sont des secondes. »

Proverbe du jour :
« Un héritage est une terre à labourer. »

Événement du jour :

1624 : Richelieu chef du Conseil du roi
Le 13 août 1624, Richelieu devient le chef du Conseil du Roi. Le cardinal entreprend de discipliner la noblesse et la met au service du roi.
Il réoriente la diplomatie dans le sens de l'intérêt national. Il combat le fanatisme religieux lorsque celui-ci sert les ennemis de la France. C'est aussi bien le fait des catholiques, groupés autour de la reine et favorables à l'Espagne, que des protestants de la Rochelle qui appellent les Anglais à leurs côtés.
1792 : Emprisonnement de Louis XVI, trois ans après le début de la Révolution Française. Il sera guillotiné le 21 janvier suivant.
1961 : Une désagréable surprise attend les Berlinois à leur réveil. Pendant la nuit, l'armée populaire a occupé Berlin-Est et commencé à l'isoler par des barrages et des fortifications. Ainsi débute l'érection du sinistre mur de Berlin. Pendant 29 ans le mur de la honte divisera les deux parties de l'ancienne capitale allemande. En 1990 son démantèlement sera le prélude de l'effondrement du régime communiste en Union soviétique.

L'historiette du jour :
Avis de recherche de Pierre Lieutaud

Je m’appelle Andromaque Sertylon, et j’avais un robot familier. Un robot fait à ma mesure pour me servir, m’éviter toute fatigue, obéir à mes ordres et précéder mes pas, où que j’aille. Pour m’ouvrir la voie et subir à ma place tout ce que peut subir un humain. Je l’avais appelé Olmytrion.

Il y avait tant et tant d'années qu'il était à mon service qu'il était cabossé de toutes parts. Pas de grosses bosses, des petits coups, des accolades affectueuses. Un matin, nous longions la Seine en suivant le chemin de halage. La brise couchait les herbes folles, je marchais vite et me retournais par moment pour chercher Olmitryon qui trottinait en grinçant de toutes ses rotules. Dans les cabossages de son crane la rosée du matin s'était déposée en petites flaques qui tremblaient au rythme de ses pas et les rayons du soleil étincelaient sur ses courbures de métal. Je suis très fatigué, il faut que je m'arrête un moment pour que la chaleur du jour réchauffe mes engrenages, qu'ils ne gémissent plus dans le froid du matin, dit Olmitryon. Et il s'affala dans l’herbe, abandonné, dans un grand bruit de casseroles. Couché sur le dos, les bras et les jambes écartées, les yeux dans le vague, il semblait dormir. Je me suis approché de lui et je me suis assis à ses cotés dans la rosée : ne reste pas ainsi couché dans ces herbes humides, lève-toi et viens. Olmytrion ne bougeait pas. Je me suis approché encore plus. Pour la première fois, je voyais les fines craquelures dans le revêtement anodisé d’Olmitryon, les plis figés au bord de ses yeux et la rouille qui faisait grincer doucement ses paupières quand battaient ses cils de polystyrène ouvragé. Sur ses tempes gondolées comme de vieux plats qui auraient trop servis, palpitaient de petits conduits énergétiques et sa chevelure tubulaire faite de l'enchevêtrement de milliers de circuits enduits de gélatine était toute ébouriffée. Ses yeux, deux roues où le soleil se reflétait sur la mince couche d'eau claire que deux petits pommeaux d'arrosoir microscopiques faisaient couler dessus, tournaient sans cesse, éclaboussant le sol de gouttelettes salées. Un goût de sel qui provenait de l'antigel que contenaient les circuits hydrauliques. Ses deux pupilles étaient deux puits, profonds, inexpressifs. En bas, bien loin, de petits engrenages tournaient et des hélices battaient dans le fond de sa carcasse. Olmitryon regardait le ciel et écoutait pour la première fois le bruit sourd des hélices. De chaque coté de son regard, il voyait onduler des fleurs qui caressaient sa coque, une libellule bleue se posa sur son nez et de sa petite pince elle éprouva la consistance de ce nez. Je ne me lèverai plus, murmura Olmitryon, je veux dormir et voyager, bercé par les hélices. Ne plus subir, ne plus marcher, ne plus me taire. Moi, Sertylon, je l’ai secoué longtemps, j’ai fais hoqueter ses mécanismes intérieurs, j’ai tiré de toutes mes forces sur ses bras, laissant apercevoir les tiges de métal qui rendaient solidaires les pièces de ce vieux corps inutile et enfin je l’ai laissé là, au bord de l'eau et je me suis éloigné. Je sais que j’ai eu tort, que l’attitude de mon robot était peut être un simulacre d’épuisement pour se séparer de moi et devenir autonome, mais je tiens à souligner une fois encore l’usure non feinte et la fatigue technique de cette machine humanoïde si semblable aux humains que ce fut pour moi un déchirement de le voir disparaître. Les ailes veinées de bleu de la libellule qui prenait son envol firent sur l’eau comme des ombres chinoises et il bascula dans la rivière, entouré de milliers de bulles Où est-il? Où est Olmitryon, le robot que j’aimais, mon double, mon ami ?


Bonne journée à toutes et tous


_________________






Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 05:37 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

Toujours prendre soin de ceux qui nous entourent, quels qu'ils soient.
_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 05:38 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

C'est sa fête : Hippolyte 
 
Ce nom signifie en grec : celui qui délie les chevaux. C'est celui d'un prêtre romain du IIIe siècle au caractère trempé qui s'opposa à plusieurs papes sur des questions de doctrine et fut condamné aux travaux forcés par l'empereur Maximin avant de se réconcilier avec l'Église.  
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 05:42 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

Ça s'est passé un... 13 août 
 
 
Naissances 

 
Alfred Hitchcock 
13 août 1899 à Londres (Royaume-Uni) - 29 avril 1980 à Los Angeles (Etats-Unis) 
 
 
 
 
Le cinéaste Alfred Hitchcock a transposé au cinéma la magnifique tradition britannique du récit policier illustrée par sir Arthur Conan Doyle et Agatha Christie.  
 
 
  
 
Fidel Castro 
13 août 1926 à Biran (Cuba) - 25 novembre 2016 à La Havane (Cuba) 
 
 
 
 
Fils d'un riche planteur cubain, Fidel Castro se lance très jeune dans l'action politique. Désireux de renverser le dictateur Batista, il attaque le 26 juillet 1953 la caserne de Moncada, à Santiago-de-Cuba. Arrêté, il est condamné à 15 ans de prison.  
 
 
Libéré dès 1954 à la faveur d'une amnistie, il se réfugie au Mexique où il fonde le « Mouvement du 26 juillet » ! Dès le 2 décembre 1956, il revient clandestinement à Cuba avec une troupe de fidèles. La plupart sont tués. Les rescapés, au nombre de douze, prennent le maquis dans la Sierra Maestra. Parmi eux le populaire Ernesto Guevara, un jeune médecin argentin surnommé le Che (l'Homme).  
 
 
De plus en plus de jeunes Cubains, exaspérés par la corruption du régime, rejoignent les insurgés. L'insurrection s'étend jusqu'à contraindre Fulgencio Batista à la fuite le 1er janvier 1959. Fidel Castro et ses « barbudos » entrent à La Havane en triomphe et le 17 février 1959, Fidel devient premier ministre avec un pouvoir quasi-dictatorial...  
 
 
Sans attendre, le guerillero nationalise les grandes plantations sucrières. Ses options socialistes lui aliènent la sympathie des États-Unis et l'amènent à s'aligner sur l'Union Soviétique. Cuba devient ainsi le premier pays communiste de l'hémisphère occidental. Castro lui-même va conserver le pouvoir jusqu'en février 2008, figeant l'île dans un système étatique et autoritaire d'un autre âge.  
 

 

 
Décès 

 
Eugène Delacroix 
26 avril 1798 à Charenton - 13 août 1863 à Paris 
 
 
 
 
 
Ami de Géricault et chef de file de l'école romantique, le jeune peintre cultive la couleur et le mouvement. Il se passionne aussi pour les grandes causes de son temps. Ainsi peint-il Les Massacres de Scio pour soutenir l'aspiration des Grecs à l'indépendance.  
 
 
Le père de l'artiste, Charles Delacroix, avait été ministre des Relations Extérieures dans le gouvernement du Directoire avant d'être remplacé à ce poste par Charles Maurice de Talleyrand en juillet 1797.  
 
 
Un article paru dans Le Moniteur peu avant la naissance de l'enfant révéla que Charles Delacroix avait été opéré en septembre d'une maladie qui le rendait stérile... Le bruit courut alors que l'enfant était en fait celui de Talleyrand, dont la réputation de coureur de jupons n'était plus à faire, et certains crurent en voir la confirmation dans la ressemblance entre l'ancien évêque d'Autun et le futur peintre.  
 
  
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 05:48 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

13 août 1942 : Et clamor Jerusalem ascendit 
 
 
La rafle du Vél d'Hiv parmi les Juifs étrangers de la région parisienne suscite peu de protestations officielles. La plus notable est celle du cardinal Jules Saliège, archevêque de Toulouse. Un mois plus tard, le 13 août 1942, il envoie une lettre pastorale à tous ses curés et en ordonne la lecture en chaire...  

 
 
«  LETTRE DE S.E. MONSEIGNEUR L’ARCHEVÊQUE DE TOULOUSE SUR LA PERSONNE HUMAINE 
Mes très chers Frères, 
Il y a une morale chrétienne, il y a une morale humaine qui impose des devoirs et reconnaît des droits. Ces devoirs et ces droits tiennent à la nature de l’homme. Ils viennent de Dieu. On peut les violer. Il n’est au pouvoir d’aucun mortel de les supprimer. 
Que des enfants, des femmes, des hommes, des pères et des mères soient traités comme un vil troupeau, que les membres d’une même famille soient séparés les uns des autres et embarqués pour une destination inconnue, il était réservé à notre temps de voir ce triste spectacle. 
Pourquoi le droit d’asile dans nos églises n’existe-t-il plus ?Pourquoi sommes-nous des vaincus ?Seigneur ayez pitié de nous.Notre-Dame, priez pour la France. 
Dans notre diocèse, des scènes d’épouvante — l'expression a été remplacée par « émouvantes » après que Mgr Saliège a reçu des pressions4 — ont eu lieu dans les camps de Noé et de Récébédou. Les Juifs sont des hommes, les Juives sont des femmes. Les étrangers sont des hommes, les étrangères sont des femmes. Tout n’est pas permis contre eux, contre ces hommes, contre ces femmes, contre ces pères et mères de famille. Ils font partie du genre humain. Ils sont nos frères comme tant d’autres. Un chrétien ne peut l’oublier. 
France, patrie bien-aimée France qui porte dans la conscience de tous tes enfants la tradition du respect de la personne humaine, France chevaleresque et généreuse, je n’en doute pas, tu n’es pas responsable de ces horreurs — pour la même raison, ce mot a été remplacé par « erreurs »4. 
Recevez, mes chers Frères, l’assurance de mon respectueux dévouement. 
Jules-Géraud SALIÈGEArchevêque de Toulouse 
À lire dimanche prochain [23 août 1942], sans commentaire. » 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Omphale


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 11 608
Localisation: Ria
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

MessagePosté le: Lun 13 Aoû - 13:55 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

tous les français n'étaient pas antisémites mais beaucoup l'étaient et personne n'avait une idée du sort final de ces pauvres juifs capturés et déportés. Quelques courageux on réussi à en soustraire à la hargne nazie mais combien ont péri !
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Revenir en haut
Auzelles
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 12 484
Localisation: Entre Crau et Camargue
Féminin Balance (23sep-22oct)

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 01:08 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant



L'éphéméride du jour...

Aujourd'hui, nous fêtons les Évrard ainsi que les Arnold et Maximilien Kolbe.

Demain, nous fêterons les Marie ainsi que les Alfred, Altfrid, Manon, Mariam, Mariannick, Marie-Noël, Marielle, Marilyne, Marion, Marjolaine, Marlène, Marylise, Maryse, Maryvonne, Mireille, Muriel, Myriam et Tarcisius.

Le 14 août ou 14 aout est le 226e jour de l’année du calendrier grégorien, le 227e en cas d’année bissextile. Il reste 139 jours avant la fin de l’année.
C’était généralement le 27e jour du mois de thermidor dans le calendrier républicain français, officiellement dénommé jour du colza.

à Marseille :
le soleil se lève à 6h 42
le soleil se couche à 21h 43
durée d'ensoleillement : 14h 00 (-3mn)

Célébrations de demain :
• L'Assomption (jour férié)

Citation du jour :
« Rien n'est humiliant comme de voir les sots réussir dans les entreprises où l'on échoue. »
Gustave Flaubert

Dicton du jour :
« Qui dort en août, dort à son coût. »

Proverbe du jour :
« À folle demande point de réponse. »

Événement du jour :
1945 : Voyant dans la reddition « la seule possibilité de restaurer la paix et de faire cesser la terrible menace qui pèse sur le peuple japonais », l'empereur Hirohito annonce sur les ondes de Radio Tokyo la capitulation de son pays. Le premier ministre Suzuki démissionne, et le général Anami, ministre de la Guerre, se suicide. Le cessez-le-feu entrera en vigueur le 18 août, et l'acte de capitulation sera signé le 2 septembre.
1962 : Le percement du tunnel du Mont-Blanc entre la France et l'Italie s'achève
1985 : Le chanteur américain Michael Jackson acquiert les droits des chansons du groupe britannique The Beatles.

L'historiette du jour :
La nuit des Diables de Mathilde de Lagausie

études, jamais Aldric de Temerson ne vécut une expérience semblable à celle de la Nuit des Diables, dans le village de Scanaccia, en l’an de grâce 1675.
Entré deux jours auparavant dans ce bourg isolé du nord de l’Italie, il fit ce soir-là le tour de la ville pour observer les installations dressées au cours de la journée, et l’arrivée des villageois. Ceux-ci, vêtus de leurs meilleurs habits, venaient par groupes bruyants et excités pour grossir la foule déjà présente sur la grande place du marché aux bestiaux.

[hide="Lire la suite de l'historiette"]L’esplanade avait été garnie de tables, qu’on avait couvertes de nappes rouges, et qui portaient des monceaux de victuailles. Même pour le nombre élevé de participants, la quantité de charcuteries, de pains, de pâtés, de tourtes, de fruits, de gâteaux, semblait démesurée. Des dizaines de tonneaux de vin avaient été disposés partout sur la place et les habitants se servaient largement dès leur arrivée.
D’ailleurs, alors que la nuit n’était pas encore complètement tombée, Aldric entendait déjà de grands rires gris et quelques éclats de voix pâteuses. S’y joignaient les piaillements des femmes qui, elles non plus, ne dédaignaient pas le vin et découvraient leurs épaules à mesure que leurs coupes se vidaient.
L’atmosphère était emplie de l’odeur de la viande rôtie et de celle de la poussière chaude remuée par les milliers de pieds. On sentait également les parfums poivrés des femmes et la sueur des hommes.

Lorsque la nuit devint noire, le bûcher dressé au centre du foirail fut allumé. Le décor devint mouvant : la lumière orangée des flammes projetait des ombres immenses sur les murs et les haies bordant la place. Les visages se firent spectraux : joues creusées, orbites vides, bouches agrandies en un rictus cruel.
Une cloche sonna et la foule se tourna tout entière vers l’estrade installée à côté du feu. Le silence tomba, total.
Aldric vit surgir sur la plateforme un immense gaillard, armé d’un trident acéré, portant une épaisse barbe noire, des cornes posées sur sa tignasse hirsute, et vêtu d’une grande robe écarlate. Quelle apparition ! L’explorateur en resta bouche bée. Lui qui savait d’habitude rester pragmatique en toute chose, il sentait son cœur battre plus fort et ses cheveux se dresser sur sa tête. Autour de lui, les villageois, qui pourtant assistaient chaque année à la même cérémonie, étaient aussi transportés que lui, et attendaient la suite, extatiques.

Le diable d’une nuit harangua l’assemblée d’une voix tonitruante :
— Habitants de Scanaccia ! Vous avez trimé toute une année depuis notre dernière rencontre. Vous avez engrangé de quoi survivre. De quoi permettre aux puissants de ripailler tout l’hiver…
Entre chacune de ses phrases, le public criait de joie, battait des mains et buvait de plus belle.
— Demain, le labeur va reprendre. Vous saignerez la terre pour lui faire encore cracher ce qu’elle a dans le ventre. Vous fouetterez vos bœufs. Vous vous efforcerez d’oublier la douleur de vos corps meurtris… 
Nouveau hurlement de la foule, déchirant comme un énorme sanglot, cette fois.
— Mais cette nuit… cette nuit… 
Silence des villageois suspendus à l’annonce du géant qui clama :
— Vous avez jusqu’au matin pour oublier vos peines, et tout donner aux Diables. Jusqu’au matin, enfin, vous pouvez VIVRE ! 
L’assistance se déchaîna en une acclamation barbare et libératrice. La fête allait pouvoir commencer.

Cependant, le silence persista. À voir le faciès de ses voisins, Aldric comprit qu’il se passait quelque chose d’inattendu. Il fixa de nouveau l’estrade. Une fille venait d’y monter. Le regard fou, levé vers le ciel, elle paraissait dans un état second. Son visage était celui d’un ange ensorcelé par quelque esprit impur.
Toujours tournée vers les étoiles, elle saisit des deux mains la toile de sa robe de paysanne à hauteur de poitrine et arracha le vêtement. Elle était sublime. Son corps nu évoquait le plaisir à tous, hommes et femmes, subjugués. Elle poussa un long vagissement rauque et, les yeux exorbités, les bras levés, tomba à genoux, comme en prière aux démons.
Aldric sentit une joie sauvage l’envahir et la foule, d’une seule gorge, répondit au feulement de la créature, entrant dans une transe qui ne devait s’arrêter qu’au lever du soleil.
Tous se mirent à manger à pleines poignées, à boire, à hurler leur jouissance ou leur peine, à chanter d’incompréhensibles paroles, à danser jusqu’à l’ivresse ; ils s’enlaçaient intensément, ils frappaient, mordaient, léchaient, embrassaient à pleine bouche, mêlant l’extase à la douleur ; et s’endormirent finalement, après avoir purgé leurs âmes des souffrances de leur pauvre vie.



Bonne journée à toutes et tous


_________________






Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 04:22 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

C'est sa fête : Évrard 
 
Cet ermite suisse du nom d'Eberhard ou Évrard qui vivait à l'époque carolingienne avait fondé avec ses confrères du voisinage un monastère à Einsiedeln.  
 
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 04:25 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

Ça s'est passé un... 14 août 
 
 
Naissance 

 
Pie VII 
14 août 1740 à Cesena (Italie) - 20 août 1823 à Rome (Italie) 
 
 
 
 
Le moine bénédictin Barnabé Chiaramonti, proche de sa famille et réputé pour sa douceur et sa bonté, est élu pape le 14 mars 1800 à Venise sous le nom de Pie VII, à 59 ans...  
 
  
 

 
Décès 

 
Randolph Hearst 
29 avril 1863 à Sanf Francisco (États-Unis) - 14 août 1951 à Beverly Hills (États-Unis) 
  
 
 

 
Fils unique d'un milliardaire qui a fait fortune dans les mines, William Randolph Hearst se fait offrir par son père, à 25 ans, le San Francisco Examiner et en fait le plus grand journal à sensation des États-Unis.  
 
 
En quelques années, par des rachats successifs dans tout le pays, il se retrouve à la tête d'un empire de 28 journaux, 18 magazines, sept stations de radio, l'agence International News Service et une entreprise de cinéma, la Hearst Movie Productions.  
 
 
Ce magnat de la presse ne va pas craindre de provoquer une guerre contre l'Espagne pour accroître ses tirages. Pendant la Première Guerre mondiale, il militera pour l'isolationnisme, heureusement en vain...  
 
 
Marié et père de 5 enfants, il quitte à 55 ans le domicile familial avec une jeune maîtresse de 20 ans, Marion Davies. Émule de Louis II de Bavière, il bâtit pour elle, dans sa résidence de San Simeon, sur la côte méridionale de la Californie, un château exubérant et fantasque.  
 
 
William Randolph Hearst a inspiré au cinéaste Orson Welles le héros du film Citizen Kane.  
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 32 830
Localisation: PAS DE CALAIS
Féminin Lion (24juil-23aoû)

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 04:28 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

14-24 août 1914 
La bataille des frontières 
 
 
L'empereur Guillaume II ayant déclaré la guerre à la France le 3 août 1914, les Français imaginent comme les Allemands une guerre fulgurante et croient encore aux vertus de la cavalerie et des charges d'infanterie.  
 
 
Joseph Joffre, commandant en chef des armées du nord et de l'est en 1911, applique sans barguigner le plan XVII, concocté en 1913, qui prévoit une offensive dans les Ardennes et en Lorraine.  
 
 
Mais il est pris de court par l'offensive allemande en Belgique. Sans perdre de temps, l'armée de paix du général von Emmich, à pied d'oeuvre à la frontière, se lance à l'assaut des douze forts qui entourent Liège, sur les bords de la Meuse. Pendant ce temps s'achève la mobilisation des conscrits dans toute l'Allemagne avec la concentration et le regroupement des cinq armées requises par le plan Schlieffen pour l'invasion de la Belgique.  
 
 
La surprise vient des Belges, qui résistent de façon inattendue à cette soudaine attaque allemande. Les Allemands finissent néanmoins par s'emparer de Liège le 16 août. Le lendemain, les armées de von Moltke peuvent comme prévu s'avancer en Belgique.  
 
 
À Dinant et à Charleroi, deux armées allemandes en route pour Namur se heurtent à la 5e armée française du général Charles Lanrezac. Cet officier de talent a peu de goût pour l'offensive à outrance prônée par le général Joffre. Plutôt que de s'obstiner à défendre la ligne Charleroi-Namur et de prendre le risque d'être débordé sur ses flancs gauche et droit, il choisit de décrocher sans en référer à son supérieur. Cela lui vaudra d'être « limogé » quelques semaines plus tard.  
 
 
De fait, à cause de lui et malgré l'arrivée des Anglais, à pied d'oeuvre dès le 21 août, les armées françaises doivent se résigner à reculer vers l'ouest mais ce faisant, elles échappent à un encerclement qui leur eut été fatal. Lanrezac a évité le pire pour son camp.  
 
 
En Belgique comme en Lorraine, la « bataille des frontières » débouche sur une sévère défaite des Français et de leurs alliés. Les combats, à l'ancienne, avec charges à la baïonnette, en uniformes de couleur, képis et pantalons garance (rouge), se soldent par des pertes très importantes face à un ennemi qui, déjà, utilise massivement les mitrailleuses (200 000 hommes tués, blessés ou capturés en trois semaines).  
 
 
Avec au moins 25 000 morts du côté français, le 22 août 1914 est la journée la plus meurtrière de toute l'Histoire militaire de la France !  
 
 
 
 
Nid de mitrailleuse allemand pendant l'offensive de 1914 
 
 
Joffre organise toutefois une retraite générale en bon ordre qui laisse très peu de prisonniers aux Allemands. Le spectre d'une défaite totale, comme en 1870, se profile mais les troupes vont montrer qu'elles ont du ressort.  
 
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Omphale


Hors ligne

Inscrit le: 17 Juil 2012
Messages: 11 608
Localisation: Ria
Féminin Sagittaire (22nov-21déc) 虎 Tigre

MessagePosté le: Mar 14 Aoû - 13:37 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE Répondre en citant

et ben c'est la "salsa du démon" dans ce village
_________________
"attends d'avoir traversé la rivière avant de dire que le crocodile a une sale gueule" (Joseph Andjou)


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:13 (2018)    Sujet du message: EPHEMERIDE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Discussion libre Toutes les heures sont au format GMT - 2 Heures
Aller à la page: <  1, 2, 3 … , 742, 743, 744  >
Page 743 sur 744

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com