50's pour toujours Index du Forum

50's pour toujours
Échange d'idées, humour, philatélie, photo, informatique et beaucoup plus.

 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 

JO 2018
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Sport
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Miryam



Inscrit le: 12 Fév 2017
Messages: 298

MessagePosté le: Mer 7 Fév - 19:51 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Revue du message précédent :

Il est mignon  Mr. Green Mr. Green  merci pour les infos
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 7 Fév - 19:51 (2018)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Jeu 8 Fév - 11:01 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : la gastro-entérite s'invite à Pyeongchang 
  
Une épidémie de norovirus, qui provoque diarrhée et gastro-entérite, touche plusieurs membres de l'équipe des jeux Olympiques de Pyeongchang. Les organisateurs mettent tout en oeuvre pour qu'elle ne se propage pas aux athlètes. 

La diarrhée et la gastro-entérite sont déjà arrivées aux jeux Olympiques de Pyeongchang. Les organisateurs tentent d'empêcher la propagation d'une épidémie d'un norovirus particulièrement contagieux parmi les athlètes, à la veille de l'ouverture officielle de la compétition en Corée du Sud le 9 février.

Le nombre de cas a presque triplé en deux jours. Mardi 7 février, "un total de 86 cas de norovirus" avaient été recensés, a expliqué Kim Hyun-Jun, directeur du Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies, à l'occasion d'une conférence de presse. Aucun athlète ne figure encore parmi les malades, les organisateurs font tout pour les protéger.


 
L'eau et la nourriture sont des vecteurs de transmission importants du virus, or trois malades faisaient partie des équipes de préparation des repas du village des médias à Pyeongchang. Les malades ont donc été mis en quarantaine pour 48 à 72 heures et les organisateurs ont commandé des distributeurs de produits désinfectants pour les mains pour tenter d'endiguer la progression de l'épidémie.  

1.200 agents de sécurité remplacés
 

Mardi 7 février, les agents avaient annoncé que 1.200 agents de sécurité avaient été touchés par le virus. Ils étaient hébergés ensemble dans un même ensemble de bâtiments, qui semble avoir été l'épicentre de l'épidémie. Ils ont été remplacés par des centaines de soldats, dépêchés à Pyeongchang pour surveiller les sites olympiques.

"Il n'y a aucun cas confirmé chez les athlètes et c'est le plus important ici", a assuré Kim Hyun-Jun, directeur du Centre coréen de contrôle et de prévention des maladies. "Nous faisons de notre mieux pour prévenir tout type d'accident qui les empêcherait de défendre leurs chances."
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Ven 9 Fév - 10:38 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : slopestyle, skeleton, big air... Le lexique des Jeux d'hiver 
  
Les épreuves de ski et de snowboard acrobatiques ont notamment apporté leur lot de nouveaux mots dans le jargon olympique. Voici ce qu'il faut savoir avant le début des Jeux de Pyeongchang. 

Envie d'y voir un peu plus clair sur le vocabulaire des Jeux Olympiques d'hiver ? Se poser dans le canapé en ayant une idée de ce qui vous attend lorsque vous entendrez slopestyle, skeleton, half-pipe, mass start, big air ou encore snowboard cross ? Ne pas se trouver bête devant la machine à café lorsqu'un(e) collègue vous racontera les derniers exploits de la délégation française dans les disciplines les plus récentes au programme des JO ?

Voici quelques informations qui vous seront peut-être utiles pour suivre au mieux la (grosse) quinzaine de Pyeongchang (9-25 février), ville hôte des 23e Jeux d'hiver, en Corée du Sud. Comme c'est le cas depuis 2002, 15 disciplines appartenant à 7 grandes familles de sports sont à suivre : biathlon, bobsleigh (qui comprend aussi le skeleton), curling, hockey sur glace, luge, patinage (artistique, de vitesse, short-track), ski (alpin, de fond, saut à ski, combiné nordique, snowboard, ski acrobatique).


 
La plupart de ses 15 disciplines sont sous-divisées en plusieurs épreuves distinctes. Ainsi, il y aura au total 102 épreuves à suivre (50 hommes, 44 femmes, 8 mixtes) et autant de médailles d'or à distribuer. Par rapport aux Jeux de Sotchi il y a quatre ans, quatre font leur apparition au programme : le big air en snowboard acrobatique, le double mixte en curling, la mass start en patinage vitesse et le slalom parallèles par équipes mixtes en ski alpin.

 
L'Anglais, langue du snowboard
 

L'introduction du snowboard, le surf des neiges, en 1998 à Nagano, a entraîné l'apparition de termes nouveaux dans le paysage olympique. Au Japon, les néophytes ont découvert avec le half-pipe, littéralement demi-tuyau, la première discipline de snowboard acrobatique - certain(e)s préfèrent le terme freestyle. Le but : descendre une piste en forme de U en effectuant des figures à chaque fois que l'on atteint un sommet du U. 

On parlera alors de 3-6 pour une rotation à 360 degrés, backflip (saut périlleux arrière), backside ou frontside (rotation effectuée de dos ou de face) ou encore de grab (tenir sa planche en l'air). La langue du baron Pierre de Coubertin n'a pas réussi à trouver de terme comparables.

Le snowboard cross, également appelé boardercross, réunit généralement quatre concurrent(e)s au départ d'une descente comportant des bosses, des virages relevés et/ou serrés. Les premiers en bas se qualifient pour la suite du tournoi face aux autres meilleurs de chaque manche. Très souvent, les chutes après un coude jouent un rôle majeur. Il faut être chanceux, stratège, et bien sûr excellent techniquement.  

 
S'envoyer en l'air
 

Dernières disciplines apparues, le slopestyle en 2014, et donc le big air cette année. Comme la première l'indique, l'accent est essentiellement porté sur le style, comme en half-pipe. Slope signifiant piste, il s'agit là de descendre, seul, un parcours aménagé de modules en neige et en métal en effectuant des figures acrobatiques. Le big air, lui, revient à s'envoyer en l'air à partir d'une rampe et d'un tremplin sur un seul saut énorme.  

  

  
Le ski passe aussi en mode freestyle
 

Progressivement, la plupart de ces disciplines ont gagné le ski, séduisant en particulier un public plus jeune tout en apportant fraîcheur, spectacle, scénarios nouveaux. Introduit en 2010, le ski cross a permis à aussi la France de signer un incroyable triplé en 2014 chez les messieurs.

Le principe est le même sur deux planches que sur une : quatre au départ d'un parcours semé de tremplin, bosses, virages, avec une part de chance, de nombreux rebondissements. Format identique également en slopestyle et en half-pipe, avec des figures différentes, forcément.
Pour les skieurs et skieuses alpins, le pendant du big air est le saut acrobatique (depuis 1994), qui n'est pas sans rappeler le plongeon aux JO d'été, l'eau en moins, les skis et les combinaisons en plus. Les bosses sont toujours au programme avec un champ de bosses à dévaler et deux petits tremplins au 1/3 et au 2/3 du parcours.
  
Pour les sensations fortes, le skeleton
 

Le curling étant passé du statut d'étrange curiosité en 1998 à discipline aussi moquée qu'appréciée des amateurs olympiques - sorte de pétanque sur glace avec un balai -, l'autre terme qui interpelle le plus est le skeleton. Disputé en 1928 et 1948, ce sport est revenu au programme en 2002.

Il se dispute sur la même piste que celle du bobsleigh, un couloir de glace incurvé étroit et sinueux. À la différence de la luge, sa grande sœur présente sans discontinuer depuis 1964, le skeletoneur descend la tête en avant, sur le ventre. Le lugeur est sur le dos, les pieds en avant. 

 
Short-track, plus spectaculaire que le patinage de vitesse
 

Toujours sur de la glace mais cette fois à la patinoire, le short-track se différencie du patinage de vitesse par son format. Les concurrent(e)s ne s'élancent pas un par un pour établir le meilleur temps mais par groupes de 4 ou 8. Même principe qu'en snowboard cross ou ski cross : les meilleurs se qualifient pour la suite de la compétition.  
  
Fourcade popularise la mass-start
 

Pour être plus complet, voici quelques précisions concernant les autres sports, pas forcément de langage mais de déroulement des épreuves. Le biathlon (ski de fond+tir à la carabine), cher aux Français, en comprend six : l'individuelle (un contre-la-montre où le meilleur temps s'impose), le sprint (idem, en plus court), qui détermine l'ordre des départs de la poursuite (le premier arrivé gagne), la mass-start (course avec départ groupé) et les relais, hommes, femmes et mixte.  
  
De la descente au slalom, et inversement
 

En ski alpin, la descente est la plus rapide des cinq disciplines, le slalom la plus technique. Entre les deux se glissent le Super-G et le géant. Le combiné est composé d'une manche de chaque extrême, slalom et descente. En 2018 apparaît l'épreuve par équipes mixtes avec un slalom parallèle réunissant des concurrent(e)s de deux nations sur la piste piste. D'ordinaire, chacun(e) s'élance l'un(e) après l'autre.

 
Technique libre ou classique
 

Le combiné nordique comporte une partie de saut à ski sur tremplin, une autre de ski de fond. Lorsqu'elles sont dissociées, ces deux disciplines proposent deux variantes : grand et petit tremplin d'un côté, technique libre (pas du patineur) et classique (obligation de rester dans les traces sauf dans les virages) de l'autre.  
  
Axel, lutz, boucle piqué, salchow
 

En patinage artistique les épreuves individuelles et en couple sont disputées en deux temps : programme court avec huit éléments (axel, lutz, boucle piqué, salchow...) et programme libre. La danse sur glace comprend une partie décidée à l'avance, une partie originale et une partie libre. Les sauts sont absents.  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Ven 9 Fév - 20:08 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

J'ai regardé la cérémonie d'ouverture, c'était magnifique.


 



 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Dim 11 Fév - 09:50 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : un séisme secoue le site olympique 
  
Un tremblement de terre de magnitude 4,6 a été ressenti ce dimanche à Pyeonchang, où se déroulent les Jeux olympiques, déjà marqués par un froid glacial et du vent. 

Décidément, la nature fait parler d'elle depuis l'ouverture des Jeux olympiques d'hiver à Pyeongchang en Corée du Sud. Un petit séisme de magnitude 4,6 a secoué l'est du pays ce dimanche 11 février. La secousse a déclenché une alerte d'avertissement automatique aux personnes concernées par les JO.

"Tous les sites prévus pour les JO ont été construits de telle manière qu'ils peuvent résister à un tremblement de terre d'une magnitude supérieure à 7,0", a assuré le comité d'organisation (POCOG). "Alors je peux promettre qu'il n'y a aucune inquiétude à avoir quant à ces installations", a affirmé Sung Baik-you, président du POCOG.
  
Ces JO 2018 semblent destinés à trembler dans tous les sens du terme. Les prévisions météo des prochains jours promettent des températures jusqu'à -25°C, et les forts vents glacés ont entraîné le report de la descente dimanche.
  
Ces conditions sévères ont posé de nombreux problèmes samedi pendant l'épreuve de saut à skis. Les sauteurs ont souvent été obligés d'attendre longtemps leur tour, en haut de la rampe de lancement, frigorifiés malgré les couvertures que leur déposait sur les épaules leur staff technique. "C'était franchement mauvais pour moi, mais qu'est-ce qu'on peut y faire", a réagi le Polonais Dawid Kubacki, 35e de l'épreuve et fataliste face aux changements de cap et de force des vents. "C'était une loterie", a-t-il résumé.

D'autres, comme la plupart des spectateurs d'ailleurs, ont été saisis par le froid.  "C'était gelé comme de la glace", s'est exclamé l'Autrichien Michael Hayboeck, malgré tout 17e du concours. L'épreuve s'est ainsi terminée avec plus d'une heure de retard sur le planning.


 
"La sécurité des athlètes est notre priorité", a martelé Mark Adams, porte-parole du Comité international olympique (CIO) dimanche matin. "Tous les sites sont bien organisés et en contact étroit avec les fédérations internationales. Nous sommes très confiants dans le fait que les fédérations et les athlètes savent ce qu'ils peuvent faire et ce qu'ils ne doivent pas faire", a encore souligné le porte-parole.
  
 
La descente reportée à cause du vent
 

La prudence a été choisie dimanche matin, où les vents forts, de 50 à 72 km/h, ont eu des conséquences encore plus lourdes avec l'annulation de la descente messieurs, premier temps fort sportif des JO, reportée à jeudi. Les organisateurs ne se laissent toutefois pas abattre, gardant pour le moment leur calme puisque, comme à chaque JO, des journées de réserve ont été placées dans le calendrier justement pour répondre aux impondérables météorologiques.

Les conseils s'adressent donc plutôt aux spectateurs venant assister aux épreuves. "Les spectateurs sont invités à s'habiller chaudement et à porter des bonnets et des gants", a ainsi dû rappeler le comité local d'organisation des JO 2018 (POCOG), lors de son point presse quotidien dimanche.
  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Auzelles
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 10 337
Localisation: Entre Crau et Camargue

MessagePosté le: Dim 11 Fév - 16:14 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Une femme française vient d'avoir une médaille d'or, il me semble que c'est les bosses
_________________


Coucou... tout le monde


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Dim 11 Fév - 16:33 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : Perrine Laffont sacrée championne olympique en ski de bosses  
   
La jeune skieuse de 19 ans offre à la France sa première médaille dans ces Jeux olympiques de Pyeongchang.   

 
 
   
Le compteur des médailles se débloque pour la France aux Jeux d'hiver 2018... et pas avec n'importe quelle médaille. Perrine Laffont, 19 ans, offre à la France sa première médaille d'or des Jeux olympiques de Pyeongchang, en Corée du Sud, ce dimanche 11 février. Il s'agit d'ailleurs de la première médaille tricolore tout court. 

La jeune femme a remporté l'épreuve des bosses en ski acrobatique. Elle a parfaitement su gérer la pression pour sortir son meilleur ski lors de la manche finale, pour s'imposer devant la Canadienne Justine Dufour-Lapointe et la Kazakh Yulia Galysheva.
   
Surdouée de la discipline, Perrine Laffont avait déjà crevé l'écran lors des précédents JO, à Sotchi en 2014. À 15 ans en Russie, l'âge limite pour participer aux Jeux, la skieuse avait crée la sensation en signant le cinquième temps des qualifications, à peine un mois après ses débuts en Coupe du monde, avant de craquer et de passer à côté de la finale. Mais pas cette fois, avec l'étiquette de médaillable en puissance que ses excellents résultats des derniers mois lui ont collé.   

Une passion familiale
  

Chez les Laffont, à Niaux, en Ariège, les bosses sont une histoire de famille. C'est là que la jeune femme, née à Lavelanet, vient se ressourcer entre deux compétitions aux quatre coins du monde. La maman dirigea le club de bosses de la petite station des Monts d'Olmes où Perrine a commencé. "Dans la famille, c'était naturel. À deux ans tu montais sur des skis et dès que tu savais assez bien skier, on te mettait dans les bosses", ajoutait-elle.

Mais le talent ne fait pas tout, et Perrine Laffont, en vraie championne, a également su apprendre de ses erreurs et tiré profit de son expérience, de Sotchi notamment. Perrine Laffont s'est entourée d'une préparatrice mentale, pour qu'elle lui donne "des clés pour (se) faciliter la tâche dès qu'elle se pose des questions".

La médaille de la jeune femme donne le sourire à l'équipe de France ce dimanche 11 février, après une déception de taille une heure plus tôt pour la délégation française. Le biathlète Martin Fourcade, qui n'a pas su déjouer les pièges des vents sud-coréens, a terminé huitième de la première épreuve qu'il disputait. Perrine Laffont, du haut de ses 19 ans, ouvre le compteur tricolore et enlève une belle pression au clan français.


   

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Lun 12 Fév - 13:16 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : Martin Fourcade et les bosseurs après Anaïs Bescond ? 
  
 La France a décroché sa deuxième médaille à Pyeongchang, lundi 12 février, lors de la poursuite dames en biathlon. Celle des messieurs, avec Martin Fourcade, débute à 13h, e, même temps que la finale  

Et de deux. Au lendemain de la victoire de Perrine Laffont en ski de bosses, Anaïs Bescond a décroché la 3e place de la poursuite en biathlon. À 30 ans, la Normande signe son premier podium olympique après deux 5es places à Sotchi en 2014. et une médaille d'argent en individuel aux Mondiaux 2016 (six médailles mondiales avec les relais).

C'est désormais au tour de Martin Fourcade de tenter de prendre sa revanche. Le porte-drapeau bleu-blanc-rouge, vexé par sa 8e place en sprint lors de son entrée dans la compétition, dispute lui aussi la poursuite, à 13h. La France aligne aussi Simon Desthieux, Quentin Fillon-Maillet et Antonin Guigonnat en plus de Fourcade.


 
Autre moment fort attendu de cette troisième journée avec médailles à la clef : le ski de bosses messieurs. Anthony Benna et Sacha Theocharis sont en finale (13h). Tessa Worley, en revanche, devra patienter jusqu'à jeudi 15 février pour prendre part au slalom géant de ski alpin. Comme la descente hommes, la course a été reportée en raison des rafales de vent sur les sites de Yongpyong.  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Lun 12 Fév - 15:57 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Martin Fourcade sacré champion olympique en biathlon 
  
Le plus médaillé des sportifs français aux Jeux d'hiver (à égalité avec Jean-Claude Killy) a remporté la médaille d'or sur l'épreuve de la poursuite 12,5 kilomètres. 

Et de trois. Martin Fourcade a remporté son troisième titre olympique, et le deuxième dans cette catégorie du biathlon, la poursuite 12,5 kilomètres. Le sportif français le plus médaillé des Jeux olympiques d'hiver (à égalité avec le skieur Jean-Claude Killy, ndlr) apporte ainsi à la France sa troisième médaille aux JO de Pyeongchang, et sa deuxième médaille d'or, après le sacre de Perrine Laffont dimanche 11 février en ski de bosses. 

S'il avait été décevant en arrivant seulement à la 8e place dimanche en sprint, il a pris une éclatante revanche ce lundi, quelques minutes après la très belle médaille de bronze décrochée par Anaïs Bescond, également lors de l'épreuve de la poursuite en biathlon.
  
Le Français, qui n'a commis qu'une seule faute au tir est parti avec 22 secondes de retard sur la tête de course et l'Allemand Arnd Peiffer vainqueur du sprint. Tout en prenant le temps de brandir le poing haut après ses derniers tirs et de se saisir d'un drapeau tricolore dans les derniers mètres, le champion de Font-Romeu a rejeté sur la ligne ses adversaires à plus de 12 secondes pour Samuelsson et 15 secondes pour Doll.
  
Avec ce sacre, Martin Fourcade étoffe encore un peu plus un palmarès déjà impressionnant, constitué, en plus de ses titres olympiques, de 11 titres de champion du monde et 69 victoires en coupe du monde.
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Auzelles
Administrateur

En ligne

Inscrit le: 31 Oct 2012
Messages: 10 337
Localisation: Entre Crau et Camargue

MessagePosté le: Mar 13 Fév - 08:20 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

et deux de plus
Une d'argent et une de bronze

Jeux olympiques d'hiver 2018: Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet, décrochent l'argent et le bronze du combiné

JO - Les Français Alexis Pinturault et Victor Muffat-Jeandet ont apporté à la France ses 4e et 5e médailles en prenant les 2e et 3e places du combiné derrière l'intouchable Autrichien Marcel Hirscher, qui a décroché son premier titre olympique, ce mardi aux Jeux de Pyeongchang.

Hirscher s'est imposé avec 23/100e d'avance sur Pinturault, qui s'annonçait comme son principal concurrent pour le titre, et 01 seconde 02/100e sur Muffat-Jeandet.

source :Huffington post
_________________


Coucou... tout le monde


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 13 Fév - 08:45 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Classement final du combiné messieurs
 

1. Marcel Hirscher (AUT) 2:06.52 (1:20.56 + 45.96)
2. Alexis Pinturault (FRA) 2:06.75 (1:20.28 + 46.47)
3. Victor Muffat Jeandet (FRA) 2:07.54 (1:21.57 + 45.97)
4. Marco Schwarz (AUT) 2:07.87 (1:20.98 + 46.89)
5. Ted Ligety (USA) 2:07.97 (1:21.36 + 46.61)
6. Thomas Mermillod Blondin (FRA) 2:08.02 (1:20.89 + 47.13)
7. Kjetil Jansrud (NOR) 2:08.67 (1:19.51 + 49.16)
8. Stefan Hadalin (SLO) 2:08.94 (1:21.15 + 47.79)
9. Thomas Dressen (GER) 2:08.96 (1:19.24 + 49.72)
10. Klemen Kosi (SLO) 2:09.37 (1:20.61 + 48.76)
11. Luca Aerni (SUI) 2:09.52 (1:21.34 + 48.18)
12. Filip Zubcic (CRO) 2:09.60 (1:21.54 + 48.06)
13. Mauro Caviezel (SUI) 2:09.60 (1:20.47 + 49.13)
14. Christof Innerhofer (ITA) 2:09.75 (1:19.77 + 49.98)
15. Carlo Janka (SUI) 2:09.80 (1:20.58 + 49.22)
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 13 Fév - 08:50 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Alexis Pinturault, de l'enfant casse-cou au compétiteur maniaque
 


  
Ces deux dernières saisons, le skieur de Courchevel a triomphé au classement général mondial du combiné, discipline polyvalente composée d'une manche de descente et d'une manche de descente. Surtout, "Pintu" compte désormais plus de victoires en coupe du monde que l’illustre Jean-Claude Killy : 21, la dernière le 29 décembre à Bormio, en Italie. Médaillé de bronze en géant aux JO de Sotchi en 2014, il compte bien remonter sur un podium en Corée du Sud.

 
Son enfance, ses origines norvégiennes par sa maman, Hege, sa sœur Sandra et son petit frère Cédric : son papa, Claude, nous emmène dans les coulisses de ses plus jeunes années. Il nous apprend que "Pinpin" comme il le surnommait, était un gamin casse-cou, capable de balancer sa sœur dans l’eau ou de tirer des fléchettes sur son petit frère. Claude a souhaité une éducation très sportive pour ses enfants, gage selon lui d’un bon équilibre. Dans son enfance, Alexis a ainsi pratiqué l’escrime, le tennis ou encore le football.
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Mar 13 Fév - 20:05 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO d'hiver: Un Japonais premier cas de dopage à Pyeongchang

Le patineur de vitesse Kei Sato a été contrôlé positif à l'acétalozamide.
annoncé mardi 13 février l'agence de presse japonaise Kyodo, ce qui fait de lui le premier cas de dopage des JO d'hiver de Pyeongchang. L'information a vite été confirmée par le Tribunal arbitral du Sport (TAS), saisi de l'affaire.
 

Le sportif japonais a été pris lors d'un contrôle hors-compétition, précise Kyodo, citant plusieurs sources anonymes. Sato, 21 ans, n'avait pas participé samedi au 1.500, mais était prévu comme remplaçant sur le relais 5.000m messieurs, ce mardi.

Positif à un produit masquant

"Kei Saito a été testé positif à l'acétalozamide, un produit diurétique considéré comme masquant, durant un test hors compétition", précise le TAS qui indique que le sportif a accepté d'être "provisoirement suspendu" et a quitté le village olympique. Il devient ainsi le premier Japonais pris pour dopage à des Jeux olympiques d'hiver.

"Je veux me battre pour prouver mon innocence", a déclaré l'athlète dans la foulée, au moyen d'un communiqué. "Je suis extrêmement surpris (...) je n'ai jamais pris de produits dopants et n'ai donc jamais eu l'intention de les cacher", a ajouté le spécialiste du short-track.

Aucun résultat des JO affecté

"Aucun des résultats enregistrés pendant les Jeux n'a été affecté", précise le TAS dans son communiqué. Le comité national olympique japonais (JOC), qui n'a pas encore réagi officiellement à ce cas, a toutefois fait savoir qu'il tiendrait une conférence de presse à la mi-journée ce 13 février à Pyeongchang.

Durant les Jeux olympiques, les contrôles antidopage relèvent de l'Autorité indépendante des tests antidopage (ITA), une nouvelle structure dirigée par l'ancienne ministre française des Sports Valérie Fourneyron.

Pendant les Jeux, les cas positifs tombent sous la juridiction du Tribunal arbitral du Sport et lui sont transmis directement. Le TAS est habituellement basé à Lausanne en Suisse, mais est délocalisé à Pyeongchang pour l'occasion. C'est la deuxième fois de l'histoire que le TAS est déplacé ainsi, après les JO de Rio en 2016.
 

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Jeu 15 Fév - 08:13 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : Pierre Vaultier en or, déception pour Tessa Worley 
  
Tessa Worley, une des principales candidates à l'or olympique, est passée à côté de son épreuve aux Jeux de Pyeongchang. En snowboardcross, Pierre Vaultier s'est illustré. 

Pierre Vaultier offre la sixième médaille à la France, la troisième en or, grâce à sa performance en finale de snowboardcross, jeudi 15 février. Le "rider" de Serre-Chevalier, grand favori de l'épreuve, a devancé l'Australien Jarryd Hughes et l'Espagnol Regino Hernandez. Il conserve son titre après Sotchi, en 2014. Il a mené de bout en bout la finale qui s'est terminée en une explication entre trois concurrents, après qu'une chute en a éliminé trois autres de la course au podium.
  
En slalom géant, Tessa Worley, pourtant favorite avec son dossard de championne du monde en titre de la discipline, n'a pas eu le même succès. La Française a été dominée par l'Américaine Mikaela Shiffrin, la Norvégienne Ragnhild Mowinckel (+0.39) et l'Italienne Federica Brignone (+0.46). Elle s'est classée seulement à la 7e place.

En réalité, la skieuse tricolore a perdu toute chance de médaille dès la première manche. Au bout du premier tracé, la Française de 28 ans accusait un retard de 1 sec 44 sur Moelgg et ne pointait qu'en quatorzième position après le passage des trente premières concurrentes.
  
En tête après le premier intermédiaire, Tessa Worleyla Française double championne du monde de la spécialité (2013 et 2017) a souffert dans le mur et n'a pu éviter un gros freinage dans la dernière portion qui lui coûte cher. "Je suis partie avec de bonnes intentions et du bon ski, je me sentais plutôt à l'aise, et à partir d'un moment, j'ai perdu un petit peu ce rythme, j'étais moins juste et moins à l'attaque aussi", explique la skieuse.

Tessa Worley s'est laissée prendre par la pression. "La tension m'a un peu rattrapée et j'ai manqué de lucidité sur le bas avec cette grosse faute qui me fait perdre beaucoup de temps", a-t-elle confié après sa première manche.
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Jeu 15 Fév - 14:03 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

JO 2018 : pas de médaille pour Fourcade sur l'individuelle 
  
Auteur de deux fautes sur le dernier de ses quatre tirs, le triple champion olympique de biathlon a dû se contenter d'une 5e place, jeudi 15 février à Pyeongchang. 

Une fois sa course terminée, il a déclaré au micro de France Télévisions ne pas ressentir de la déception mais de la "colère". Auteur d'un sans faute avec ses 18 premières cartouches, Martin Fourcade a commis deux dernières erreurs synonymes d'adieu (provisoire) à un 4e titre olympique, le 2e de ces Jeux, jeudi 15 février à Pyeonghcnag.

Trois jours après être entrée dans la légende en égalant Jean-Claude Killy et ses trois médailles d'or aux JO de Grenoble, le biathlète de 29 ans termine finalement 5e de l'épreuve individuelle (20 km), remportée par son rival sur la Coupe du monde cette saison, le Norvégien Johannes Boe. 2e lorsqu'il a franchi la ligne, Fourcade a ensuite vu trois concurrent réaliser un meilleur temps que le sien, ce dont il se doutait.
  
Antonin Guigonnat, Simon Desthieux et Émilien Jacquelin, les trois autres Français en lice, ont terminé aux 23e, 27e et 76e places. Le Slmovène Jakov Fak et l'Autrichien Dominik Landertinger complètent le podium.

 
Encore trois occasions de briller
 

Seulement 8e du sprint lors de son entrée en lice dans ces Jeux, le Pyrénéen avait pris une éclatante revanche sur la poursuite dès le lendemain. En sera-t-il de:même sur la mass-start, l'épreuve avec départ groupé sur 15 km ? Réponse dimanche 18 février à partir de 12h15 heure française. 

Le porte-drapeau de la délégation bleu-blanc-rouge aura ensuite encore deux occasions de briller : avec le relais mixte le mardi 20 février (12h15) et le vendredi 23 février (12h15). En attendant, la France compte toujours six médailles dont trois en or.
  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Ninete
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Avr 2012
Messages: 29 414
Localisation: PAS DE CALAIS

MessagePosté le: Ven 16 Fév - 08:16 (2018)    Sujet du message: JO 2018 Répondre en citant

Julia Pereira de Sousa, 16 ans, et médaillée aux JO 2018 
  
À seulement 16 ans, Julia Pereira de Sousa a décroché l'argent en snowboardcross. À Isola 2000, sa victoire a déclenché une explosion de joie.


 

L'euphorie cette nuit à Isola 2000. On a vibré dans ce bar, QG de la toute nouvelle médaillée olympique. À 16 ans seulement Julia Pereira de Sousa a décroché l'argent en snowboardcross. Une victoire méritée pour son entraîneur. "C'est une explosion de joie, de bonheur, de satisfaction après tout ce travail", confie Sébastien Blétry.

"Julia, elle n'a que 16 ans et demi et elle a commencé le snowboard à 9 ans. Elle a essayé un petit peu le ski, mais ça ne lui a pas plu alors elle s'est dirigée vers le snowboard, où elle a été accueillie à bras ouverts. Ça a toujours été un moteur pour le club. Toujours la première à arriver aux entraînements, toujours en forme, toujours contente, à motiver tout le monde. C'est un super esprit. C'est une super fille.
  
Julia Pereira de Sousa offre sa 7e médaille à la France.  

  

_________________
La règle d'or de la conduite est la tolérance mutuelle, car nous ne penserons jamais tous de la même façon, nous ne verrons qu'une partie de la vérité et sous des angles différents.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 06:35 (2018)    Sujet du message: JO 2018

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    50's pour toujours Index du Forum -> fiftiz pour toujours -> Sport Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3  >
Page 2 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com